L’industrie plus que florissante des grands cabinets comptables

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Mai 2018

L’industrie plus que florissante des grands cabinets comptables

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Mai 2018

Dans notre classement, le gros de la croissance se fait au sommet de la pyramide. Ici, les bureaux de Deloitte à Montréal. [Photo : James Brittain]

Si le classement par tailles des cabinets comptables a peu changé au ­Québec depuis l’année dernière, le modèle d’affaires de ces entreprises continue, lui, d’évoluer à grande vitesse. Regard sur une industrie qui fait bien plus que de la vérification financière.


Cette année, ­Deloitte coiffe ­Raymond ­Chabot ­Grant ­Thornton (RCGT) en tête de classement, après avoir ajouté 309 nouveaux employés. « ­Tous les services entourant la transformation numérique, comme la cybersécurité, l’analyse de données ou l’infonuagique génèrent énormément de croissance et sont responsables d’une grande partie des nouvelles embauches », explique ­Marc ­Perron, associé directeur pour le ­Québec chez ­Deloitte.


Prenons le centre d’impartition, que ­Deloitte appelle ­Centre de développement canadien, dont la tâche est de soutenir l’ensemble des équipes au pays dans les services numériques comme l’infonuagique ou l’implantation de technologies web et mobiles. Le nombre d’employés y est passé de 50 l’an dernier à 120 cette année (+ 140 %) et devrait grimper à plus de 200 d’ici un an.


Les secteurs des fusions et acquisitions, du financement des entreprises et du développement des entreprises privées (PMW) ont aussi apporté de l’eau au moulin. Par ailleurs, ­Deloitte a effectué quelques acquisitions, notamment celle d’Intégration ­Nouveaux ­Médias inc., spécialisée dans les solutions numériques basées sur les produits ­Adobe. L’équipe d’une quinzaine de personnes se joint à ­Deloitte ­Digital.


Des services plus diversifiés


Il faut ensuite attendre au 12e rang du classement pour commencer à voir d’autres changements par rapport au classement de 2017. L’embauche de six personnes par le cabinet ­Blanchette ­Vachon de la région ­Chaudière-Appalaches permet à ce dernier de gagner deux places pour rejoindre ­Demers ­Beaulne au 12e rang. Crowe ­BGK grimpe, lui du 21e au 18e rang, la plus forte ascension, grâce à l’embauche de neuf personnes.


C’est toutefois du côté de ­Victoriaville qu’il faut se tourner pour trouver la plus forte augmentation en pourcentage de tout le classement. Chez ­Pellerin ­Potvin ­Gagnon, le nombre d’employés est passé de 70 à 80, en hausse de 14,28 %. Le cabinet vient d’acheter un nouvel édifice juste à côté de son bureau actuel. Il pourra donc agrandir son espace d’environ 50 %.


« ­Nous avons embauché des fiscalistes, des juricomptables, et deux membres du personnel terminent leur cours en évaluation d’entreprise, précise l’associé ­Charles ­Pellerin. La croissance provient en grande partie de la diversification de l’offre de services. Nous servons beaucoup d’entreprises familiales reprises par une nouvelle génération. Les dirigeants sont dynamiques et nous devons les accompagner avec des conseils en gestion dans leurs projets de croissance. »


Plus gros, mais plus agile


Reste que le gros de la croissance se fait au sommet de la pyramide. Les 25 plus grands cabinets comptables du ­Québec emploient cette année 12 037 personnes, en hausse de 989 personnes, comparativement à l’année dernière (+9 %). À lui seul, ­RCGT a embauché plus d’un cinquième de ces nouveaux employés. Ces 213 nouveaux travailleurs représentent une hausse de 9,15 % pour le cabinet. Deloitte (+ 309), ­KPMG (+ 106), ­PwC (+ 100) et ­EY (+ 92) complètent le top cinq. En pourcentage, parmi les dix plus grands cabinets, ­KPMG arrive en tête (+ 14,2 %), suivi de ­Deloitte (+ 13,39 %), ­Richter (+ 11,4 %), ­EY (+ 10,72 %) et ­Mallette (+10,18 %). Des croissances solides.


« ­Au cours des dernières années, nous avons modifié notre gouvernance pour être plus agiles, rappelle ­Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction de ­RCGT, dont la firme célèbre ses 70 ans. Nous avons diminué de moitié le nombre de membres du conseil des associés et du comité de gestion. Cela nous a permis de prendre des décisions beaucoup plus rapidement qu’avant et d’amener l’ensemble de l’entreprise à les endosser. »


Cette mesure a facilité la diversification de l’offre de service et de l’innovation, tant sur le plan de l’administration interne que de la livraison des services. Questionné à ce sujet, M. Imbriglio ne manque pas d’exemples. Il cite notamment l’intégration d’Auray ­Capital, spécialisé dans le programme d’immigrants investisseurs, la création, à ­Montréal, en 2017, de ­Catallaxy, un centre d’expertise blockchain, ou encore les services en infonuagique ­Operio et ­Impo. S’ajoutent à cela de nombreuses acquisitions telles ­Acolyte, une firme de vente d’entreprises, et ­Lemay ­Stratégies, spécialiste du ­service-conseil en développement régional, tourisme, arts, culture, sports et loisirs.


RCGT entend d’ailleurs continuer d’avoir une présence forte en région, comme le montrent les acquisitions récentes des cabinets ­Jacques ­Dubé ­CA inc., à ­Baie-Comeau, et de ­Richard ­Dubreuil ­CPA inc., dans la ­Côte-du-Sud, ou les nouveaux locaux modernes à ­Val-d’Or et à ­Chicoutimi. « ­Un avantage concurrentiel, c’est ­quelque chose qui différencie votre entreprise et coûterait trop cher à vos concurrents à reproduire, explique M. Imbriglio. C’est exactement ce que nous avons avec nos 109 places d’affaires partout au ­Québec. À part ­Deloitte, les autres cabinets ont rarement plus de cinq bureaux au ­Québec. C’est un grand avantage pour nous. »


Riche de ses talents


Du côté de ­Richter, qui a connu la quatrième plus forte augmentation de sa ­main-d’œuvre en pourcentage depuis l’an dernier et la troisième parmi les grands cabinets, la croissance est surtout organique. « ­Nous misons sur notre personnel et sur le développement des talents à l’interne, explique l’associée ­Stéphanie ­Lincourt. D’ailleurs, neuf de nos nouveaux associés depuis deux ans ont été formés chez nous. »


Bien sûr, l’audit et la fiscalité demeurent générateurs de croissance chez ­Richter. Les évolutions technologiques créent toutefois aussi de nouveaux besoins chez les clients, notamment en matière de cybersécurité. « ­Nous promouvons agressivement les services de notre division cybersécurité, ajoute ­Mme ­Lincourt. Il s’agit aussi de sensibiliser nos clients quant à la nature des cyberrisques, aux dangers qu’ils font courir aux entreprises et aux meilleures manières de s’en prémunir. »


Richter ne fait pas que lutter contre les risques de la technologie, elle mise aussi sur les nombreux avantages qu’elle peut apporter à son cabinet. Le site ­web est en pleine refonte et l’information y sera bientôt organisée en fonction des différents besoins des entrepreneurs. Ces derniers pourront ainsi facilement trouver l’information et l’offre de service liées à des défis tels le transfert d’entreprise, la croissance, la restructuration, etc.


À l’automne 2018, le cabinet lancera l’App ­Richter à un premier segment de sa clientèle, avant d’en faire le lancement général au début 2019. Elle intégrera l’ensemble des renseignements financiers d’entreprises et personnels des clients et réunira en un endroit les communications avec leurs professionnels (avocats, banquiers, comptables, etc.). « C’est assez révolutionnaire dans la manière de livrer l’information aux clients », avance ­Mme ­Lincourt.


Des cabinets voraces


Le marché n’est pas non plus exempt de défis. « ­Il se consolide beaucoup, note ­Robert ­St-Aubin, associé directeur du cabinet ­Demers ­Beaulne. Il y a beaucoup de fusions de cabinets et les grandes firmes veulent accaparer le marché des ­PME. La croissance organique des gros joueurs se fait surtout dans les pays émergents. Au ­Québec, leur source de croissance, c’est plutôt l’acquisitionde cabinets. »


Or, la ­PME est en plein la clientèle d’un cabinet comme ­Demers ­Beaulne. L’associé directeur continue de croire qu’une firme de la taille de la sienne (160 employés) est la mieux placée pour servir les ­PME, car elle est plus agile, elle entretient une relation de proximité avec ces entrepreneurs et fournit des solutions personnalisées. Les grands cabinets seraient plus à leurs avantages en servant de grandes entreprises. Qui se ressemble s’assemble, en quelque sorte.


M. ­St-Aubin n’est cependant pas fermé non plus à l’idée de voir ­Demers ­Beaulne sauter dans le train des acquisitions. « C’est possible, surtout en raison du coût croissant de la technologie, ­dit-il. Ce sont des coûts fixes, alors augmenter notre masse critique peut aider à alléger ce poids. »


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «LES GRANDS DE LA COMPTABILITÉ 2018»


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le top 25 des cabinets comptables au Québec en 2018

Édition du 05 Mai 2018 | Les Affaires

Quelles sont les firmes en croissance ? Quels sont les petits nouveaux qui font leur entrée au classement en ...

Appuyer ses clients partout dans le monde

Édition du 05 Mai 2018 | Jean-François Venne

Les entreprises québécoises s’internationalisent de plus en plus et les cabinets comptables doivent ...

OPINION La tarification est en pleine mutation dans les firmes comptables
Édition du 05 Mai 2018 | Jean-François Venne
Les nouvelles technologies, fossoyeuses des comptables?
Édition du 09 Décembre 2017 | Simon Lord
Déchiffrer l'avenir de la profession comptable
Édition du 09 Décembre 2017 | Simon Lord

À la une

En quoi #MoiAussi concerne aussi les conseils d’administration

BLOGUE INVITÉ. Voici des actions concrètes que les CA de PME peuvent poser pour gérer les risques de harcèlement.

Anfibio chausse une nouvelle génération

13:57 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Cinquante ans après sa création, la PME ouvrira son premier atelier-boutique.

Le prix des propriétés multirésidentielles en hausse en 2018

13/11/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les hausses des prix médians des propriétés multirésidentielles dépassent celles des unifamiliales.