L'absentéisme, problème épineux... dès 1944

Publié le 20/08/2018 à 15:00

L'absentéisme, problème épineux... dès 1944

Publié le 20/08/2018 à 15:00

Par Marie-Pier Frappier

On ne cesse d'arguer que l’absentéisme au travail, c’est-à-dire les absences évitables, habituelles et souvent imprévues, augmentent avec les années. Pourtant, on en parle dans Les Affaires depuis 1944! À ce rythme, on pourrait penser que le taux d'absentéisme a atteint des niveaux records... mais non.


Ce qui change, ce sont les facteurs associés aux taux d’absence qui intéressent les employeurs. En effet, avec le temps, le stress et la dépression, l'alcoolisme et la toxicomanie ont remplacé les maux de dos, la grippe et les accidents, selon les derniers chiffres de Statistique Canada. «L'absentéisme a toujours préoccupé les entreprises.


Ce qui est de plus en plus grave, ce sont les absences liées à des problèmes de santé mentale», disait un conseiller en gestion des ressources humaines au Groupe-conseil Aon en 1999 dans Les Affaires.


À relire, notre dossier: Santé psychologique: prévenir plutôt que guérir


Consultez notre dossier
«Les Affaires fête ses 90 ans»


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: