Un exploitant d'érablière veut commercialiser de l'eau embouteillée

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Mai 2017

Un exploitant d'érablière veut commercialiser de l'eau embouteillée

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Mai 2017

Par

L’exploitation d’une érablière entraîne des rejets d’eau considérables, dont un entrepreneur gaspésien veut tirer profit.

Gaspésie


Le producteur de produits de l'érable Ma Cabane en Gaspésie veut embouteiller et commercialiser les énormes quantités d'eau rejetées par l'érablière. Chaque année, selon le nombre d'entailles, l'érablière produit environ 350 000 gallons d'eau, soit l'équivalent de trois millions de bouteilles de 500 ml. «Quand je voyais les quantités phénoménales d'eau rejetées dans la nature, je me disais qu'il y avait quelque chose à faire, mais on n'avait pas le canal de distribution à l'époque», explique Gino Ouellet, propriétaire de Ma Cabane en Gaspésie. Cette eau pure à 100 % est recueillie au moment de la séparation des sucres contenus dans l'eau d'érable. Des systèmes d'osmose inversé concentrent tout le sucre dans environ 15 % de l'eau. Le 85 % restant, dépourvu de minéraux, est d'une pureté absolue, ce qui n'est pas bon en soi puisque les minéraux font partie des vertus de l'eau. «Pour que l'eau soit consommable et sans effets secondaires désagréables, nous la reminéralisons de façon naturelle, ajoute M. Ouellet. Présentement, nous sommes dans un processus d'étude et, si le test est concluant, la mise en marché se fera en 2018. Entre-temps, on travaille à la façon d'embouteiller, au choix de la bouteille, au nom, etc.» L'embouteillage se ferait à Saint-Noël, dans le Bas-Saint-Laurent. Cinq ou six emplois seraient créés.


 


3 800


C’est le nombre d’emplois perdus au -Québec en avril, après un gain de 2 400 le mois précédent. Selon Études économiques -Desjardins, il faut cependant éviter de s’alarmer. « La tendance établie sur plusieurs mois est à la hausse et les chiffres du -PIB réel publiés récemment témoignent d’une bonne vitalité économique pour les deux provinces [l’Ontario et le -Québec], écrit l’organisme. Malgré ses soubresauts, -le taux de chômage est très faible au -Québec. Depuis quelques années, la démographie moins favorable de la province exerce une pression à la baisse additionnelle sur ce taux. Il s’agit d’un facteur structurel plutôt que conjoncturel qui persistera au cours des prochaines années. »


Source : Études économiques -Desjardins


 


Montréal 


L’UMQ veut un plan économique pour les régions


L’Union des municipalités du ­Québec (UMQ) veut établir un plan pour définir le rôle et les besoins des municipalités dans l’économie provinciale. L’idée a été lancée par le président de l’UMQ et maire de ­Sherbrooke, ­Bernard ­Sévigny, lors d’un forum sur le développement économique tenu à ­Montréal le 5 mai. « Il se dégage de ce forum un consensus fort à l’effet que les municipalités jouent un rôle fondamental en matière de développement économique, mais nous pouvons faire encore plus, a déclaré ­Bernard ­Sévigny. C’est pourquoi je convie le monde municipal à l’établissement d’un véritable plan économique pour les régions. Ce plan définira le rôle que nous pouvons jouer comme gouvernements de proximité, déterminera les outils dont nous avons besoin et les priorités économiques qui sont les nôtres. Comme le disait ­Mme Leroux, nous sommes la plus grande équipe de développement économique du ­Québec. »


— L’Avantage, ­Rimouski


 


Abitibi-Témiscamingue


Iamgold s’intéresse à l’or de ­Rivière-Héva


Après ­Agnico ­Eagle, c’est au tour d’Iamgold de s’intéresser au potentiel aurifère des environs de ­Rivière-Héva. La société vient de conclure une entente avec ­Exploration ­Midland en vue d’acquérir un intérêt de 50 % dans un projet couvrant 14 km2 de territoire autour de ­Rivière-Héva. Elle prévoit d’ailleurs y amorcer sous peu un programme d’exploration. Des travaux réalisés par ­Midland en 2016 ont mené à la découverte de plusieurs veines minéralisées ayant rapporté des teneurs allant de 2,7 à 19,9 grammes d’or par tonne de minerai.


Pour acquérir 50 % des intérêts dans la propriété ­Héva, ­Iamgold disposera de quatre ans et demi pour payer 500 000 $ à ­Midland et pour investir l’équivalent de 4 millions de dollars en dépenses d’exploration, dont 500 000 $ la première année. L’entente prévoit aussi qu’Iamgold pourra faire grimper sa participation jusqu’à 65 % moyennant des conditions semblables.


— L’Écho Abitibien, Val-d’Or


 


Montérégie


Important contrat pour l’usine ­Alstom de ­Sorel-Tracy


Alstom construira les bogies de 61 véhicules légers sur rail qui desserviront la région du grand ­Toronto et de ­Hamilton. Les bogies seront assemblés dans l’usine ­Alstom de ­Sorel-Tracy. La valeur du contrat accordé par ­Métrolinx, une agence du gouvernement ontarien, s’élève à plus de 531 M$. Le contrat inclut une option pour des véhicules supplémentaires, ­précise la ­porte-parole d’Alstom, ­Michelle ­Stein. Les bogies sont les chariots munis de roues situés sous les véhicules ferroviaires, notamment les métros et les trains. Ceux que construira ­Alstom pour ­Métrolinx sont du même type que les 34 véhicules ­Ciradis que l’entreprise construit actuellement pour le train d’Ottawa. L’usine soreloise fournit également les bogies destinés aux wagons du métro de ­Montréal. La cadence de production est respectée dans le contrat du métro de ­Montréal, affirme ­Mme ­Stein, qui n’est cependant pas en mesure de dire quand la production des wagons destinés à la région de ­Toronto commencera. L’usine ­Alstom de ­Sorel-Tracy emploie quelque 80 travailleurs.


— ­Les 2 rives, ­Sorel-tracy

À suivre dans cette section

Montréal, locomotive intelligente
Édition du 16 Décembre 2017 | Alain McKenna

DANS LE MÊME DOSSIER

Le Québec en bref
Édition du 16 Décembre 2017 | Les Affaires

Le Québec en bref
Édition du 09 Décembre 2017 | Les Affaires

Le Québec en bref
Édition du 25 Novembre 2017 | Les Affaires

Sur le même sujet

Le Québec en bref

Édition du 30 Septembre 2017 | Les Affaires

L'entreprise ontarienne The Green Organic Dutchman (TGOD) a acquis des terrains totalisant 3,2 millions de pieds ...

Traiter l'eau du robinet: à quel prix?

11/09/2017 | Martine Roux

Le traitement de l’eau à domicile gagne des adepte. Mais attention à ne pas noyer votre budget dans un verre d’eau...

À la une

L'offre de MTY pour Mikes déçoit, mais une surenchère semble peu probable

MTY n'est pas à l'abri d'une contre-offre, mais le cours d'Imvescor indique que peu y croient.

MTY-Imvescor: les points forts de la téléconférence

Le prix de 4,10$ pour Imvescor est un compromis entre un prix juste et celui que MTY était prête à payer.

Bourse: Toronto atteint un sommet

Mis à jour à 18:18 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Le maintien des prévisions de croissance de la Fed aura permis à l'once d'or de sortir de sa longue léthargie.