«Nous continuons de croire à l'avenir de General Motors au Canada» - Stephen K. Carlisle, pdg de GM Canada

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Février 2015

«Nous continuons de croire à l'avenir de General Motors au Canada» - Stephen K. Carlisle, pdg de GM Canada

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Février 2015

Stephen K. Carlisle, pdg de GM Canada.


Une année en dents de scie pour le géant qui a fait face à un nombre record de 80 rappels pour une seule année, avec notamment sa crise des démarreurs (responsable d'une trentaine de décès au volant), et des procédures légales qui promettent d'être encore très longues.


Cliquez ici pour consulter le dossier La recette de Ford pour rester au sommet


Si GM occupe le premier rang des ventes aux États-Unis, il doit se contenter de la troisième place au Canada derrière Ford (292 000 véhicules, + 3 %) et Chrysler (290 000 véhicules, + 12 %). Toutefois, GM Canada a connu une hausse de 6 % en 2014 par rapport à 2013, avec près de 250 000 véhicules écoulés.


Mais au-delà de ces considérations factuelles, c'est l'avenir même de General Motors au Canada qu'il faut remettre en question. Lorsque le gouvernement fédéral et celui de l'Ontario ont allongé 10,8 milliards de dollars en 2009 pour sortir GM Canada de la faillite, il y avait une condition à respecter : on devait continuer de construire 16 % de la production automobile nord-américaine au Canada jusqu'en 2016.


Des pertes d'emplois au Canada


À un an de la fin de cette entente, nous savons déjà que la construction de la Camaro quittera la ville d'Oshawa pour Lansing, au Michigan. L'usine d'Oshawa va également fermer la ligne de production de la Chevrolet Impala et de l'Equinox, qui s'en vont aussi aux États-Unis.


La fin de la Camaro occasionnera 850 pertes d'emploi. Les chiffres de production de GM sont passés de 900 000 véhicules en 2000 à 591 000 en 2014. GM a déjà compté plus de 20 000 employés au Canada, il en reste moins de 9 000.


«Nous continuons de croire à l'avenir de GM au Canada», affirme son nouveau pdg, Stephan Carlisle. Il n'avait pourtant pas hésité à critiquer la compétitivité du Canada dès sa première journée à titre de président, en précisant qu'il faudra repenser le contrat social avec les travailleurs ainsi que le rôle des gouvernements dans l'aide au secteur automobile.


Cliquez ici pour consulter le dossier La recette de Ford pour rester au sommet



image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Uni-Sélect déçoit encore, l'action plonge de 20%

Le distributeur de pièces automobiles teste la patience de ses actionnaires qui espèrent encore une mise aux enchères.

Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Mis à jour le 18/02/2019 | Dominique Beauchamp

La hausse des prêts automobiles défaillants inquiète, mais il ne faut pas y voir la prochaine crise.

À la une

Le camionneur TFI sur les rangs pour un achat opportuniste aux États-Unis

Il y a 29 minutes | Dominique Beauchamp

TFII a fait une offre pour les actifs de livraison au dernier kilomètre de l'Américaine BeavEx en faillite.

SNC-Lavalin dévoile une perte de 1,6G$, coupe son dividende

Mis à jour il y a 50 minutes | Denis Lalonde

SNC-Lavalin a fait état d’une perte nette de 1,6 milliard $ (G$) au 4e trimestre, soit l’équivalent de 9,11$ par action.

À surveiller: Loblaw, Valener et Gildan

Que faire avec les titres de Loblaw, Valener et Gildan? Voici quelques recommandations d'analystes.