Varitron grandit au rythme des alliances

Publié le 01/06/2013 à 00:00, mis à jour le 30/05/2013 à 12:17

Varitron grandit au rythme des alliances

Publié le 01/06/2013 à 00:00, mis à jour le 30/05/2013 à 12:17

Le pari de Varitron, de Saint-Hubert ? Avoir réussi à abaisser ses coûts de production à un niveau comparable à ceux des Chinois en misant sur l'innovation et l'automatisation, ainsi que sur des partenariats stratégiques.


«À ses débuts il y a 20 ans, l'entreprise comptait seulement six employés. Aujourd'hui, nous employons 200 personnes et sommes l'un des plus grands producteurs de cartes électroniques de la planète», dit Martial Vincent, directeur général de Varitron.


Tout a commencé en 2008, lorsque son ami d'enfance, Michel Farlet, lui a demandé de se joindre à la société en tant qu'associé. «L'entreprise avait un potentiel de développement important. Nous avons donc décidé de bâtir ensemble un plan stratégique, notamment pour toucher la clientèle internationale», dit M. Vincent.


Partenariats stratégiques


Pour atteindre cet objectif, les deux associés ont choisi de multiplier les partenariats stratégiques : ils s'allient en janvier 2012 à la française Asteelflash et bénéficient, en échange, de bureaux en Europe, en Chine, en Tunisie et aux États-Unis. «Pour gagner des clients, il fallait que nous soyons en mesure de les accompagner partout dans le monde», dit M. Vincent.


En février dernier, Varitron a signé un partenariat avec le groupe français Adetel, spécialisé dans la conception de systèmes électroniques, afin d'offrir des solutions d'ingénierie qu'elle devait auparavant refuser, faute de ressources spécialisées. Cela lui permet aussi de profiter de l'expertise d'Adetel pour se positionner sur le marché ferroviaire.


Varitron se donne les moyens d'innover : en 2012, elle a joint les rangs des partenaires du Centre de collaboration MiQro innovation, qui vise à accélérer la commercialisation des produits électroniques. «En vertu de notre taille, nous ne pouvions pas nous permettre de bâtir un centre de recherche. Nous nous sommes donc associés», souligne Martial Vincent.


Objectif : des revenus de 100 M$


Pour conserver son avantage concurrentiel , la PME ne lésine pas sur les investissements. «Tous les ans, plusieurs millions de notre chiffre d'affaires de 35 millions de dollars sont réinvestis dans l'entreprise», affirme le directeur général.


Varitron vise à atteindre les 100 M$ de chiffre d'affaires d'ici 2016. «Cela passera par une croissance interne et par des acquisitions, notamment au sud de la frontière», précise M. Vincent.


L'année dernière, l'entreprise a ouvert son capital à Investissement Québec, qui a acquis une participation de 27 % dans l'entreprise.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Jeudi 06 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations Ă  court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.