Un marché à l'avantage des locataires... pour le moment

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Novembre 2016

Un marché à l'avantage des locataires... pour le moment

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Novembre 2016

Par Claudine Hébert

Jean Laurin, président et chef de la direction chez NKF Devencore.

Le taux d'inoccupation élevé de 12 % au centre-ville de Montréal procure un solide avantage aux locataires depuis deux ans. Et l'ajout de plus de 1,5 million de pieds carrés de nouveaux locaux pour bureaux de catégorie «A» livrés au cours des derniers mois (le 900 Maisonneuve, la tour Aimia et la tour Deloitte), contribue à ce rapport de force en leur faveur.


RETOUR AU DOSSIER LES GRANDS DE L'IMMOBILIER COMMERCIAL


«Jamais je n'ai vu des taux de location aussi agressifs, réduits d'au moins 20 %», observe Jean Laurin, président et chef de la direction chez NKF Devencore. Par conséquent, tout est négociable lors des renouvellements de baux, poursuit-il.


Qui peut négocier ?


Tout le monde peut négocier son loyer. Certains acteurs ont toutefois plus de poids que d'autres. Plus la crédibilité des locataires est élevée (entreprises financières, bureaux gouvernementaux, sociétés bien établies avec profits...), plus les demandes de ces derniers peuvent être bonifiées de mois gratuits et de travaux d'aménagement.


En fait, explique M. Laurin, les deux parties ont avantage à connaître leurs forces et leurs faiblesses au moment d'entamer les négociations. Et, surtout, à connaître les perceptions que les parties concernées ont l'une de l'autre. Un locataire conscient qu'il bénéficie d'un pouvoir d'attraction auprès d'autres entreprises peut espérer obtenir un peu plus sur son bail. Un immeuble de catégorie A qui perd, en peu de temps, d'importants locataires peut présenter de belles aubaines pour des entreprises en quête de locaux contigus.


À ce propos, sans connaître les détails du bail qui lie la Banque Laurentienne à sa future adresse située au 1360, boul. René-Lévesque Ouest, certains avancent que l'institution financière a sans doute bénéficié de très bonnes conditions de location pour occuper 240 000 pi2 de l'immeuble. D'autant plus que l'immeuble, détenu par la société allemande KanAm Grund, est actuellement en vente. D'avoir des locataires de prestige contribue à augmenter la valeur de vente.


Par ailleurs, puisque la Banque Laurentienne s'apprête à quitter le 1981, avenue McGill College, on peut supposer que de belles occasions attendent les locataires qui seront intéressés par cette adresse du centre-ville. Plus de 290 000 pi2 ont été mis en disponibilité.


Lorsque les appels d'offres ont été publiés au printemps 2015, l'institution financière avait le choix entre une dizaine d'adresses comprenant plus de 200 000 pi2 contigus. «Ce qui n'est plus le cas ces jours-ci. Contrairement aux locaux de moins de 50 000 pi2 qu'on trouve assez facilement, les locataires qui recherchent de grands blocs d'espace contigus ont très peu d'options présentement à Montréal. Les superficies de 200 000 pi2 disponibles se comptent sur les doigts de la main», dit M. Laurin.


La récréation achève


Bien que le taux d'inoccupation au centre-ville de Montréal soit l'un des plus élevés que la métropole ait connu (le taux d'inoccupation du secteur Westmount a même atteint 15,2 %), le prix des loyers a, par contre, tendance à rester stable, voire à augmenter légèrement.


«Les propriétaires souhaitent maintenir la valeur de leurs immeubles au centre-ville», précise M. Laurin. Le prix moyen de location au pied carré brut des immeubles de catégorie A et B est passé de 32,52 $ à 33,04 $. Cet indice, dit-il, laisse présager la fin du cycle à l'avantage des locataires. Les belles occasions devraient diminuer d'ici les 18 prochains mois. Tout au plus d'ici deux ans, estime Jean Laurin.


Enfin, il y a toujours eu un jeu de chaise musicale, et la musique continuera de jouer, note cet expert en immobilier. Il aime d'ailleurs citer l'exemple du secteur de la Cité du Multimédia qui, il y a deux ans, affichait l'un des taux d'inoccupation les plus élevés du centre-ville, avec 15 %. Aujourd'hui, il se situe sous la barre des 6 %.


RETOUR AU DOSSIER LES GRANDS DE L'IMMOBILIER COMMERCIAL


→ Pour dénicher une aubaine en matière d’immeuble de catégorie A au centre-ville de Montréal, il faut chercher dans le Vieux-Montréal, où le prix moyen de loyer brut au pied carré pour ce type d’immeuble est le plus faible, à 31,10 $. Source : « Centre-ville de Montréal, automne 2016, marché de bureau », NKF Devencore


C’est sur le boulevard René-Lévesque qu’on retrouve le plus grand inventaire de locaux pour bureaux au centre-ville de Montréal, soit près de 11 millions de pieds carrés. C’est également sur cette artère que le coût du loyer brut moyen au pied carré pour un immeuble de catégorie A est le plus élevé, soit 47,30 $. En revanche, le coût moyen brut pour un immeuble de catégorie B figure parmi les plus bas, à 30,56 $ le pied carré.


 





image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le syndicat s'attaque à la gestion de la Laurentienne

05/09/2018 | Julien Arsenault, PC

« Là, ça suffit de se cacher en arrière d’une convention collective», dénonce la directrice exécutive du SEPB.

À surveiller: Banque Laurentienne, Kinder Morgan et Savaria

05/09/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Banque Laurentienne, Kinder Morgan Canada et Savaria?

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?