Un rendez-vous décisif avec le banquier pour Marché Goodfood

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Octobre 2016

Un rendez-vous décisif avec le banquier pour Marché Goodfood

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Octobre 2016

« La banque a aimé qu’on soit axés sur les chiffres », souligne Jonathan Ferrari, cofondateur de Marché Goodfood. [Photo : Jérôme Lavallée]

Marché Goodfood, spécialisée dans les paniers d'ingrédients frais prêts à cuisiner, n'a qu'un an et demi d'existence, mais elle compte déjà trois demandes de prêt à son actif tant la croissance est soutenue. Les jeunes fondateurs ont appris en accéléré à nouer une relation de confiance avec leur banquier. Ils avaient quand même un atout : ils ont tous les deux étudié en finance.


Retour au dossier La première fois que...


 Jonathan Ferrari et son associé, Neil Cuggy, avaient 27 ans et leur entreprise existait depuis six mois quand ils ont présenté leur première demande de prêt. Ils avaient créé, en 2015, Marché Goodfood.


Faisant rapidement face à une forte croissance, les fondateurs ont eu besoin de financement pour embaucher du personnel et acheter du matériel, dont un frigo industriel. «Les murs de notre bureau de 2 500 pieds carrés près du marché Atwater étaient tapissés d'une vingtaine de frigos classiques. Ça n'avait pas d'allure !» dit Jonathan Ferrari, pdg de Marché Goodfood.


L'entreprise a multiplié par 12 son chiffre d'affaires en un an et demi et est passée de 5 à presque 60 employés au cours de cette période. Elle a obtenu un important prêt de la Banque de développement du Canada (BDC) et du programme Futurpreneur, remboursable en cinq ans (la première année, seuls les intérêts pouvaient être versés), à un taux d'intérêt de 10 %, un taux qui varie selon les cas.


La rencontre d'un banquier pour une première demande de prêt représente un gros enjeu. Afin de compenser leur inexpérience, ils s'étaient bien préparés à leur première rencontre avec leur directeur de compte de la BDC, qui s'est déroulée dans leurs locaux. «On avait prévu une courte présentation de l'entreprise, et on lui a fait visiter nos installations. Ses questions étaient très pointues sur le service, les coûts de livraison, d'emballage, etc. La discussion a aussi beaucoup tourné autour du marché de l'alimentation et de son potentiel, de notre modèle d'entreprise, des marges et de nos revenus prévisibles», se souvient Jonathan Ferrari.


Investir son argent personnel


C'est là que les connaissances en finance des deux fondateurs a été un atout. «La banque a aimé qu'on soit axés sur les chiffres. Comme on a tous les deux travaillé dans une institution financière, on connaissait les attentes des banques et les réponses dont elles ont besoin pour analyser le risque», dit Jonathan Ferrari.


Le fait d'avoir conçu leur plan d'affaires avec l'aide de la BDC avant même la demande de prêt a aussi joué en leur faveur.


«Il y avait déjà une relation de confiance», souligne Jean-Philippe Pépin, directeur régional du groupe technologie à la BDC. «C'est important de choisir un directeur de compte intéressé par le projet et qui connaît le marché. C'est lui qui se battra pour que le dossier de prêt soit accepté par l'institution. Il faut qu'il y croie», conseille M. Ferrari.


Autre argument non négligeable présenté par les deux fondateurs : en plus d'avoir investi leur argent personnel à hauteur de 50 000 $, ils avaient déjà convaincu des investisseurs privés de s'engager dans l'entreprise. «L'investissement personnel des entrepreneurs est important, car on veut qu'ils prennent sur eux une partie du risque. Autrement, ce serait facile de lancer des projets et de les abandonner au premier obstacle», affirme Jean-Philippe Pépin.


Quant à la diversité des partenaires, c'est «rassurant pour nous», poursuit le directeur. Non seulement ça prouve que le projet semble viable aux yeux d'autres investisseurs, mais «quand ça va mal, tout le monde partage le problème et peut trouver des solutions communes .»


Les fondateurs de Goodfood avaient également mis toutes les chances de leur côté en réalisant des ventes avant même d'aller solliciter leur banque. «C'est un atout de pouvoir démontrer que la production a commencé avec succès», souligne Édouard Bonaldo, directeur général du Centre d'aide aux entreprises Haute-Montérégie. Un argument décisif auprès des institutions financières, puisque cela montre qu'il y a une demande et que le produit attire une clientèle.


Soutien de mentors


Conscients que leur jeune âge pourrait compliquer leur aventure entrepreneuriale, les deux fondateurs avaient pris soin, avant de rencontrer leur banque, de nouer des relations avec des mentors dans les domaines de la logistique, de l'achat de nourriture, du marketing et de la finance, explique Jonathan Ferrari.


En s'appuyant sur des connaissances dans leur réseau, ils ont réuni autour d'eux des experts qui ont accepté de les rencontrer régulièrement pour leur donner des conseils sur les problèmes qu'ils allaient affronter. Un point qui a sans conteste rassuré la banque. «Il faut toujours avoir une personne en point d'appui quand tout va mal», recommande Édouard Bonaldo.


L'entreprise, qui livre ses paniers dans tout le Québec et en Ontario, a dû ensuite présenter deux autres demandes de prêt pour financer sa croissance. Le fait d'avoir noué une relation de confiance avec leur directeur de compte a facilité les autres demandes.


Par ailleurs, «on essaie toujours de prévoir nos besoins pour ne pas se retrouver en difficulté», explique M. Ferrari. Une stratégie validée par Jean-Philippe Pépin : «Risquer de manquer de fonds créerait des situations qui mettraient à mal la crédibilité de l'entreprise, comme celle ne pas pouvoir payer ses employés».


Grâce au financement reçu, Marché Goodfood a pu déménager dans des locaux plus grands (16 000 pi2) dans l'arrondissement Saint-Laurent en mars dernier, ce qui a permis de «mettre en place une chaîne de montage plus efficace», précise le cofondateur de l'entreprise.


Retour au dossier La première fois que...


 La première fois que...


Série 7 de 9. Le chemin de la croissance est ponctué d'étapes incontournables. Cette série présente des cas d'entreprises qui les ont traversées avec succès. Cette semaine : l'obtention d'un premier prêt.


 


 

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

J'ai essayé Goodfood pendant un mois et je ne retournerai plus jamais en arrière

17/07/2017 | Alain McKenna

BLOGUE. C’est frais. C’est facile. C’est bon. Que demander de plus?

L'alimentation en ligne pourrait finalement prendre son élan en 2016

Édition du 11 Juin 2016 | Alain McKenna

Pendant que les épiciers canadiens cherchent la bonne formule pour vendre en ligne, l'entreprise Web Marché Goodfood, ...

OPINION

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.