Entre trop ou pas assez ambitieux, trouver la juste dose

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Mars 2015

Entre trop ou pas assez ambitieux, trouver la juste dose

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Mars 2015

Par Marie-Claude Morin

[Photo: Shutterstock]

Devons-nous à tout prix être ambitieux pour réussir notre vie ? Le sommes-nous assez ? Le sommes-nous trop ? Pour répondre à ces questions et de nombreuses autres qui seront abordées dans cette série sur l'ambition professionnelle, Les Affaires s'est entretenu avec une quinzaine de personnes - entrepreneurs, psychologues, coachs et autres. Tous s'entendent sur deux constats plutôt contradictoires : l'ambition est souvent mal perçue... mais elle est essentielle !


Cliquez ici pour consulter le dossier L'effet A


«C'est la source de motivation pour atteindre des objectifs plus grands que soi. Appliquée au monde des affaires, l'ambition est ce qui permet de créer de la valeur, de bâtir», dit Brigitte Simard, consultante chez Spencer Stuart. Malheureusement, ceux qui cherchent à se détacher de la mêlée sont souvent jugés suspects, comme s'ils n'avaient pas de bonnes valeurs. «Or, c'est le contraire ! Ils redonnent et contribuent à des causes.» Aux yeux de cette chasseuse de talents, le Québec aurait bien besoin d'un débat de société sur l'ambition : «On doit amener les gens à vouloir faire les choses avec plus d'impact.»


D'autant que le besoin d'ambition n'est pas que collectif. Sur le plan individuel, c'est ce qui donne un sens à nos actions. «L'ambition cible un rêve, quelque chose de tellement grand que ça donne le vertige», fait valoir Catherine Privé, pdg d'Alia Conseil, une firme de management et de développement organisationnel. C'est ce qui mène au dépassement de soi.


Ça permet aussi une certaine cohérence. «L'ambition, c'est d'abord s'occuper de soi», explique Gisèle Casavant, vice-présidente de Stratégies Conseils JLB. Qu'est-ce qui me dynamise ? Qu'est-ce qui me satisfait ? «Avoir une ambition claire permet de voir les occasions, mais aussi de faire des choix.» Sans ambition, nous risquons de voguer au gré des opportunités et de nous retrouver là où nous ne le souhaitions pas.


Même l'ex-dragon François Lambert, dont «la vie n'est basée que sur l'ambition», abonde dans le même sens. «Je n'ai pas de limites quand je démarre un projet, mais j'ai des limites sur le style de vie que je souhaite avoir, ce qui influe sur le choix de mes projets.» L'ambition, selon lui, relève d'une quête personnelle, qui se vit sur tous les plans. Cela comprend, par exemple, de vouloir être un bon père. «L'ambition ne peut pas être juste professionnelle, sinon c'est le burn-out assuré.»


Pour éviter de se laisser emporter par le tourbillon de l'ambition, Janie Duquette, conférencière et auteure du livre Les 7 clés du leadership féminin, suggère de se faire un «plan de vie». «C'est le fun le discours disant qu'on peut rêver autant qu'on veut, mais nous sommes à une période où les femmes en ont plein les bras. Il faut penser aux trois sphères de nos vies : personnelle, professionnelle et familiale.»


Cliquez ici pour consulter le dossier L'effet A



image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Le Québec qui embauche

Édition du 03 Septembre 2016 | Jean-François Venne

Diversification économique : c'est le maître mot partout au Québec. Pas une région n'échappe à la volonté de ...

Les Nations Unies des start-ups au coeur de Saint-Michel

09/05/2016 | Matthieu Charest

C’est aujourd’hui qu’est lancé Défi3737, un nouvel incubateur de start-ups technos destiné aux communautés culturelles.

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.