La route des amateurs de pâtisseries passe par La Pocatière

Publié le 30/05/2013 à 14:35

La route des amateurs de pâtisseries passe par La Pocatière

Publié le 30/05/2013 à 14:35

Pâtisseries et Gourmandises d’Olivier vient d’obtenir le prix régional de l’agrotourisme des Grands prix du tourisme Québécois. Une belle réussite, lorsque l’on sait que l’aventure a démarré il y a trois ans dans la cuisine du couple !

Sandrine Duplessy s’en souvient très bien : « Nous nous étions installés dans la région de Kamouraska il y a six ans. Quand mon mari s’est retrouvé sans emploi, nous avons décidé de monter notre entreprise », déclare-t-elle.


Pas n’importe laquelle, puisque son mari Olivier avait suivi une formation de pâtissier en France. « Nous avons commencé en vendant nos produits sur les marchés tous les samedis. Finalement, nous nous sommes aperçus que cela plaisait car à la fin de la saison, les gens venaient frapper à notre porte pour qu’on continue à les livrer ! », s’amuse Sandrine Duplessy.


Le couple entreprend alors des démarches pour obtenir les permis nécessaires et choisit de s’installer d’abord à domicile. « Etant donné que nous étions du métier, nous venions de faire refaire toute notre cuisine en ramenant tout notre matériel de France, comme les laminoirs pour les croissants. »


Les affaires marchent si bien que le couple choisit de louer un local de 1600 m2 à la Pocatière, en 2011. « Le gros défi a été de convaincre les banques, mais nous avons présenté les chiffres que nous avions concernant nos ventes sur les marchés et à domicile. Les banquiers ont été convaincus », affirme Mme Duplessy.


Le couple a importer de France tout son matériel de pâtisserie. « Nous avons investi près de 150 000$ dans un premier prêt et nous avons eu la chance de bénéficier du programme de Soutien aux travailleurs autonomes qui nous a permis de réinvestir tous les bénéfices dans l’entreprise», rappelle-t-elle.


Des produits locaux
Pièces-montées, croissants, macarons, figurines en sucre… Le couple revisite les grands classiques de la cuisine française avec des ingrédients québécois. C’est le début de la recette du succès.


« Au départ, nous avons dû passer beaucoup d’heures de recherche et de développement afin de trouver les meilleurs recettes pour cuisiner avec les produits locauxquitte à parfois adapter les recettes», explique Sandrine Duplessy.


Récemment, les efforts du couple ont été récompensés puisqu’ils ont remporté le prix régional de l’agrotourisme aux Grand Prix du Tourisme Québécois ainsi que la 14e édition du concours Québécois en entrepreneuriat.


« Notre innovation a été de proposer des crèmes glacées au lait de brebis depuis l’an dernier, en intégrant des produits locaux comme le sureau, l’argousier ou l’érable», reprend-t-elle.




Sur la route de Rimouski
Afin de diversifier ses activités, Olivier propose également des cours de pâtisserie à des chefs d’entreprise ainsi que des ateliers au grand public.


Mais l’élément incontournable reste la vente sur les marchés, qui représente 30% du chiffre d’affaires de la pâtisserie. « Cela nous donne une visibilité énorme et nous permet de recevoir en direct les commentaires de nos consommateurs. Certains clients ont l’habitude de faire un arrêt ici à chaque fois qu’ils vont à Rimouski », dit Sandrine Duplessy.


Après la route des vins, à quand une route de la pâtisserie au Québec, qui passerait par la Pocatière ? Seule certitude : les produits d’Olivier et Sandrine voyagent de plus en plus loin, puisqu’ils sont désormais distribués en partenariat dans des dépôts à Rimouski ou à Grand Métis.


« Nos produits devraient bientôt se retrouver au Jardin de Métis, chez le chef Pierre-Olivier Ferry. Mais nous ne sommes pas pressés d’élargir plus notre réseau de distributeurs : pour nous, l’important est de bien choisir les gens qui vendront nos produits afin de contrôler notre image de marque. »


Le principal facteur de succès de l'entreprise : avoir su trouver rapidement son public. « Nous nous attendions à toucher une clientèle plutôt haut de gamme avec nos produits, mais nous nous sommes aperçus que nous touchions en réalité tout le monde, car les gens viennent ici avant tout pour se faire plaisir », avance Sandrine Duplessy.


Cette popularité a permis à la pâtisserie de se retrouver bénéficiaire dès la première année. « Nous avons fini avec un chiffre d’affaires de 127 000$ la première année, et de 210 000$ la deuxième. » L'objectif du couple d'entrepreneurs, qui vise atteindre un chiffre d'affaires de 250 000$ à 300 000$ d’ici fin 2013, est maintenant de consolider ce succès tout en contrôlant la croissance de leur entreprise.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Un géant mondial affamé de croissance en Amérique

BLOGUE. En 2017-2018, le chiffre d’affaires de la multinationale française Bonduelle a grimpé de ...

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour le 23/09/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.