Les nouveaux «innogénieurs»

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Mars 2017

Les nouveaux «innogénieurs»

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Mars 2017

« Une idée n’est pas une invention, une invention n’est pas un produit, un produit n’est pas une entreprise, rappelle Gilles Patry, pdg de la Fondation canadienne pour l’innovation.

Tout le profil de Julie Charron-Latour est tourné vers l'innovation. Cette jeune femme, en voie de terminer un doctorat en génie industriel à Polytechnique, vient de lancer son entreprise informatique, Bambou Space, qui met en marché un logiciel renforçant et formalisant l'amélioration continue en entreprise.


«Notre premier produit, Bottom-Up Solution, permet de capter les idées des employés et d'en faire le suivi jusqu'à leur implantation. On dit à nos clients qu'on est à un clic d'une idée implantée.»


On connaît les logiciels de flux de travail (workflow) qui formalisent et supervisent les flux d'échanges de documents dans les bureaux. Voici un équivalent, mais avec une différence majeure : Bottom-Up Solution formalise un processus ouvert de créativité et de transformation de l'entreprise.


Ce logiciel a été mis au point avec l'aide de Samuel Bassetto, un professeur de Polytechnique qui promeut systématiquement auprès de ses étudiants «le lancement de start-up soutenues par des idées scientifiques», fait ressortir Mme Charron-Latour.


Julie Charron-Latour et Samuel Bassetto appartiennent vraiment au monde des «innogénieurs». En effet, l'innovation réside au coeur de nos systèmes économiques et l'ingénieur y occupe une place de choix.


Génie à la fine pointe


Évidemment, l'ingénieur joue un rôle innovant dans l'économie plus traditionnelle de la production manufacturière, par exemple, ou de la production électrique. Chose moins connue, il est partie prenante de tous les développements les plus avancés des technologies de pointe : intelligence artificielle, nouveaux matériaux, robotique, technologies médicales, fintechs.


«Une idée n'est pas une invention, une invention n'est pas un produit, un produit n'est pas une entreprise, affirme Gilles Patry, pdg de la Fondation canadienne pour l'innovation, lui-même ingénieur. On trouve des ingénieurs dans les trois phases, car ils sont bien formés pour réaliser chaque étape.»


Certes, l'ingénieur est polyvalent, mais il apporte aussi une marque bien distinctive : «Son génie propre est de rendre les idées réalisables», ajoute M. Patry. Le développement du LabPET à l'Université de Sherbrooke en est une illustration éloquente. Ce tomographe par émission de positrons permet de réaliser en une seule passe une image 3D d'un organe avec une résolution que la théorie jugeait inatteignable. Aujourd'hui, on trouve le LabPET dans les plus grands labos d'imagerie moléculaire du monde.


L'idée du tomographe avait germé dans l'esprit de Roger Lecomte, professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke, mais elle n'a pu voir le jour qu'avec le concours de Réjean Fontaine, professeur de génie électrique et informatique à la même université. C'est grâce au développement de détecteurs à base de photodiodes à avalanche, une première en ingénierie, que l'idée du Pr Lecomte a pris la forme d'un outil concret.


Le processus qui voit une idée devenir une technologie prévaut aussi au Centre d'optique, photonique et laser (COPL) de l'Université Laval. Ici, tout se trame entre physiciens et ingénieurs. «Les physiciens comprennent les phénomènes de la matière et leurs transformations, les liens entre la lumière et la matière, la façon dont la matière est excitée par la lumière», explique Diane Déziel, responsable des communications pour le COPL.


«L'ingénieur intervient surtout dans l'instrumentation et dans les moyens à prendre pour en arriver à un système. Il détient la connaissance des outils pour les rendre utilisables par les chercheurs eux-mêmes.»


Génie omniprésent


On ferait erreur si on croyait que l'ingénieur se confine au rôle d'apprenti-sorcier actif à la lisière des disciplines fondamentales pour mettre au monde les théories des scientifiques. L'ingénieur est lui-même créateur d'innovations souvent majeures, comme nous le démontrent Julie Charron-Latour et Samuel Bassetto.


Évidemment, l'ingénieur innovant ne loge pas seulement aux avant-postes les plus spectaculaires de la technologie. On le trouve dans une foule de positions, moins visibles peut-être, mais non moins nécessaires. Chez GCM Consultants, par exemple, firme qui abrite 200 ingénieurs consultants.


Active dans tous les domaines classiques du génie (civil, mécanique, électrique, chimique, automatisation), GCM s'enorgueillit plus particulièrement de faire connaître à ses grands clients industriels les technologies vertes et de les amener à les implanter. «Ils sont de grands consommateurs d'énergie et de matières premières et produisent beaucoup de rejets», explique François Roberge, directeur, environnement chez GCM. «On les engage dans des démarches d'amélioration continue pour perfectionner leur procédés et réduire leurs coûts de production tout en atténuant leur empreinte environnementale.»


Les améliorations mises en place prennent mille et une formes : utiliser le butane, rejet d'un processus, comme carburant d'un autre ; récupérer la chaleur d'une machine pour préchauffer un four industriel, en réduisant ainsi la consommation énergétique. Accumulées, toutes ces innovations permettent aux clients de demeurer compétitifs dans la grande joute économique d'aujourd'hui.


L'innovation est au centre de la compétitivité de notre économie. Et l'ingénieur réside au coeur de l'innovation. Présent dans tous les secteurs traditionnels de l'économie, il s'affaire aussi à la plus fine pointe des technologies, en intelligence artificielle, en nouveaux matériaux et en biophotonique. Ce dossier en rend compte.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER LES INGÉNIEURS, CERVEAUX DE L'INNOVATION

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les paris du génie pour améliorer nos vies

Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay

Environnement, transport collectif, bâtiment vert : le génie touche différentes sphères du quotidien et permet ...

Jacques Blouin : construire des ponts grâce à la relève

Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay

CATÉGORIE MENTOR DE L'ANNÉE. EX-ÆQUO - Reconnu comme une des sommités en la matière au Québec, Jacques Blouin a ...

OPINION Gaëtan Boyer: un mentor avant l'heure
Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay
Circulation collective en accéléré
Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay
Décontaminer en profondeur
Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: