Petits mais remarquables, les cabinets boutiques se démarquent

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Juin 2016

Petits mais remarquables, les cabinets boutiques se démarquent

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Juin 2016

[Photo : Shutterstock]

Le cabinet spécialisé en droit de l'environnement Daigneault avocats célèbre ses 15 ans cette année. Récipiendaire l'an dernier de la distinction Avocat émérite du Barreau du Québec, Robert Daigneault est à la fois avocat et biologiste.


Retour au dossier Les grands du droit


La double formation, il l'exige aussi des avocats qui travaillent dans son cabinet. Ainsi, l'un a une maîtrise en droit de l'environnement et développement durable, et l'autre, un baccalauréat en sciences de l'environnement.


«Une formation en sciences permet de saisir rapidement les enjeux concrets d'une situation et de mieux comprendre les analyses techniques des experts en environnement», dit celui dont la firme de quatre avocats a été désignée parmi les cinq meilleurs cabinets boutiques canadiens en environnement en 2013 par le Canadian Lawyer Magazine.


Sa pratique est variée, allant de la conformité environnementale à l'entreposage des matières dangereuses, en passant par les poursuites pénales pour non-respect de la Loi sur la qualité de l'environnement ou l'émission de permis et d'autorisations.


Robert Daigneault note une recrudescence de dossiers se rapportant à la protection des milieux humides. «Je traite aussi beaucoup d'affaires de terrains contaminés, ajoute-t-il. Par exemple, je peux représenter un acheteur qui poursuit celui qui lui a vendu un site contaminé ou conseiller une entreprise qui veut connaître ses obligations en matière de décontamination.»


Pourquoi s'adresser à un petit cabinet comme le sien plutôt qu'à une grande firme ? «Comme nous ne faisons que du droit de l'environnement, nous avons une expertise dans toutes sortes de dossiers. Les grands cabinets, eux, traitent surtout des aspects environnementaux liés aux transactions.» Daigneault avocats fait face à un beau problème : recruter un ou deux avocats pour répondre à la demande. Pas simple, cependant, car le cabinet cherche des candidats ayant une formation scientifique.


Dans la cour des grands


Fondée l'an dernier, Renno Vathilakis est déjà à l'étroit dans ses bureaux de la rue Sherbrooke Ouest, à Montréal. «Nous avons recruté deux avocates, et notre volume d'affaires justifie d'autres embauches, mais il faudra d'abord déménager», dit l'associé Karim Renno.


La présence de sa firme dans le classement des sept cabinets les plus recommandés du Québec du guide Benchmark Canada rendra sans doute ce déménagement encore plus pressant. L'avocat de 38 ans est bien connu de la communauté juridique pour sa chronique «Le jeune super plaideur», publiée dans le média Web Droit-Inc.


Il tient aussi le blogue «À bon droit», dans lequel il commente la jurisprudence. «C'est du travail, mais ça m'apporte beaucoup de recommandations et de mandats. Pour la notoriété, c'est fantastique.»


Auparavant chez Irving Mitchell Kalichman et chez Osler, Karim Renno est notamment réputé pour son expertise dans les conflits entre actionnaires et les recours collectifs.


Son associé, Michael Vathilakis, ancien vice-président des affaires juridiques chez Future Electronics, axe sa pratique sur le litige commercial. Il s'occupe aussi du volet affaires de dossiers de divorces lorsque des actifs d'entreprises doivent être partagés entre les ex-conjoints.


Recours collectif


Pourquoi ouvrir un cabinet qui ne fait que du litige ? «D'abord, parce que c'est notre spécialité, répond M. Renno. Ensuite, parce que c'est encore le seul secteur du droit à l'abri de la concurrence étrangère. Quand un litige est devant un tribunal québécois, le recours à des avocats membres du Barreau du Québec est obligatoire, ce qui n'est pas le cas du droit transactionnel.»


De plus, les conflits posent souvent problème dans les cabinets généralistes, car les associés ne veulent pas déplaire à de grands clients potentiels, ajoute-t-il.


«Je m'occupe présentement d'un recours collectif contre Air Canada pour une question de surcharge de carburant. Je n'aurais jamais pu accepter ce mandat dans un grand cabinet», indique Karim Renno.


Retour au dossier Les grands du droit


À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Trivium veut permettre aux PME de financer leurs recours en justice

05/09/2018 | Catherine Charron

Ça fait maintenant deux ans que Marc-Antoine Cloutier discute avec Desjardins de «cette petite révolution».

Yves Séguin rejoint le cabinet d'avocats BCF

09/07/2018 | lesaffaires.com

L'ancien ministre des Finances se joint à l'équipe à titre d’avocat-conseil et de conseiller stratégique.

OPINION Des nouvelles des grands cabinets d'avocats
Édition du 16 Juin 2018 | Jean-François Venne
Les avocats forcés à innover
Édition du 13 Janvier 2018 | Simon Lord
Les professionnels du droit plus vulnérables mentalement
Édition du 13 Janvier 2018 | Simon Lord

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

13:38 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.