Quand la chicane est prise entre associés

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Mars 2015

Quand la chicane est prise entre associés

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Mars 2015

Au-delà du bris de la relation entre deux ou plusieurs personnes, le conflit entre actionnaires nuit à l'entreprise. Pour limiter les dommages, il faut trouver un terrain d'entente le plus rapidement possible.


Cliquez ici pour consulter le dossier Litiges d'actionnaires


Même si plusieurs causes sont possibles, un conflit personnel ou une question d'argent est souvent à la source du problème. «On voit des conflits de personnalités, des conjoints en affaires qui se séparent et qui se disputent ensuite autour de l'entreprise, des relèves familiales qui tournent mal», énumère l'avocat Philippe Charest-Beaudry, de Fasken Martineau.


Certains actionnaires prennent les commandes de l'entreprise et rechignent à l'idée de partager leur petit royaume avec leur associé. Des gens se lancent en affaires en combinant les ressources financières de l'un et les compétences techniques de l'autre, mais après un certain temps, ils ne s'entendent plus quant à la valeur de leur apport respectif. Parfois aussi, les affaires stagnent, et un actionnaire investit plus d'argent que l'autre pour renflouer les coffres, ce qui finit par créer des tensions. Bref, rien ne va plus !


Éviter la pensée magique


Devant le conflit, il est courant qu'un des partenaires fasse un coup d'éclat : démettre son associé de ses fonctions, lui refuser l'accès à l'information financière et stratégique, l'écarter des prises des décisions, cesser de lui verser des dividendes, etc.


«Il y a de la pensée magique dans le fait de croire que cela réglera le problème, affirme M. Charest-Beaudry. De tels gestes, au contraire, enveniment la situation. Il est possible d'évincer un actionnaire, mais cela doit se faire dans les règles de l'art.»


Benoît Lapointe, associé chez Belleau Lapointe, renchérit : «Le moyen le plus sûr de se retrouver devant les tribunaux, c'est d'agir en cow-boy, en ne respectant pas les droits de son associé !»


Agir tôt


Consulter un avocat dès le début du conflit permet d'y voir plus clair dans les droits de chaque partie et d'éviter des erreurs coûteuses. Par exemple, si un actionnaire est également employé dans l'entreprise, il faut traiter ces deux aspects séparément, car les obligations rattachées à chacun sont différentes.


Cliquez ici pour consulter le dossier Litiges d'actionnaires


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

B Corp : maximiser l'impact social

Édition du 22 Septembre 2018 | Robert Dutton

CHRONIQUE. J'ai toujours cru que la raison d'être d'une entreprise ne se bornait pas à maximiser la «valeur ...

Où sont allés les profits américains rapatriés?

14/09/2018 | lesaffaires.com

Ils ont terminé leur course dans les poches des actionnaires. Étonnant? Pas tout à fait.

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.