Les essais routiers de l'édition du 14 mars 2015

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

Les essais routiers de l'édition du 14 mars 2015

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

slide-image

Kia K900: la grande oubliée

Certaines voitures ne reçoivent pas la reconnaissance qu'elles méritent. Une constatation qui n'a souvent aucun rapport avec les qualités de la voiture, mais plutôt avec la réputation de la marque ou avec la discordance entre l'auto et la réputation de son constructeur. C'est le cas de la Kia K900, une grande berline de luxe qui souffre un peu d'appartenir à la grande famille coréenne, plutôt que de représenter l'Europe comme le font la plupart de ses rivales.

Dommage, car la K900 a de quoi plaire aux plus exigeants, tant sur le plan du confort que de la performance. Elle devrait séduire encore plus les conducteurs soucieux d'économie, puisqu'elle offre un rapport qualité/prix supérieur à celui de la plupart de ses rivales.

En plus de sa silhouette unique et moderne (un autre concept mis en avant par le designer vedette Peter Schreyer), la K900 est une véritable limousine. Spacieuse, d'une qualité de finition irréprochable, elle offre un habitacle digne des grandes berlines de luxe qu'elle côtoie sans complexes. Même les passagers ne trouveront rien à redire de la banquette arrière, d'où ils peuvent contrôler la climatisation et profiter de sièges ajustables électriques, chauffants et ventilés.

Le coffre est spacieux, bien que le design même de la voiture soit un léger handicap : la silhouette se profilant fortement vers l'arrière, elle s'aplatit à la hauteur du coffre, réduisant un peu l'espace de chargement en hauteur. Heureusement, les dimensions sont suffisamment imposantes pour ranger les valises de toute taille.

Même si la direction n'est pas aussi nerveuse qu'on aurait pu le souhaiter, la Kia K900 propose quand même un certain plaisir de conduite. Son moteur V8 de 420 CV (dans la version la plus haut de gamme, car elle est aussi livrable en version V6) est vif et nerveux, et capable de mouvoir avec une certaine célérité la voiture malgré sa taille et son poids imposants.

Le rayon de braquage n'est pas non plus aussi étroit que ce à quoi on pourrait s'attendre, mais la présence d'une caméra à 360 degrés permet de se glisser dans les espaces les plus exigus sans trop d'efforts. Évidemment, une caméra de recul avec des lignes de guidage vient compléter le tout. Sur le plan de la sécurité, tous les systèmes embarqués populaires y sont, y compris un détecteur de changement de voie qui réagit avec vigueur en cas de traversée impromptue de lignes de la chaussée. Un élément moins pratique lorsque la chaussée est enneigée, mais fort efficace dans les régions au climat plus tempéré. Clés intelligentes (la voiture vous reconnaît à votre approche et illumine les rétroviseurs latéraux), système audio haut de gamme : tous ces accessoires viennent ajouter au confort des occupants. Seul le système de navigation par satellite s'est avéré un peu lent, entraînant quelques confusions de trajectoire lors de multiples virages serrés.

Ce qui étonne, c'est son prix. Cette voiture est disponible pour un peu moins de 70 000 $ en version un peu équipée, alors que notre modèle d'essai, muni de toutes les options, valait environ 75 000 $. Le prix peut sembler élevé, mais soyons réalistes : la K900 les vaut bien, pourvu qu'on se donne la peine de l'observer attentivement.

Forces

Bien équipée

Moteur souple

Rapport qualité/prix

Faiblesses

Consommation en ville

Réputation de la marque

Méconnaissance du produit

Fiche technique

Cylindrée : 5,0 L V8

Puissance : 420 CV

Couple : 376 livres-pied

Transmission : Automatique à huit rapports

Entraînement : Propulsion

Disponibilité : saison 2015

Prix : à partir de 69 995 $

Kia K900: la grande oubliée
slide-image

Mazda CX5 2016: un look plus dynamique

Changer une voiture du tout au tout n'est souvent pas nécessaire. Quand le véhicule connaît un certain succès, il est inutile de trop le modifier. Souvent, quelques changements esthétiques ou des groupes d'options qui diffèrent suffisent à lui donner un air de nouveauté. C'est le cas du nouveau Mazda CX5, un utilitaire sport déjà disponible avec l'étiquette de 2016.

