Une histoire qui illustre la montée du protectionnisme en Chine?

Publié le 08/09/2017 à 08:09

Une histoire qui illustre la montée du protectionnisme en Chine?

Publié le 08/09/2017 à 08:09

Par AFP

Photo: 123rf.com

Le camembert, le brie et le roquefort ne sont plus les bienvenus en Chine: les autorités sanitaires bloquent l'importation de plusieurs fromages étrangers, notamment français, ont indiqué des professionnels à l'AFP.


«Des produits qu'on a fait importer n'ont pas pu passer la douane depuis trois semaines », explique Vincent Marion, cofondateur de Cheese Republic, qui se présente comme la principale boutique en ligne de vente de fromages en Chine.


«D'après nos fournisseurs, les autorités sanitaires ont renforcé leurs critères », déplore M. Marion.


Selon une liste envoyée par un important fournisseur à ses clients et que s'est procuré l'AFP, les produits visés sont principalement ceux à pâte molle (camembert, brie, époisses) ou persillée (roquefort, bleu, fourme d'Ambert), ou au lait de chèvre.


La plupart des fromages à pâte dure (raclette, comté, beaufort, gruyère, emmental, tomme de Savoie) ne semblent pas concernés. La mozzarella italienne serait également épargnée. 


«L'importation de produits à tartiner, type Tartare, Saint-Morêt ou Kiri, devrait encore être possible», note M. Marion.


A Pékin, le restaurant français Paradox a affirmé à l'AFP que son fournisseur n'était plus en mesure d'importer un certain nombre de produits.


«Avec mes associés, ça fait des mois qu'on travaillait sur une nouvelle carte. On a lancé des plateaux de charcuterie et de fromages français. Ça marchait du tonnerre. Mais d'un seul coup, c'est beaucoup de travail et d'idées qui s'effondrent », raconte Axel Moreaux, le gérant de l'établissement.


«Il ne nous reste qu'un camembert en stock. On l'a mis au congélateur, en souvenir... et en espérant que l'interdiction soit levée», indique-t-il.


Si la consommation de produits laitiers a fortement augmenté en Chine ces dernières décennies, le fromage y reste un produit principalement consommé par une clientèle étrangère.


«La Chine, on le constate année après année, rend de plus en plus compliquée l'importation de produits étrangers. Là, je pense qu'elle veut protéger son industrie laitière», estime le dirigeant de Cheese Republic.


«Mais la restriction est tellement forte que ça revient à faire du protectionnisme», juge-t-il.


L'un des principaux importateurs en Chine de fromages français, la société Sinodis, a déclaré à l'AFP ne «pas vouloir communiquer pour l'instant» sur ce dossier.


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

«Nous nous élevons contre toutes les formes de protectionnisme»

24/01/2018 | AFP

Davos. Le puissant conseiller économique du président de la Chine promet plus d'ouverture.

Le Chinois qui voulait lancer une «Tesla killer» dans l'eau chaude

02/01/2018 | AFP

Criblé de dettes, le patron de LeEco a ignoré l'injonction des autorités de rentrer en Chine.

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?