Ce que Roland Lescure veut importer du Québec en France

Publié le 20/06/2017 à 10:25

Ce que Roland Lescure veut importer du Québec en France

Publié le 20/06/2017 à 10:25

Par Stéphane Rolland

Roland Lescure (Chantal Levesque, Métro)

Les Québécois aiment leurs entrepreneurs et Roland Lescure souhaiterait que les Français adoptent la même attitude. Élu dimanche dernier, le député représentant les Français en Amérique du Nord veut importer l’esprit entrepreneurial nord-américain en France.


«Il y a un vrai amour du Québec pour ses entrepreneurs», constate l’ex-numéro deux de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui a quitté ce poste en avril pour appuyer la candidature d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle française. «La Caisse sous Michael Sabia a déployé beaucoup d’efforts pour aider les entrepreneurs à exporter et à affronter la concurrence mondiale, poursuit-il. On peut s’en inspirer en repensant les dispositifs publics afin qu’ils soient mieux ciblés dans un contexte de mondialisation.»


Or, les Français gagneraient à entretenir une relation «plus simple» avec l’entrepreneuriat, croit M. Lescure. «La France a une relation compliquée avec l’entrepreneuriat, avec le succès, mais avec l’échec aussi. Il ne faut pas faire trop de vagues. Évidemment, l’entrepreneuriat est une succession d’échecs et de succès. La France est en train de changer sur ce plan-là, mais il y a encore beaucoup à apprendre.» 


Les Français établis en Amérique du Nord ont d’ailleurs un rôle à jouer pour influencer leurs compatriotes dans la mère patrie, selon lui. «Il y a beaucoup d’entrepreneurs français qui ont lancé leurs entreprises en Amérique du Nord, souligne-t-il. Ils peuvent nous aider via du mentorat et le partage de bonnes pratiques. Il y a une amélioration du discours au sujet de l’entrepreneuriat qui est souhaitable.»



Les priorités du député


M. Lescure a été élu dimanche dernier par une forte majorité de 79,73%, mais avec un taux de participation de seulement 13,7%. Le «novice» en politique fait ainsi partie de la majorité à l’Assemblée nationale à Paris. La République en marche a obtenu 308 sièges sur 577, ce qui facilitera l’adoption du programme du président Emmanuel Macron.


Dès la reprise des travaux de l’assemblée cet été, M. Lescure et ses collègues devront se pencher sur la réforme du Code du travail et sur des changements législatifs pour mettre fin à certaines pratiques politiques pouvant donner l’impression de conflit d’intérêts comme le cumul de mandats. «En tant que député, je vais contribuer à ces réformes en donnant mon avis et en votant les lois telles qu’elles seront présentées, discutées et corrigées.»


Outre les enjeux d’intérêt national, M. Lescure veut porter certains sujets touchants particulièrement les Français résidant en Amérique du Nord. Parmi ceux-ci, il souhaite revoir la fiscalité des expatriés, moderniser les services administratifs et favoriser l’accès à une éducation en Français. Le dernier point concerne davantage les Français établis dans le reste du Canada et aux États-Unis.


Les longues files «interminables» devant les bureaux de vote à Montréal lors des deux tours du scrutin présidentiel démontrent l’importance de numériser une partie des services administratifs de la République, poursuit M. Lescure. «Je pense qu’on doit pouvoir offrir aux Français à l’étranger la possibilité de passer au vote électronique, explique-t-il. Ça prendra des investissements pour s’assurer qu’on a un vote imperméable aux risques de piratage. C’est un impératif vu la taille de la circonscription et la dispersion des Français qui vivent en Amérique du Nord.»


Élu pour un mandat de cinq ans, l’homme qui a quitté le monde des affaires par conviction assure ne pas vouloir devenir un «politicien de carrière».


«J’ai dit que je ferai un maximum de deux mandats, répond-il. Je vais commencer par un et voir si je parviens à faire une différence. C’est pour ça que je me suis lancé. Pour moi, on ne va pas en politique pour faire une carrière. Sinon, on risque de perdre de vue l’essentiel, de s’occuper de son parcours professionnel plutôt que du parcours du pays que l’on sert. La meilleure façon d’éviter cela est de se limiter dans le temps.»


Lire aussi: Macron pourra-t-il faire sa révolution?

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le quincailler

Édition du 22 Septembre 2018 | Julie Cailliau

Dans une autobiographie parue le 13 septembre, Robert Dutton n'attend pas son 7e chapitre intitulé «Crever l'abcès» ...

Inspiration bavaroise à la Place Ville Marie

05/09/2018 | Martin Jolicoeur

«Les professionnels qui travaillent ici (Place Ville Marie) sont plus souvent au bureau qu’à la maison.»

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.