Bien choisir son partenaire, une affaire de valeurs

Offert par Les Affaires


Édition du 15 Octobre 2016

Bien choisir son partenaire, une affaire de valeurs

Offert par Les Affaires


Édition du 15 Octobre 2016

Annie Lemieux, présidente de LSR GesDev.

 «Je ne jure que par les partenariats.» Annie Lemieux, présidente de LSR GesDev, une entreprise familiale de promotion et de gestion immobilières de Saint-Lambert qui compte 15 employés, en est convaincue : «On ne pourrait pas faire certains projets si on n'avait pas de partenaires». Comme son père avant elle, la femme d'affaires multiplie les partenariats avec des acteurs financiers et d'autres entreprises aux expertises complémentaires à celle de LSR GesDev, qui existe depuis près de 50 ans.


Retour au dossier La première fois que...


Lors du premier partenariat qu'elle a noué avec la Caisse de dépôt et placement, il y a plusieurs années, la personne-ressource «avait une très bonne connaissance du milieu immobilier, et on s'est très bien entendues», note-t-elle pour expliquer le succès de cette entente.


Quand son père a rencontré pour la première fois le dirigeant de Groupe Santé Sedna, de Montréal, «ils ont échangé des anecdotes sur leur façon de conduire. De cette façon, ils testaient la capacité de l'autre à prendre des risques mais aussi à se contrôler, et ils s'assuraient de son intégrité et de sa rigueur», raconte Annie Lemieux, qui est ensuite partie passer plusieurs jours en France (Sedna appartient depuis 2007 à une société française spécialisée dans les soins de santé, DomusVi).


«On a rencontré l'actionnaire ultime, visité ses locaux, etc. Ça a permis de se rendre compte du sérieux de l'entreprise et de nouer des relations de proximité», dit Mme Lemieux. Les deux entreprises ont mené conjointement des projets de résidences de santé, l'une se chargeant de la partie immobilière, et l'autre, des soins de santé.


Trois partenaires plutôt qu'un seul


Le projet phare actuel de la société est un cas d'école : Arbora, un ensemble de trois immeubles de huit étages, dotés d'une structure en panneaux de bois massif lamellé-collé, le plus grand du genre au Québec en nombre d'unités (434), selon LSR GesDev. Il est en cours de construction rue de la Montagne, à Montréal.


Le promoteur immobilier ne s'est pas investi seul dans ce projet, pour lequel il se charge notamment de la promotion, des négociations avec la Ville, du marketing et de la gestion d'immeuble.


En effet, LSR GesDev compte trois partenaires aux expertises complémentaires aux siennes. Il s'agit du constructeur Sotramont, un allié de toujours qui s'occupe du volet construction ; du propriétaire du terrain, Grifdor Holdings, filiale immobilière d'Aldo Bensadoun qui a une bonne connaissance du commerce de détail (les étages inférieurs d'Arbora comprendront des commerces) ; et Carttera, un fonds de pension de Toronto pour le volet financier. Les trois premiers acteurs détiennent 55 % du projet, et le partenaire financier, 45 %.


Le plus important pour Annie Lemieux quand vient le moment de choisir un partenaire, c'est la personne. Elle a déjà refusé de s'engager avec des dirigeants très compétents, mais qui n'étaient pas humainement sur la même longueur d'onde qu'elle. Elle attend d'un partenaire qu'il soit «rigoureux, honnête, loyal et responsable». Elle laisse la vérification de la solidité financière aux comptables chargés de mener le processus aboutissant à l'entente de partenariat.


Éric Dufour, leader national en transfert d'entreprise du cabinet Raymond Chabot Grant Thornton, abonde dans le même sens : «Il faut mettre sur papier ce qui est non négociable, comme les valeurs et la culture d'entreprise, et avoir plusieurs contacts informels avec le dirigeant du partenaire visé afin de voir si la chimie entre les personnes opère».


L'importance du partage de valeurs


Annie Lemieux prend son temps pour «qualifier» son partenaire. Elle peut aller loin pour tester la valeur intrinsèque du dirigeant de la compagnie visée par le partenariat. Bien sûr, elle fait le tour de son réseau pour en apprendre plus sur sa réputation, mais elle n'hésite pas, parfois, à demander des tests psychométriques.


Ce qu'elle recherche, ce n'est pas seulement de la compétence, ce sont «des valeurs». «Dans un partenariat, on doit faire passer les intérêts du partenaire avant les siens ; on doit prendre soin de lui et veiller à ce que le projet le satisfasse autant qu'à nous», souligne Annie Lemieux.


La plupart des partenariats conclus par LSR GesDev ont dépassé le strict cadre de la collaboration pour laquelle ils ont été créés.


«On apprend beaucoup en voyant fonctionner ses partenaires. C'est grâce à cela que j'ai pu faire passer LSR GesDev d'une entreprise artisanale à une entreprise professionnelle, structurée», explique Annie Lemieux.


«Le Groupe Sedna avait une structure de gouvernance et un système de reddition de comptes très rigoureux que nous n'avions pas. J'ai pris plusieurs idées que j'ai mises en place dans mon entreprise, par exemple la création d'un comité consultatif pour avoir un regard externe sur nos orientations», ajoute-t-elle.


Enfin, la présidente est contente d'avoir des partenaires qui ont une présence dans des marchés géographiques où sa société n'est pas encore implantée. Si la première expérience de partenariat se passe bien, de nouveaux projets dans d'autres endroits pourront être réalisés. «Je ne veux pas être seulement au Québec. Donc, quand le partenaire est à l'international, ça ouvre des perspectives», reconnaît-elle.


C'est parce que le partenariat doit servir à «faire passer l'entreprise à un autre niveau, affirme Pascal Harvey, directeur général de la Société d'aide au développement de la collectivité de Charlevoix. C'est important que chacune apporte quelque chose à l'autre. Si elles font toutes les deux la même chose ou en sont au même stade de développement ou que l'une ait moins d'ambition de croissance que l'autre, ça n'est pas profitable».


Retour au dossier La première fois que...


La première fois que...


Série 8 de 9. Le chemin de la croissance est ponctué d'étapes incontournables. Cette série présente des cas d'entreprises qui les ont traversées avec succès. Cette semaine : nouer un premier partenariat.


 


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Vous avez des questions au sujet de votre retraite?

En participant à la Clinique Retraite de Les Affaires, vous pourriez avoir des réponses. Appel de candidatures.

Le faux débat de l'immigration

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.