Préparer les gens à se défendre seuls devant la justice

Publié le 10/12/2012 à 14:08

Préparer les gens à se défendre seuls devant la justice

Publié le 10/12/2012 à 14:08

Par Claudine Hébert

Le nombre de personnes qui décident se présenter seules devant le juge est en hausse.


« Plusieurs cabinets qui évoluent dans le milieu familial soulèvent qu’une personne sur deux règle désormais ses procédures de séparation et divorce sans avocat », signale Claire Morency, directrice générale de la Fondation du Barreau du Québec.


Cette hausse a incité l'organisme à produire « Seul devant la cour », une série de fascicules qui contient des renseignements d’ordre général pour aider la population à mieux comprendre les principales étapes du processus judiciaire.


« L’accessibilité à la justice fait partie du mandat de notre Fondation. Cette initiative démontre que l’on ne se met pas la tête dans le sable », ajoute Claire Morency.


« Attention, notre intention n’est pas d’encourager systématiquement les gens à se présenter seul devant la cour. Il s’agit plutôt d’une boîte à outils qui permet au grand public d’effectuer des choix plus éclairés », tient-elle à préciser.


Après un premier numéro portant sur la matière civile publié en 2009, la Fondation a ajouté une deuxième brochure en matière familiale en 2010.


Elle a produit depuis peu un troisième fascicule dédié aux procédures criminelles et pénales. « Il s’agit d’un secteur du droit qui peut avoir de lourdes conséquences sur la vie d'un individu », soulève la directrice.


Un 4e fascicule, en préparation, devrait être publié dès le début de l’année 2013. Il traitera des tribunaux administratifs du Québec (TAQ). Un autre domaine qui suscite beaucoup d’intérêt de la part du grand public.


À ce jour, près de 90 000$ ont été investis pour la production de ces brochures, qui sont accessibles dans les Palais de justice.


Le financement de la Fondation provient essentiellement des contributions volontaires des membres du Barreau, de membres gouverneurs et de deux activités de collecte de fonds, qui ont lieu une fois par an à Montréal et Québec. 


Plusieurs raisons expliquent le phénomène croissant de personnes voulant se défendre soi-même à la cour. L’accès à l’aide juridique se révèle, dans les faits, peu accessible pour la plupart des citoyens, et les frais d’avocats coûtent chers.


La Fondation croit que ces fascicules pourront aider à raccourcir la durée des procédures. Lorsque les gens décident de se présenter seuls devant la cour, les juges et greffiers se retrouvent dans l’obligation de les informer sur des procédures que maîtrisent habituellement les avocats. Mieux vaut donc bien préparer ces personnes, estime Claire Morency.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Trivium veut permettre aux PME de financer leurs recours en justice

05/09/2018 | Catherine Charron

Ça fait maintenant deux ans que Marc-Antoine Cloutier discute avec Desjardins de «cette petite révolution».

Yves Séguin rejoint le cabinet d'avocats BCF

09/07/2018 | lesaffaires.com

L'ancien ministre des Finances se joint à l'équipe à titre d’avocat-conseil et de conseiller stratégique.

OPINION Des nouvelles des grands cabinets d'avocats
Édition du 16 Juin 2018 | Jean-François Venne
Les avocats forcés à innover
Édition du 13 Janvier 2018 | Simon Lord
Les professionnels du droit plus vulnérables mentalement
Édition du 13 Janvier 2018 | Simon Lord

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: