Cycles Lambert, bien en selle après l'acquisition d'Hawley

Publié le 11/02/2012 à 00:00, mis à jour le 10/02/2012 à 14:15

Cycles Lambert, bien en selle après l'acquisition d'Hawley

Publié le 11/02/2012 à 00:00, mis à jour le 10/02/2012 à 14:15

«On peut désormais offrir une solution clé en main pour distribuer partout en Amérique», dit Sylvain Caya, de Cycles Lambert.

L’heure des décisions : Acquisition (1/2) -


Mener le peloton canadien, c'était insuffisant pour Cycles Lambert, de Lévis. En janvier 2011, après un coup de pédale majeur en acquérant son homologue Hawley, de Caroline du Sud, le distributeur de produits pour vélo et plein air a accédé au podium nord-américain.


Le défi


Dans le domaine du sport, les statistiques sont primordiales. Avant même l'acquisition d'Hawley, celles de Cycles Lambert avaient de quoi faire mourir d'envie la concurrence : 1 500 clients canadiens (des boutiques vendant des articles pour le vélo et la course à pied, comme Atmosphère à Montréal et Sports Experts à Longueuil), 120 employés répartis dans tout le pays, 60 ans d'expérience, et un chiffre d'affaires de 40 millions de dollars. Bref, suffisamment de muscle pour être leader sur le marché national, talonné par Norco et Outdoor Gear Canada.


Mais comme tout bon coureur, il désirait se surpasser. «Les marques comme Shimano ou Michelin accordent les droits de distribution par pays. Nous avions donc le droit de vendre ces marques uniquement au Canada. Or, nous voulions développer nos réseaux de distribution partout en Amérique», dit Sylvain Caya, directeur général de l'entreprise. La solution ? Acquérir un distributeur américain, afin de mettre un pied dans ce marché.


«Une acquisition peut se justifier dans ce cas-là, où elle constitue le seul moyen de s'établir sur de nouveaux marchés, indique Jacques Lemay, professeur invité au service de l'enseignement de la finance de HEC Montréal. Elle revêt alors un aspect tactique crucial.»


La décision


Dix-huit mois. Tel fut le temps nécessaire pour que le «rêve américain» de Cycles Lambert se concrétise. «On a discuté avec nos fournisseurs, puis on a établi une liste de trois ou quatre entreprises potentielles, rapporte M. Caya. Quand on a vu les résultats d'Hawley, son positionnement et, surtout, sa taille ainsi que son modèle d'entreprise [fondé sur une livraison des pièces dès le lendemain, partout au pays] sensiblement identiques aux nôtres, le choix a été facile.»


La rencontre a été d'autant plus naturelle que l'entreprise américaine, qui desservait surtout la côte est, cherchait un partenaire pour passer de la ligue régionale à la ligue nationale. «Le timing était parfait pour le mariage.»


Une union célébrée le 31 janvier 2011, jour où l'entreprise québécoise devient actionnaire majoritaire d'Hawley.


Les résultats


Hawley génère un chiffre d'affaires de 30 millions de dollars (M$). Grâce à cette acquisition, Cycles Lambert double presque son chiffre d'affaires, qui totalise désormais 70 M$, et compte 80 employés supplémentaires. Il bénéficie des 1 500 clients d'Hawley sur la côte est, et il a ouvert un entrepôt à Reno, dans le Nevada, pour récolter 1 500 autres clients sur la côte ouest.


Comme Hawley jouit d'une bonne réputation, on a conservé sa raison sociale. Son président est resté en poste.


«On est très satisfaits, commente M. Caya. Les ventes d'Hawley sont en hausse de 20 % en 2011. Cela fait de nous le troisième plus gros acteur en Amérique, après QBP et J&B. On a gardé une structure décentralisée et il y a une vraie synergie entre nos deux équipes.»


Ce dernier aspect est, selon Jacques Lemay, la clé de la réussite du rachat d'une entreprise. «Ce n'est pas tant un défi financier qu'un défi humain. Les champions de l'acquisition sont avant tout les champions de l'intégration , dit-il. Le facteur humain est essentiel, il faut être capable d'intégrer rapidement et de rassurer les employés, aussi bien ceux de l'entreprise cible que ceux de celle qui fait l'acquisition.»


Pour le professeur, l'époque des «conglomérateurs» qui collectionnent les rachats sans souci d'intégration est terminée, ces entreprises ne réalisant «rien sur le plan de la création de valeur».


Autre bénéfice de la stratégie du distributeur québécois : la mainmise sur les marchés canadien et américain rend possible un effet de levier auprès des fournisseurs européens. «On peut désormais offrir une solution clé en main pour distribuer partout en Amérique», se réjouit M. Caya.


Cycles Lambert se dit prête à refaire un tour de piste : elle espère que d'autres occasions d'acquisitions se présenteront à l'avenir.


CYCLES LAMBERT EN CHIFFRES


70 M$ Chiffre d'affaires consolidé à la suite de l'acquisition


4 500 Nombre de clients en Amérique du Nord, après l'acquisition


200 Nombre de marques distribuées


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

8 questions à se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?