La technologie à la rescousse des juristes

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Mai 2014

La technologie à la rescousse des juristes

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Mai 2014

Alexandre Thibault a transformé Edilex, qui offre de la formation et des outils juridiques en ligne, en véritable entreprise technologique.

À l'heure où la concurrence entre les cabinets est de plus en plus vive, la technologie est un atout pour se démarquer. Alexandre Thibault l'a bien compris. Depuis son entrée chez Edilex en 2009, une PME lavalloise proposant de la formation et des outils juridiques en ligne, le jeune avocat a transformé la firme en véritable entreprise technologique. Il a notamment bonifié le système Edilexpert, une plateforme permettant aux organismes publics de générer de la documentation d'appel d'offres en ligne.


En repensant la génération de documents juridiques et la rédaction de contrats, Edilex est aujourd'hui la seule entreprise québécoise, à l'exception de quelques start-ups, à produire à la fois le contenu et le logiciel.


La firme compte quelques centaines de clients au Québec. Parmi eux, des organisations publiques et privées et de grands cabinets d'avocats.


Les clients non juristes ont accès à une plateforme qui leur permet de créer eux-mêmes leur propre contenu. Les avocats, pour leur part, ont un accès privilégié à une banque de modèles de contrat et d'autres documents sur le site Web de l'entreprise. «Sans le support d'un grand bureau national, et sans un éditeur comme Edilex, ces documents sont impossibles à obtenir», dit Karim Renno, associé chez Irving Mitchell Kalichman, qui a eu recours aux services d'Edilex.


Selon M. Thibault, il faut beaucoup de ressources pour mettre régulièrement à jour la banque de modèles qu'offre Edilex. «Quelques cabinets peuvent se permettre d'investir pour que quelqu'un garde leurs modèles à jour, mais pour la majorité des contentieux et cabinets, c'est trop coûteux.»


Une période de changement


Si Edilex n'avait pas investi massivement en 2012 pour développer cette technologie d'automatisation, l'année 2013 n'aurait jamais été aussi belle, explique Alexandre Thibault.


«L'industrie juridique vit une période de transformation sans précédent. Les recettes répétées avec succès pendant des décennies ne répondent plus aussi bien aux exigences d'un marché de plus en plus sophistiqué, et cette tendance ne fait que s'accentuer avec le temps», confie celui qui a également exercé au sein des contentieux de L'Oréal Canada et d'Universal Studios Home Entertainment Productions à Los Angeles.


Lorsqu'il travaillait chez Heenan Blaikie en fusions et acquisitions, Alexandre Thibault s'étonnait déjà du système de facturation à l'heure. «Plus on est efficaces, moins on facture le client. C'est illogique !»


En 2012, Edilex a investi en capital 50 % des revenus de l'année précédente. L'entreprise a quadruplé le nombre d'employés et de collaborateurs - plus d'une vingtaine à ce jour -, et cet investissement massif dans les nouveaux produits fait partie des facteurs qui lui ont permis de tripler en cinq ans le chiffre d'affaires, qu'Alexandre Thibault préfère garder confidentiel.


Cette remise en question du modèle d'entreprise traditionnel ouvre la voie à de nouvelles façons de faire, estime Karim Renno. «Pour saisir ces occasions, on a parfois besoin de gros investissements. Or, on commence à voir du capital de risque s'intéresser au marché juridique, surtout aux États-Unis», souligne Alexandre Thibault. Le prochain défi d'Edilex ? S'étendre en Ontario, et adapter le contenu et la langue du logiciel à la province anglophone.


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Trivium veut permettre aux PME de financer leurs recours en justice

05/09/2018 | Catherine Charron

Ça fait maintenant deux ans que Marc-Antoine Cloutier discute avec Desjardins de «cette petite révolution».

Yves Séguin rejoint le cabinet d'avocats BCF

09/07/2018 | lesaffaires.com

L'ancien ministre des Finances se joint à l'équipe à titre d’avocat-conseil et de conseiller stratégique.

OPINION Des nouvelles des grands cabinets d'avocats
Édition du 16 Juin 2018 | Jean-François Venne
Les avocats forcés à innover
Édition du 13 Janvier 2018 | Simon Lord
Les professionnels du droit plus vulnérables mentalement
Édition du 13 Janvier 2018 | Simon Lord

À la une

Vidéotron: recommandation d'achat malgré la démission de sa présidente

Les marchés réagissent positivement à la démission de la présidente de Vidéotron. Québecor grimpe.

Manon Brouillette quitte la présidence de Vidéotron

Mis à jour à 09:25 | Denis Lalonde

La présidente et chef de la direction de Vidéotron, Manon Brouillette, quittera son poste le 31 décembre.

Éliminer la moitié des autos?

BLOGUE. Une solution qui nous rendrait plus riches, mais a-t-elle la moindre chance de s'appliquer?