De la vision à l'action

Publié le 26/06/2010 à 00:00, mis à jour le 06/06/2011 à 10:37

De la vision à l'action

Publié le 26/06/2010 à 00:00, mis à jour le 06/06/2011 à 10:37

Le dirigeant doit savoir mobiliser ses troupes vers un objectif commun. Nos conseils pour y parvenir. La vision d'un entrepreneur, c'est un aperçu clair, réaliste et optimiste de l'avenir de son organisation. " Tous les chefs d'entreprise ont une vision, dit Denis J. Garand, professeur au Département de management de l'Université Laval. Sinon, ils n'auraient rien à entreprendre et ne seraient pas en affaires ! "


La vision d'un dirigeant : l'affaire de tous


Le plus difficile est de passer du rêve à la réalité. Pour ce faire, l'ingrédient principal est le partage d'informations : pour se concrétiser, une vision ne peut pas rester l'affaire d'une seule personne. " Malheureusement, peu de dirigeants de PME partagent leur vision avec leurs employés ", dit M. Garand. Or, si ces derniers ne savent pas où ils vont, ils risquent de ne pas arriver à destination...


Pierre Marc Tremblay fait beaucoup plus qu'expliquer sa vision à ses employés : le président et chef de la direction des Restaurants Pacini les envoie en Italie, tous frais payés ! " Je voulais que mes restaurants soient la Petite Italie des quartiers où ils sont implantés, mais mes employés ne connaissaient rien à ce pays ", explique-t-il.


Le tiers des cuisiniers, serveurs et directeurs de la chaîne de 26 restaurants ont visité le pays de Léonard de Vinci jusqu'à maintenant. Certains ont suivi une formation à l'Académie culinaire Pacini, en banlieue de Venise; d'autres ont reçu un voyage en échange de leur bonne performance ou pour avoir concocté la croûte de pizza la plus croustillante lors du concours Maestro di cucina, réservé aux employés.


" Quand ils reviennent d'Europe, ces employés comprennent ce qu'est un bon parmesan ou l'importance d'utiliser des produits frais ", souligne M. Tremblay. Autrement dit, ils connaissent mieux la vision du grand patron et comment la mettre en oeuvre.


Liliane Colpron, présidente des boulangeries Première Moisson, met tout autant l'accent sur la communication. " Je rencontre notre quinzaine de partenaires-exploitants, qui sont aussi nos directeurs de succursales, tous les mois pendant quatre heures, et pendant trois jours lors d'un lac-à-l'épaule annuel ", précise Mme Colpron. Chacun comprend alors mieux ses priorités.


Savoir écouter et expliquer


Pour bien partager sa vision, un dirigeant doit savoir écouter autant qu'expliquer. " Et s'assurer, quand il parle à ses directeurs, que l'information se rend en cascades jusqu'aux superviseurs et aux employés ", dit Pierre Paquette, conseiller en relations industrielles agréé (CRIA) et président de Corpo Diagnostic, de Montréal.


" La vision doit être expliquée de vive voix à tous les employés, dit Louis Jacques Filion, titulaire de la Chaire d'entrepreneuriat Rogers - J.-A. Bombardier à HEC Montréal. Le dirigeant doit prévoir plusieurs rencontres pour présenter sa vision du marché, les occasions à saisir et les améliorations qu'il compte apporter à l'organisation, par exemple. "


Cela ne nuit pas, par la suite, de rappeler ces éléments dans le journal interne de l'organisation ou lors d'événements comme le party de Noël. Évidemment, pour bien faire comprendre son message, rien de tel que de donner le ton. L'exemple classique ? Un patron qui renonce à son automobile de luxe et à son somptueux bureau parce qu'il rêve de vendre des produits de qualité au plus bas prix possible... comme l'a fait Sam Walton, fondateur des magasins Walmart.


Consulter les employés


Ce partage d'information consiste aussi à faire appel aux employés, quel que soit leur rang hiérarchique, pour vérifier la faisabilité d'une vision. Les avantages de ce coup de sonde ? Les employés se sentent engagés, tandis que le grand patron comprend mieux les risques et les occasions liés à la mise en oeuvre de sa vision. Il gagne aussi en crédibilité.


" Un chef d'entreprise est un rêveur, un artiste; il doit tester sa vision auprès de travailleurs sur le terrain pour savoir si elle est réaliste, et sinon, à quelles conditions elle pourrait le devenir ", dit Denis Dessureault, CRIA et associé de la firme Dessureault, Savard, Caron, de Saint-Bruno.


