Comment Budge Studios a recruté son premier employé sur Craigslist

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Mars 2016

Comment Budge Studios a recruté son premier employé sur Craigslist

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Mars 2016

Eric Schweichler et la cofondatrice de Budge Studios, Noémie Dupuy. [Photo: Jérôme Lavallée]

Le premier employé que Budge Studios a recruté, Eric Schweichler, a été repêché sur Craigslist, un site de petites annonces! Une façon originale de dénicher un informaticien d'expérience. «Quand on a lancé l'entreprise, il fallait embaucher immédiatement, car personne dans notre équipe n'avait d'expertise en programmation. Mais c'était tout un défi, car nous étions totalement inconnus», se rappelle Noémie Dupuy, qui a cofondé la PME montréalaise avec David Lipes et Michael Elman.


Retour au dossier La première fois que...


Aujourd'hui, l'entreprise, qui développe et édite des applications mettant en vedette des personnages pour enfants comme Fraisinette ou Thomas le train, compte une centaine d'employés et plus de 200 millions de téléchargements à son actif. Mais lors de sa création, en 2010, il fallait trouver quelqu'un qui allait croire à l'aventure et bâtir l'entreprise de toutes pièces avec ses fondateurs.


«Ce n'était pas évident, surtout dans un domaine aussi concurrentiel que celui du jeu vidéo. À l'époque, plusieurs grands acteurs étaient déjà établis et travaillaient sur de gros titres», raconte la vice-présidente, qui a quitté Ubisoft pour fonder son entreprise.


Au lieu d'attendre les candidats, l'équipe a donc décidé d'aller cogner directement à leur porte. Les trois associés ont épluché le Web à la recherche d'employés potentiels.


«À l'époque, beaucoup de programmeurs travaillaient à leur compte et s'annonçaient en ligne. Certains étaient travailleurs autonomes, alors que d'autres offraient leurs services pour de petits mandats, en dehors de leurs heures de travail», raconte la cofondatrice.


Une source intéressante pour trouver des informaticiens capables d'aligner les lignes de codes, mais ayant aussi la fibre entrepreneuriale. C'est d'ailleurs en consultant l'annonce d'un pigiste sur Craigslist qu'ils ont déniché la perle rare, un employé qui travaille encore à temps plein avec eux.


Fouiller sur le Web peut être une façon de trouver des candidats intéressants quand personne ne connaît son entreprise. «Il existe plusieurs ressources disponibles gratuitement sur Internet. L'idée, c'est de choisir les meilleures selon le type d'emploi offert», précise Maryse Lemay, conseillère en ressources humaines chez PME MTL Grand Sud-Ouest, l'organisme de développement économique qui remplace les CLD et les CDEC dans la métropole. Le site de placement en ligne d'Emploi-Québec permet aussi aux employeurs de consulter gratuitement les profils qui composent sa banque de candidats.


Pour trouver, il ne faut négliger aucune source, dit Alain Thériault, conseiller à la firme de marketing Exo B2B et coach d'affaires spécialisé dans le démarrage d'entreprises. Et se montrer créatif ! «Dans les grands centres, plusieurs activités liées aux start-up sont organisées et permettent de rencontrer des gens qui gravitent autour de ce domaine ou qui s'y intéressent.» Il cite en exemple des événements tels que Start-up Drinks et Breakfast, qui réunissent des passionnés. Un filon intéressant à exploiter.


Les bons arguments


Quand vient le moment de recruter du personnel pour la ou les premières fois, le défi le plus grand n'est pas tant de trouver des candidats intéressants que de les convaincre de se lancer dans l'aventure, selon Noémie Dupuy. «Tu as besoin de quelqu'un qui travaillera fort et qui croira en toi. Mais en même temps, tu n'as rien prouvé encore. Comment gagner la confiance de cette personne ? C'est loin d'être évident !» dit celle qui s'est classée dans le top 10 des entrepreneures canadiennes du magazine Profit en 2014.


Un défi que doivent relever toutes les entreprises en démarrage, constate Alain Thériault. «Pour convaincre un travailleur d'expérience, qui est bien payé, de se joindre à l'aventure, tu dois avoir toute une histoire à lui raconter ! Il faut qu'il adhère à ta vision de ce que sera l'entreprise dans deux ou cinq ans, et qu'il ait envie de faire partie de l'histoire, de dire qu'il était là au tout début.» Car ce qu'il achète, c'est la possibilité de participer à une aventure, ajoute le coach d'affaires. «C'est un peu comme si tu l'invitais à traverser l'Atlantique en voilier. C'est sûr qu'il y aura des tempêtes, des moments magnifiques, des instants de panique. Mais s'il est prêt à cela, il y a une place pour lui à bord.»


Définir sa position


C'est d'ailleurs le fait d'occuper une position stratégique dans l'entreprise qui a convaincu leur premier employé de travailler à temps plein pour eux. «Il cherchait un poste où il aurait plus de responsabilités ; et il allait en avoir, puisqu'il se trouvait tout de suite responsable de l'aspect technique», dit Mme Dupuy. En effet, pendant la première année, tout le boulot s'est réparti entre cinq personnes : les trois cofondateurs, une personne à la programmation et une autre qui s'occupait du volet artistique des applications. «À la place d'être seulement un numéro dans une grosse boîte, il savait qu'il allait avoir un apport important. Il a donc pris ce risque calculé.»


Flexibilité, possibilité de grimper les échelons et de progresser, chance d'inventer et d'innover... «Pour se démarquer, il faut développer sa marque employeur et faire valoir ses atouts», ajoute pour sa part Maryse Landry. C'est ce qu'a fait Budge Studios. «En tant que PME, notre entreprise s'est positionnée de façon complètement différente des autres, en offrant des choses qui n'existaient pas ailleurs. Par exemple, on peut quitter plus tôt pour aller chercher ses enfants à la garderie, ne pas travailler le week-end, bénéficier d'horaires flexibles tout en ayant d'importantes responsabilités ! Et les employés peuvent grimper très rapidement les échelons.» Une stratégie qui a permis à la société non seulement d'engager ses premiers employés, mais aussi d'attirer une centaine de recrues depuis 2010.


La première fois que...


Série 1 de 9. Le chemin de la croissance est ponctué par des étapes incontournables. Cette série présente des cas d'entreprises qui les ont traversées avec succès. Cette semaine : le défi de la première embauche.


Retour au dossier La première fois que...

À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

Des entreprises «zombies» nuisent à la productivité du Canada

Deloitte s'inquiète du nombre de société de plus de 10 ans dont les bénéfices ne permettent pas de payer leur dette.

OPINION À la une: le nouveau Cirque au travail
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
À la une: Avril, une stratégie qui porte fruit
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
La ­Fondation Montréal inc. aidera les jeunes entrepreneurs de ­Longueuil
Édition du 08 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier

À la une

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

13:38 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.