Un marché frontière, qu'est-ce que c'est?

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Avril 2017

Un marché frontière, qu'est-ce que c'est?

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Avril 2017

Par Dominique Beauchamp

N.D.LR. Leur appellation officielle est "marchés frontières", mais il s'agit en réalité des futurs marchés émergents. Des pays comme le Nigéria, les Philippines, le Vietnam, dont les économies ne se sont pas encore véritablement mises en route. Faut-il y investir? Comment y investir? Notre journaliste Dominique Beauchamp fait le point.


On les appelle souvent les futurs pays émergents, car les marchés frontières sont encore au début de leur courbe de développement économique.


Une trentaine de pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine représentent 17 % de la population de la planète, 9 % du produit intérieur brut mondial, mais seulement 1 % de la valeur boursière mondiale.


La valeur totale de 111 milliards de dollars américains de l'indice MSCI Marchés frontières (MXFM) est inférieure à celle de 157 G$ US de PepsiCo (PEP). Leur population jeune, leur rôle de sous-traitant manufacturier, l'urbanisation, les aspirations de leurs nouveaux consommateurs, la construction d'infrastructures et les réformes leur confèrent un potentiel séduisant. La réalité est plus nuancée.


Comme le suggère l'image du Wild West qu'évoque l'appellation «frontières», ces marchés se situent en marge de l'univers des placements boursiers. Ces pays croissent rapidement (de plus de 4 % en 2017, selon les prévisions du Fonds monétaire international), mais ce n'est pas la croissance économique qui constitue le premier critère d'inclusion dans l'indice repère MSCI Marchés frontières. C'est l'accès plus limité à leurs Bourses pour les investisseurs qui les distingue des autres marchés.


Ainsi, une Bourse de petite taille offrant trop peu de titres assez négociables ou encore un pays qui impose des restrictions aux capitaux étrangers se retrouve dans l'indice MSCI Marchés frontières.


C'est ce qui explique, par exemple, que le Koweït, riche de revenus per capita de 31 482 $ US, compte pour 18,7 % de l'indice MSCI Marchés frontières et y côtoie des pays aussi pauvres que le Kenya ou le Sri Lanka.


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les pros sont encore plus prudents

Découvrez comment les gestionnaires avaient échafaudé leur portefeuille à l'arrivée de l'automne.

Les deux problèmes fondamentaux des fonds communs de placement

Édition du 22 Septembre 2018 | Philippe Leblanc

EXPERT-INVITÉ. Je n'ai rien contre les fonds communs de placement. Au contraire : chez COTE 100, nous gérons ...

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

20/10/2018 | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.