De l'aide pour embaucher des jeunes

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Juin 2016

De l'aide pour embaucher des jeunes

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Juin 2016

[Photo : 123RF / Igor Yaruta]

Dans l'industrie aérospatiale comme dans bien d'autres domaines, les employeurs ont un faible pour les travailleurs armés d'un peu d'expérience. Cela complique parfois la vie des recrues fraîchement diplômées. C'est justement pour aider les entreprises à intégrer ces nouveaux travailleurs que le Comité sectoriel de main-d'oeuvre en aérospatiale du Québec (CAMAQ) présentait tout récemment le programme Ton premier emploi en aérospatiale.


Cliquez ici pour consulter le dossier L'innovation, moteur de l'industrie aérospatiale


Offert dans le cadre de la Stratégie emploi jeunesse, cet investissement de 4 millions de dollars permet d'octroyer une subvention salariale aux employeurs admissibles qui embaucheront de nouveaux diplômés du 2 mai 2016 au 20 avril 2018. Les PME sont limitées à trois financements par année, alors que les grandes entreprises ne pourront en utiliser plus de cinq en trois ans.


«Il faut de 9 à 12 mois pour rendre une recrue entièrement fonctionnelle et autonome dans une entreprise, souligne Nathalie Paré, directrice générale du CAMAQ. Pendant ce temps, le nouveau travailleur est accompagné par un employé d'expérience qui lui transfère ses connaissances, mais il n'est pas productif durant cette période. Pour les entreprises, notamment les PME, c'est lourd. Le nouveau programme constitue un incitatif intéressant.»


Depuis l'annonce du programme le 29 avril 2016, le CAMAQ a déjà signé des ententes avec 16 entreprises, ce qui dépasse ses attentes. Signe que le besoin est bien là.


8 000 recrues en 10 ans


Malgré les difficultés de Bombardier ou de Bell Helicopter, qui a supprimé 800 emplois à Mirabel de 2014 à 2016 avant d'annoncer en mai qu'elle en embauchera 100, l'aérospatiale a toujours besoin de bras et de cerveaux.


«Au cours des 10 prochaines années, nous aurons besoin de 8 000 nouveaux employés au Québec, affirme Kevin Smith, vice-président, ressources humaines, de Pratt & Whitney Canada (P&WC). La moyenne d'âge de nos salariés est de 48,6 ans, donc plusieurs partiront à la retraite. Nos nouveaux moteurs pour les Gulf Stream 500 et 600, de nouvelles plateformes de moteurs d'hélicoptère et le travail sur les moteurs des avions CSeries de Bombardier susciteront aussi des efforts de recrutement.»


Kevin Smith ne se contente pas d'attendre que les recrues se pointent chez P&WC. Il s'efforce de parfaire la formation et même de susciter des vocations, en tant que président du Chantier Relève et main-d'oeuvre d'Aéro Montréal. De concert avec le gouvernement et les établissements scolaires de niveaux secondaire, collégial et universitaire, il s'assure que les programmes forment des diplômés capables de travailler avec les technologies de pointe.


Mais il s'agit également de lutter contre le décrochage scolaire, en particulier chez les garçons, et d'intéresser les jeunes à des carrières dans les sciences et en aérospatiale, surtout les filles. Cela commence dès le primaire, avec des initiatives comme la tournée d'animation scientifique Ça plane pour moi, ou encore les ateliers en classe Passion pour l'aviation, de Bombardier. La Stratégie québécoise de l'aérospatiale consacre 600 000 $ à de tels projets.


Kevin Smith souligne aussi l'instauration de passerelles entre les établissements offrant des programmes de différents niveaux en aérospatiale, à laquelle il a contribué. Il est maintenant plus facile pour un étudiant de passer de l'École des métiers de l'aérospatiale de Montréal à l'École nationale d'aérotechnique, ou de cette dernière à une université, grâce à la reconnaissance des compétences acquises.


Mais il faut aussi former les travailleurs au sein des entreprises, entre autres pour qu'ils suivent le virage numérique. L'industrie 4.0 ne pourra pas se faire sans les employés. P&WC consacre 4 % de sa masse salariale à la formation à l'interne. «C'est un gros investissement, mais ça rapporte», souligne Kevin Smith.


Cliquez ici pour consulter le dossier L'innovation, moteur de l'industrie aérospatiale


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le voyage spatial de Guy Laliberté était un avantage imposable

« Je trouve que la motivation essentielle et largement principale de la fonction première du voyage était personnelle.»

Des partenariats pour créer des technologies de rupture

Édition du 16 Juin 2018 | Claudine Hébert

Les partenariats dans le domaine aérospatial ne se conjuguent pas qu'entre PME et grands donneurs d'ouvrage. Le ...

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.