Emballages Carrousel: Croître en gardant l'esprit de famille

Publié le 02/03/2013 à 00:00, mis à jour le 19/03/2013 à 12:08

Emballages Carrousel: Croître en gardant l'esprit de famille

Publié le 02/03/2013 à 00:00, mis à jour le 19/03/2013 à 12:08

LAURÉAT 2012 - Trois points de vente au Québec, 265 employés et une quarantaine de camions sur la route : Emballages Carrousel, la petite entreprise créée en 1971 par Denis Jalbert, n'a pas de quoi rougir. Dans son fichier de 5 000 clients, on compte des manufacturiers, des commerces, des supermarchés ainsi que des chaînes de restauration.


«En plus de notre siège à Boucherville, nous avons ouvert une succursale à Québec en 2005 avant d'acquérir la compagnie Emballages JC à Drummondville, en 2010», rappelle Brigitte Jalbert, la fille du fondateur.


Emballages Carrousel représente un modèle de réussite familiale. Avec un chiffre d'affaires de 109 millions de dollars en 2012, cette entreprise spécialisée dans les emballages alimentaires s'impose comme un acteur de taille sur son marché.


Brigitte Jalbert a repris les rênes de la PME en 2011, après des études en marketing. «Je suis arrivée ici en attendant de trouver autre chose, et je suis finalement restée. À l'époque, la firme n'avait que 30 employés, et l'aspect marketing restait à développer.» Elle a occupé différents postes au service à la clientèle et au département des ventes avant d'être nommée vice-présidente, puis présidente-directrice générale en juin 2011.


La vision du fondateur


Pour elle, la compagnie doit sa réussite aux qualités paternelles. «Mon père était un visionnaire. Il était très prudent et prenait les bons risques au bon moment. Il a toujours réinvesti son argent. Il ne s'est jamais acheté de villa dans les îles !» lance-t-elle.


L'agrandissement successif des locaux, l'acquisition des premières presses en 1986 ainsi que le rachat d'Emballages JC en 2010 ont constitué des décisions bien planifiées.


Cette vision du fondateur reste d'actualité, même si les directeurs des ventes, Alain Hotte et Richard Blais, ainsi que le vice-président exécutif, Serge Mérineau, participent activement au processus décisionnel.


10 000 références de produits


C'est en cherchant de nouveaux débouchés que la PME a su développer et conserver sa profitabilité au fil des ans. En 2008, l'entreprise a compensé une baisse des ventes sur le marché de l'alimentation en élargissant son offre aux divers acteurs de l'industrie. «Cela nous a permis de nous adresser tant aux petits dépanneurs, qui nous achètent des sacs bruns, qu'aux grands industriels.» Résultat : l'éventail de produits dépasse aujourd'hui les 10 000 références.


L'entreprise bénéficie pour se développer de l'appui de ses employés, dont plusieurs sont là depuis plus de 30 ans. Son modèle ? Une hiérarchie qui sait se faire discrète et un contact rapproché entre la direction, ses employés et ses fournisseurs.


Ainsi, jusqu'à l'an dernier, il n'y avait pas de poste de directeur des ressources humaines : c'est la direction générale qui s'occupait des RH, en relation avec les gestionnaires de chaque service. «Cependant, quand nous avons atteint les 250 employés, nous nous sommes aperçus que nous avions des lacunes. Par exemple, notre manuel des procédures commençait à dater», glisse Brigitte Jalbert.


Depuis que le chiffre d'affaires de la PME a franchi le cap des 100 M $, un nouveau chantier se profile à l'horizon : la mise en place d'un plan d'amélioration continue. «Nous voulons améliorer nos processus ainsi que notre système informatique d'ici 2014», précise la présidente.


L'entreprise affiche un taux de croissance de 10 % en moyenne sur les cinq dernières années. Elle reste à l'affût des acquisitions qui pourraient s'avérer complémentaires à ses activités, notamment dans le domaine de la vente de produits d'entretien sanitaire. «Nous sommes aussi en train d'agrandir notre entrepôt à Drummondville, car nous ne connaissons aucune année sans croissance», rapporte la pdg.


Son meilleur conseil


«Nous favorisons le dialogue avec les employés par des réunions ou des bulletins d'information qui parlent de leurs bons coups, car nous considérons que chaque poste est important.»

À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

BCF développe sa relève
Mis à jour le 19/03/2013

BBA s'étend au Canada
Mis à jour le 19/03/2013

GDI gagne en souplesse
Mis à jour le 19/03/2013

À la une

Volte-face: Couche-Tard produira un premier rapport de développement durable

BLOGUE. À la veille de l'assemblée annuelle, Couche-Tard s'assouplit sur le vote consultatif et la reddition de comptes.

Couche-Tard refuse qu'on lui impose sa responsabilté sociale

30/08/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Des actionnaires exigent que Couche-Tard divulgue mieux ses enjeux sociaux et environnementaux. Elle refuse.

À surveiller: Uni-Sélect, Osisko et Alibaba

Que faire avec les titres d'Uni-Sélect, Osisko et Alibaba?