Pourquoi les administrateurs doivent-ils développer leurs compétences?

Publié le 17/03/2014 à 00:08

Pourquoi les administrateurs doivent-ils développer leurs compétences?

Publié le 17/03/2014 à 00:08

Mme Louise Champoux-Paillé, administratrice de sociétés et présidente du Cercle des administrateurs de sociétés certifiés

Une entrevue avec Mme Louise Champoux-Paillé, administratrice de sociétés et présidente du Cercle des administrateurs de sociétés certifiés


L’impact du conseil d’administration sur une entreprise ou une organisation est fondamental. C’est le conseil qui décide de la mission et des orientations stratégiques de l’entreprise. C’est lui aussi qui choisit le président-directeur général et qui l’encadre. On le comprend : un conseil d’administration efficace est essentiel à la réussite d’une entreprise.


Le développement des compétences des administrateurs s’impose donc comme une priorité. D’autant plus que la fonction d’administrateur s’est grandement complexifiée au cours des dernières années.


Un environnement transformé, plus exigeant


« Le monde de la gouvernance évolue très rapidement », souligne Louise Champoux-Paillé, ASC, administratrice de sociétés et présidente du Cercle des administrateurs de sociétés certifiés. Les changements apportent de plus lourdes responsabilités et transforment en véritable profession la fonction d’administrateur :


De nouvelles règles ont été mises en place par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières à la suite de la bulle techno et des nombreux scandales financiers qui ont marqué le début des années 2000. Plusieurs nouvelles dispositions visant à rehausser les pratiques de gouvernance et de divulgation financière au Canada ont été introduites dès 2005. Même les règles comptables ont été modifiées afin de permettre une meilleure compréhension du bilan des entreprises et une plus grande transparence.


La gestion des risques a pris une importance capitale pour les conseils d’administration. Ceux-ci doivent évaluer les risques, en faire une cartographie et s’assurer que l’entreprise est préparée à y faire face.


• Les conseils d’administration doivent désormais prendre en considération toutes les parties prenantes lors de la prise de décision. Aucune entreprise ne peut se permettre d’agir sans tenir compte de ses clients, fournisseurs et des communautés au sein desquelles elle est active.


• La responsabilité sociale des entreprises s’étend aussi à l’environnement, dont elles doivent se préoccuper concrètement et activement.


Les risques à la réputation d’une entreprise sont parmi les principaux que doit aujourd’hui gérer une entreprise. Ces risques sont particulièrement aigus à une époque où les médias sociaux et Internet permettent une diffusion de l’information à une vitesse foudroyante.


Le public surveille davantage les entreprises et se montre plus exigeant. Il faut démontrer sa crédibilité, sa légitimité et rendre des comptes.


Un fardeau plus grand


En fait, il faut un « savoir-être » et un « savoir-faire » différents au sein des conseils d’administration, parce que la composition des conseils change. Au début des années 2000, tout le monde avait le même profil : tous les administrateurs étaient des hommes, provenant de la même profession, des financiers, des avocats, des spécialistes de la communication ou d’anciens dirigeants d’entreprises. La diversité, de plus en plus présente dans les conseils, instaure une dynamique nouvelle.


Par ailleurs, les conseils d’administration tendent à être plus petits. Ainsi, chaque administrateur doit participer davantage aux comités et son fardeau est plus grand.


Pour apporter une contribution adéquate dans ce contexte, les administrateurs doivent avoir plus de connaissances et être mieux formés.


Quelle formation ?


Les nouveaux administrateurs apprenaient autrefois le métier en le faisant. Ce n’est plus suffisant aujourd’hui. Une formation adéquate permet d’être plus efficace, plus rapidement.


La formation des administrateurs doit leur donner une perspective globale et actualisée du rôle d’un conseil d’administration. Elle doit leur permettre de saisir le rôle unique qu’ils ont à jouer et l’étendue de leurs responsabilités.


Le développement des compétences des administrateurs doit inculquer un savoir-être et un savoir-faire adaptés à la réalité actuelle.


Les membres du conseil d’administration doivent apprendre à :


• écouter les autres ;


• présenter leurs idées ;


• saisir les enjeux ;


• poser les questions courageuses ;


• prendre des décisions en groupe ;


• élaborer une vision à long terme ;


• développer une structure de pensée et d’analyse rigoureuse.


La formation doit aussi aborder des sujets comme la gestion de risques, le développement durable et l’éthique, une condition essentielle de la réussite.


Processus structuré et formation informelle


Le développement des compétences des administrateurs doit s’effectuer de façon continue et s’inscrire dans un processus structuré. Il faut fixer des objectifs et évaluer les progrès.


Parallèlement à ce développement des compétences formelles, les administrateurs doivent apprendre à valoriser une formation informelle, note Louise Champoux-Paillé. Comme administrateur, il est essentiel d’être attentif à ce qui se passe dans la société, les médias, les réseaux sociaux et, bien entendu, dans notre secteur.


Le Web ouvre le monde aux administrateurs : il faut savoir en profiter pour bénéficier de l’expérience des autres et approfondir ses connaissances.

À suivre dans cette section


image

Efficacité énergétique

Vendredi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

20/09/2018 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

20/09/2018 | lesaffaires.com

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour le 20/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.