Ne cherchez pas ici de changements radicaux. On a bien modifié un peu le look, mais si peu. La grille avant a subi la plus importante modification. Le pare-choc a lui aussi subi quelques changements. Il faut quand même être un observateur averti pour apprécier le tout. Malgré tout, les modifications sont suffisantes pour alléger un peu la silhouette du petit utilitaire, qui perd son allure un peu courtaude et devient plus dynamique.

Dans l'habitacle, rien de nouveau, à l'exception d'un frein d'urgence électronique, une trouvaille qui ne figurait pas dans les options du CX5.

Précisons cependant que les versions plus haut de gamme modifient l'offre en ajoutant le module Mazda Connect, qui améliore la connectivité et l'utilisation de différentes applications. Pour ce faire cependant, le véhicule doit être à l'arrêt, comme la prudence l'exige.

Enfin, la version la plus luxueuse est munie du I-Active Sense, un ensemble de systèmes électroniques embarqués destinés à améliorer la sécurité. Parmi ceux-ci, un détecteur d'objet dans les angles morts, un détecteur de trafic latéral et un système qui vous avertira en cas de changement de voie inopportun.

Aucun changement n'a cependant été apporté à la mécanique, qui propose toujours deux options : un petit moteur de 155 CV, ou une version plus musclée qui atteint les 182 CV. Ce dernier est évidemment à envisager si vous utilisez le CX-5 au maximum. Puisqu'il est également équipé de la technologie SkyActiv, il est aussi plutôt frugal, ce qui n'est pas pour nous déplaire.

Disponibilité : mars 2015

Prix : à partir de 22 995 $

Mazda CX5 2016: un look plus dynamique
slide-image

Audi Q7: grand et vert

Audi a dévoilé il y a quelques semaines à peine la version remaniée de son grand utilitaire Q7. Mais voilà que ce véhicule grand format prend le tournant environnemental et affiche désormais l'appellation e-tron.

E-tron, c'est le nom générique qu'Audi a donné à tous ses véhicules hybrides branchables, dont le Q7 est le dernier exemple. Avec quelques heures de recharge (quatre tout au plus affirme le fabricant), le grand Q7 sera capable de rouler en mode électrique seulement sur une distance de plus de 56 kilomètres.

La version présentée au Salon international de l'auto de Genève, en plus de son moteur électrique de 94 kWh, était équipée d'une motorisation diesel capable de développer quelque 373 CV et d'une accélération de 0 à 110 km/h en moins de six secondes. Pour le moment, on ne sait trop si les projets nord-américains comprendront le moteur diesel ou le moteur à essence 3,0 L déjà disponible sur le Q7 de série.

Un mode EV permet de n'utiliser que la batterie, privilégiant l'électricité pour les zones urbaines. Un mode Battery Charge accélère la recharge, roulant en récupérant l'énergie dépensée ainsi que l'énergie du freinage de façon plus marquée, tandis qu'un mode Battery Hold n'utilise que le moteur à essence. Une fois combinés, tous ces modes devraient permettre une consommation de 1,7 L aux 100 km aux conducteurs dont les déplacements quotidiens sont de courte durée.

Longue de 5,05 m, cette Audi a été conçue avec des composants d'aluminium et d'acier afin d'alléger autant que possible sa structure. Vu de l'extérieur, ce VUS donne une impression de robustesse. L'intérieur spacieux est quant à lui placé sous le signe du raffinement, grâce au recours à des revêtements de grande qualité.

Disponibilité : septembre 2015

Prix : n.d.

Audi Q7: grand et vert

Les essais routiers de l'édition du 14 mars 2015.


Cliquez ici pour consulter le cahier auto «Les aides à la conduite»

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La Tesla Model 3, la voiture du siècle?

18/08/2017 | François Remy

INFOGRAPHIE. Forte de son expertise et de sa nouvelle accessibilité, Tesla prend de vitesse touts ses compétiteurs.

Direction Dix30 pour le Groupe Park Avenue

27/07/2017 | Simon Lord

PME DE LA SEMAINE. Une nouvelle boutique afin de tenter de révolutionner l’expérience des clients.

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.