Comment choisir un spécialiste hypothécaire ?

Publié le 08/02/2016 à 08:30

Comment choisir un spécialiste hypothécaire ?

Publié le 08/02/2016 à 08:30

Par René Vézina








Acquérir une propriété n’est jamais de tout repos : vous mettez en jeu votre argent et vous devez signer un contrat hypothécaire complexe qui vous engage sur le plan financier et juridique. C’est pourquoi il faut choisir votre prêteur et votre contrat hypothécaire avec soin.


Deux types de professionnels peuvent vous aider : le spécialiste hypothécaire et le courtier hypothécaire.


Le premier travaille pour une institution financière, et il propose les contrats hypothécaires et les taux d’intérêt qui sont offerts par cette même institution. Après avoir pris connaissance de vos objectifs et de votre situation financière, il vous aidera à choisir le prêt qui vous convient le mieux tout en établissant un plan de financement personnalisé. Comme le spécialiste hypothécaire est rémunéré par l’institution financière qu’il représente, ses services sont gratuits.


Le second, le courtier hypothécaire, agit en tant qu’intermédiaire indépendant entre vous et les prêteurs potentiels. Autrement dit, il « magasine » votre hypothèque à la lumière des conditions du marché et de votre dossier de crédit. Il va d’abord vous interroger sur votre situation financière, puis il rassemblera ces informations avant de soumettre votre demande de prêt hypothécaire au prêteur qui, selon lui, vous conviendra le mieux. Puisqu’il est rémunéré par l’institution financière qui ultimement octroiera le prêt, ses services sont également gratuits.


Quel professionnel devrait-on choisir ? C’est votre décision !


L’important est qu’il vous accompagne dès le début de votre processus d’achat afin d’établir le montant que vous pouvez emprunter sans nuire à votre qualité de vie ou à votre cote de crédit, et de déterminer les sources de financement possibles pour votre mise de fonds. Le fait de connaître votre capacité d’emprunt, et même d’avoir en main un prêt préautorisé, vous met en position de force au moment de négocier et de faire une offre d’achat.


De plus, vous devez être en mesure de lui faire pleinement confiance puisqu’il jouera un rôle déterminant dans votre transaction. Il doit pouvoir répondre clairement à vos nombreuses questions sur la mise de fonds nécessaire, sur la période d’amortissement, sur la périodicité des versements à envisager, sur les frais afférents à l’achat d’une propriété, etc.


Devriez-vous opter pour un taux d’intérêt variable ou fixe, pour un prêt hypothécaire ouvert ou fermé ? Et que signifient les différentes clauses de votre futur contrat d’hypothèque ?


Si votre conseiller vous laisse dans le vague sur ces questions, allez voir ailleurs ! Tous ces éléments exigent des réponses éclairées qui tiennent compte de votre situation financière, et bien sûr, du taux d’intérêt que vous devrez assumer.


En effet, le taux d’intérêt, c’est le nerf de la guerre. Plus il est élevé, plus votre propriété vous coûtera cher. Depuis quelques années, les taux offerts sont très bas et se ressemblent d’un prêteur à l’autre. C’est pourquoi, au-delà du taux d’intérêt, vous devez tenir compte d’autres éléments : est-ce le bon moment d’acheter ? Est-ce que puiser dans vos REER et recourir au Régime d’accès à la propriété est une bonne idée dans votre cas ? Serez-vous capable d’effectuer vos versements hypothécaires si les taux d’intérêt remontent ?


Toutes ces questions nécessitent une vision globale en matière de planification financière… Alors, ne magasinez pas à la légère ni votre hypothèque ni votre conseiller.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Pourquoi le Château Laurier a mesuré son empreinte sociale

BLOGUE. Le Château Laurier est la première entreprise québécoise à mesurer son empreinte sociale.

Rumeurs de fusion: Siemens tourne le dos à Bombardier

Après des rumeurs de rapprochement avec Bombardier, Siemens se tourne vers Alstom.

«Les technologies ne servent à rien si les employés les ignorent»

CONFÉRENCE. L'usine 4.0 c'est bien beau, à condition d'intégrer les technologies dans la culture de l'entreprise.