Pour une retraite confortable, une seule solution...

Publié le 26/11/2015 à 06:40

Pour une retraite confortable, une seule solution...

Publié le 26/11/2015 à 06:40

Par René Vézina








Aujourd’hui, en raison de l’augmentation de l’espérance de vie, le travailleur qui prend sa retraite à 60 ans peut espérer tout faire, sauf travailler 20 ans de plus ! Pourtant, il faudra quand même se loger, se nourrir, et réaliser ses rêves. Il faudra de l’argent. Mais combien ? Tout un casse-tête que votre planificateur financier peut vous aider à résoudre en vous aidant à répondre aux questions suivantes :


À quel âge voulez-vous cesser de travailler ? 55 ans ? 60 ans ? 65 ans ? Plus tard encore ? Sachez que plus tôt vous partirez, plus vos revenus de retraite seront restreints. Vous courez le risque de survivre à vos économies. Vous aurez épargné moins longtemps, et les intérêts qui gonflent votre épargne retraite seront moins élevés. Votre coussin sera donc plus mince !


De plus, les rentes gouvernementales seront moins généreuses, car les régimes de retraite publics pénalisent les travailleurs qui prennent leur retraite avant 65 ou 67 ans, l’âge auquel ils auront droit à tous les revenus disponibles.


Quels sont les revenus sur lesquels vous pourrez compter ? Il y a trois sources possibles : les régimes de retraite privés, les rentes publiques et votre épargne personnelle.


Au Québec, un travailleur sur trois à peine bénéficie encore d’un régime à prestations déterminées offert par son employeur. Si c’est votre cas, informez-vous du montant de la rente à laquelle vous aurez droit jusqu’à votre décès.


Heureusement, tout le monde peut encore compter sur les régimes publics de retraite : le montant versé par la Régie des rentes du Québec, qui correspond à environ 25 % de vos revenus annuels moyens pendant la vie active – et la Pension de la sécurité de la vieillesse versée par le gouvernement fédéral, dont le montant est calculé selon votre statut matrimonial et le nombre d’années pendant lesquelles vous avec vécu au Canada. Les aînés bénéficient aussi du Supplément de revenu garanti du gouvernement fédéral.


Ces rentes n’offrent toutefois qu’une protection de base. Par exemple, si vous gagnez 50 000 $ par an, vous obtiendrez un montant total de 18 000 $ environ une fois à la retraite, soit 37 % de votre revenu seulement.


Pour boucler votre budget, vous devrez donc compter sur l’épargne accumulée dans votre REER et votre CELI, ou vendre vos biens immobiliers, par exemple.


De combien d’argent aurez-vous besoin pour vos vieux jours ? Pour maintenir le même train de vie, les experts recommandent de pouvoir compter sur 70 % du revenu annuel brut des trois dernières années au travail. Par exemple, si vous gagnez 50 000 $, vous aurez besoin de 35 000 $ par an à la retraite. Toutefois, ce n’est pas une règle infaillible : selon votre âge et l’actif accumulé, et puisque certaines de vos dépenses diminueront et que vous paierez moins d’impôt, 50 % pourraient vous suffire.


Combien devez-vous épargner pour être à l’aise à la retraite ? En règle générale, les experts recommandent d’épargner chaque année 10 % du revenu brut pour les imprévus et pour la retraite.


Ainsi, faites un petit calcul : prenez le montant dont vous aurez besoin chaque année (disons 70 % de votre revenu), et retranchez vos revenus prévisibles. Dans le cas d’un revenu moyen, soit 50 000 $, 70 % équivaut à 35 000 $, dont on soustrait les 18 000 $ des rentes des régimes publics : il vous restera donc un montant de 17 000 $ à combler chaque année. Si votre retraite s’étire sur 20 ans, vous aurez besoin d’une épargne personnelle de 340 000 $, et vous devrez tenir compte de l’inflation qui rongera la valeur de votre argent au fil des ans.


C'est une somme considérable ! D’où l’importance de commencer à épargner tôt, de faire fructifier votre épargne à l’abri de l’impôt dans un REER– vous pouvez cotiser jusqu’à 18 % de vos revenus chaque année dans un REER – et dans un CELI, et de favoriser les placements qui rapportent des intérêts élevés tout en respectant votre tolérance au risque.


On trouve de nombreux outils gratuits de planification de la retraite sur le Web… À vous d’y voir !

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Pourquoi le Château Laurier a mesuré son empreinte sociale

BLOGUE. Le Château Laurier est la première entreprise québécoise à mesurer son empreinte sociale.

Rumeurs de fusion: Siemens tourne le dos à Bombardier

Après des rumeurs de rapprochement avec Bombardier, Siemens se tourne vers Alstom.

«Les technologies ne servent à rien si les employés les ignorent»

CONFÉRENCE. L'usine 4.0 c'est bien beau, à condition d'intégrer les technologies dans la culture de l'entreprise.