Louis Garneau le reconnaît d'emblée : " Je suis un cycliste titulaire d'un baccalauréat en arts plastiques; pour concrétiser ma vision - c'est-à-dire conquérir le monde grâce à mes produits cyclistes -, je compte sur mes directeurs : des gens formés en finance, en ingénierie et en production. "


Planifier la mise en oeuvre


Pour mettre en oeuvre sa vision, il faut aussi établir une planification stratégique, afin de déterminer les éléments clés qui manquent pour la réaliser. Ces éléments (par exemple : garantir ses délais de livraison pour fidéliser sa clientèle) doivent se traduire en objectifs réalistes et mesurables pour chacun des employés. " Évidemment, il faut aussi donner à ces employés les ressources ou la formation dont ils ont besoin pour atteindre leurs objectifs ", précise M. Paquette.


Enfin, pour que la vision du patron prenne racine et mobilise tous les employés, " le programme de reconnaissance de l'entreprise doit récompenser ceux qui la font vivre et lui donnent forme, que ce soit au moyen d'une lettre personnelle, d'une prime ou de la possibilité de gagner un voyage ", souligne M. Dessureault. Cela dit, pour pouvoir féliciter ses vedettes, un dirigeant doit savoir qui elles sont. Il doit donc rencontrer ses troupes dans les bureaux ou dans l'usine ou faire le point à ce sujet une fois par mois avec les directeurs.


Une vision à vie ?


" Une vision peut changer au fil des ans, mais pas radicalement, ni du jour au lendemain ", dit Louis Jacques Filion.


Depuis qu'elle a fondé les boulangeries Première Moisson, en 1992, Liliane Colpron a toujours eu la même : " Fabriquer du pain qui soit à la fois bon au goût et bon pour la santé ", dit la femme d'affaires. Cela a signifié de ne pas utiliser de farines blanchies ni d'agents de conservation, entre autres.


Cette vision s'est élargie peu à peu. En 2007, par exemple, Première Moisson a décidé d'utiliser uniquement du blé cultivé au Québec dans le but de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, en évitant le transport des denrées sur de longues distances. " Ce qui est bon pour l'environnement est nécessairement bon pour la santé ! " explique Mme Colpron. Il y a un an, la chaîne de 18 boulangeries et de deux comptoirs express a aussi fait le pari du développement durable : elle tente désormais de réduire sa consommation d'énergie et d'eau et de traiter avec des fournisseurs qui ont des pratiques particulièrement écologiques.


Pour sa part, Pierre Marc Tremblay, président des Restaurants Pacini, ne revoit sa vision que quand les mauvaises décisions s'accumulent. " Cependant, je me demande d'abord, et je le demande à mon équipe, si c'est ma vision qui est en cause - être la Petite Italie des quartiers où nous sommes implantés - ou plutôt son application. "


Un énoncé rare !


Une étude publiée récemment par la Chaire d'entrepreneuriat Rogers - J.-A. Bombardier montre qu'à peine 30 % des entreprises figurant au classement du Fortune 500, en 2005, indiquaient leur vision sur leur site Internet. Pire : seulement 37 % des entreprises avaient élaboré une " vraie vision ", telle que définie par les auteurs de cette étude, c'est-à-dire un énoncé tourné vers l'avenir; qui cerne un marché à occuper; une vision qui soit spécifique et réalisable et qui implique un changement.


La vision d'un entrepreneur doit être fondée sur ses valeurs et sur son interprétation du marché. " Élaborer une vision est un processus graduel, au cours duquel on apprend sans cesse ", précise Louis Jacques Filion, de la Chaire d'entrepreneuriat Rogers - J.-A. Bombardier et auteur de plusieurs études et ouvrages sur le sujet.


" Le dirigeant doit rencontrer ses proches, ses clients et ses collaborateurs et discuter avec eux de ce qu'il pourrait faire, et comment. " Tout cela crée un terreau fertile dans lequel pourra germer une vision à la fois claire, réaliste et emballante.

À suivre dans cette section


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Desjardins : les excédents reculent de 32,2% au 4e trimestre

Mis à jour le 17/10/2011

Les excédents, ou profits nets, du Mouvement Desjardins ont chuté de 32,2 pour cent au quatrième trimestre, passant ...

Votre salaire a-t-il grimpé autant que celui des autres ?

Mis à jour le 17/10/2011

La rémunération hebdomadaire moyenne des employés salariés non agricoles a augmenté de 4,5 pour cent en décembre ...

À la une

10 choses à savoir jeudi

Il y a 44 minutes | Alain McKenna

31M$ pour ces robots québécois! Un bingo pour Spotify à Montréal lundi, pourquoi Trump apparaît quand on google «idiot»?

Avec Helix, Videotron pourrait en découdre avec… Hydro-Québec

BLOGUE. La domotique comme solution à une consommation énergétique excessive, c’est gros.

Comment rendre (enfin) harmonieuses vos journées de travail?

BLOGUE. L'idée, c'est d'apprendre à prendre son temps...