Tetra Tech se concentre sur l'Amérique du Nord

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

Tetra Tech se concentre sur l'Amérique du Nord

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

«De moins de 5% il y a cinq ans, la part de nos employés devant se déplacer à l’extérieur du Québec pour le travail tourne maintenant autour de 20 à 25%.» – Denis Harvie, de Tetra Tech. [Photo: Jérôme Lavallée]

Deux autres firmes de génie s'y étaient risquées, mais avaient dû se résoudre à jeter l'éponge faute d'avoir pu trouver une solution adéquate. Ce sera finalement avec l'équipe de Tetra Tech, l'ancien BPR, que la Ville d'Edmonton a pu dire adieu à ses problèmes d'instabilité des vannes dans son usine de traitement des eaux usées. La réussite a même valu à la firme une distinction dans la catégorie Infrastructures aux derniers Grands Prix du génie-conseil québécois, en juin.


Cliquez ici pour consulter le dossier Ingénieurs: Savoir rebondir


Forts d'une expertise développée pour la première fois dans les années 1990 pour la Ville de Québec, les ingénieurs de Tetra Tech ont mis au point un modèle mathématique de simulation pour ensuite implanter un algorithme de contrôle en temps réel, efficace pour l'usine de la capitale albertaine. Depuis son installation, il y a un an et demi, tout baigne à Edmonton. «Nos travailleurs, qui sont à la fine pointe de la technologie dans le domaine, se sont servis des capteurs du niveau de débit dans le réseau pour contrôler les vannes et ainsi réguler le débit acheminé à l'usine en cas de précipitations», explique le président de la division québécoise de Tetra Tech, Denis Harvie.


Expansion du marché nord-américain


C'est ce genre d'expertise sophistiquée que la firme a commencé d'exporter à l'extérieur de la province au cours des dernières années, une démarche facilitée par son intégration, en 2010, au groupe américain Tetra Tech. Cette multinationale, dont le siège social se trouve en Californie, compte 60 bureaux au Canada et plus de 14 000 employés à l'échelle internationale. «Nous avons dorénavant accès à un marché qu'il nous aurait été impossible de percer seuls», soutient Denis Harvie, qui est aussi l'un des anciens actionnaires principaux de BPR.


En joignant leurs forces à celles des divisions ontariennes et albertaines de Tetra Tech, son équipe a ainsi pu remporter un contrat de 800 millions de dollars pour relier différents réseaux de production d'électricité en Alberta. Parmi les 110 travailleurs affectés à ce mandat, 70 étaient des ingénieurs et des techniciens québécois. «Nous visons surtout les créneaux pour lesquels nous avons développé une expertise chez nous. Dans ce cas-ci, ce que nous avons fait en Alberta, nous l'avions déjà livré à Hydro-Québec dans le cadre d'un autre projet», dit-il. Une autre collaboration en Saskatchewan leur a permis de travailler sur un important projet de modernisation de four à combustion d'uranium. «De moins de 5 % il y a cinq ans, la part de nos employés devant se déplacer à l'extérieur du Québec pour le travail tourne maintenant autour de 20 à 25 %», estime Denis Harvie.


La direction avait décidé, après avoir ouvert des bureaux en Afrique, en Jamaïque et en Australie, de concentrer ses efforts sur l'expansion de son marché nord-américain. «Nous nous sommes vite rendu compte que ce serait difficile de faire du génie à distance, ne serait-ce qu'en raison des fuseaux horaires», explique-t-il. Ces succursales internationales ont depuis été intégrées à Tetra Tech Industries.


Cliquez ici pour consulter le dossier Ingénieurs: Savoir rebondir



image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À surveiller: Theratechnologies, Restaurant Brands et BRP

04/09/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Theratechnologies, Restaurant Brands et BRP?

BRP relève ses prévisions

Mis à jour le 30/08/2018 | Denis Lalonde

BRP a relevé ses prévisions pour l'exercice 2019, ce qui faisait bondir son titre à la Bourse de Toronto.

À la une

Combien de temps les Québécois demeurent-ils propriétaires?

Mis à jour le 18/09/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Environ la moitié des acheteurs d'unifamiliales auront revendu leur propriété d'ici douze ans.

Entrepreneurs, osez vous surpasser!

18/09/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Du haut de ses 90 ans, Philippe de Gaspé Beaubien II peut encore captiver les audiences.

Universitas en rappel

18/09/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Pourquoi pas une dernière chanson sur les REEE et Universitas. Musique!