Sueurs froides et nuits blanches au Château

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

Sueurs froides et nuits blanches au Château

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

Bâtiment historique, multiplicité de rénovations antérieures, de plans sous toutes les formes, nombre colossal d’intervenants, pression sur le calendrier et le budget… La rénovation du Château Frontenac, qui vient de s’achever après 15 mois de travaux, est un condensé de défis pour les multiples ingénieurs qui y ont participé, à l’instar de Jean-François Bouchard, chargé de projet chez Roche.


Cliquez ici pour consulter le dossier Ingénieurs: Savoir rebondir


Au total, 21 900 heures d’ingénierie sur 27 mois. Et 22 employés qui ont travaillé de 250 à 2 000 heures sur le projet, ce qui représente 2 920 journées de travail, soit plus de 11 années-homme. Jean-François Bouchard n’est pas prêt d’oublier la rénovation du Château Frontenac. « Il y avait une tonne de défis », lance le jeune homme pour qui le chantier était le premier de cette ampleur en 12 ans de carrière. Des défis techniques et de gestion.


La rénovation intérieure du Château Frontenac aura duré 15 mois. Un an et demi de sueurs froides pour les équipes de génie. Celle de Roche, supervisée par Jean-François Bouchard, a dû réaliser différentes tâches en mécanique du bâtiment, électricité et structure pour convertir des espaces-boutiques en salles de réception, de même que pour rénover des restaurants, des cuisines, des salles de réunion, le hall d’entrée et des espaces communs et de circulation.


Le tout dans des bâtiments s’étalant sur une superficie de 11 720 m2 et datant de trois périodes, soit 1893, 1926 et 1994. « Au début, rien que de se retrouver dans le château, de comprendre ce qui était connecté à quoi, c’était compliqué », se souvient Jean-François Bouchard. Il y avait pourtant des plans. Une salle en était même remplie. Mais il a fallu du temps avant de trouver ceux qui correspondaient aux parties concernées par les travaux, et certains étaient sur microfilms. Malgré les plans, « c’était difficile parfois de savoir où étaient les murs porteurs. Certains endroits étaient un mélange de structures de 1893 et de 1926, alors que les habitudes et les normes étaient très différentes de ce qu’elles sont maintenant », poursuit l’ingénieur, qui a parfois été obligé de faire des relevés et de dessiner ses propres plans des lieux.


Forte pression pour respecter les délais


On est loin des tours de bureaux ou de condos dernier cri de conception standard. « J’ai travaillé sur des bâtiments Leed Or, comme la tour Desjardins de Lévis dont la conception était très complexe, mais au Château Frontenac, dans bien des cas, ça aurait été plus facile de détruire et de refaire plutôt que de devoir s’adapter à ce qui existait », reconnaît Jean-François Bouchard. Il a ainsi fallu que lui et son équipe revoient entièrement la structure d’une salle avec pour mission d’éliminer une colonne qui soutenait… six étages et d’en installer une autre quelques mètres plus loin dans un espace restreint en s’arrimant à la structure qui date de 1927 !


Dans ce contexte de bâtiment historique, chaque tâche était complexe et les délais prévus pour les travaux, très limités. En outre, malgré les nombreux imprévus inhérents à un chantier historique comme celui-ci, le budget de la firme de génie n’était pas extensible. « La pression sur le calendrier et le budget était très forte », explique M. Bouchard, dont l’équipe a atteint une vingtaine de personnes comprenant de cinq à neuf ingénieurs dans les moments les plus critiques. Le fait que le Château n’a jamais fermé ses portes pendant les travaux a accru le stress des ingénieurs. Ils devaient suivre des horaires stricts pour les travaux bruyants, morceler leurs tâches, prévoir de courtes périodes de déménagement de certains locaux. De plus, ils ne pouvaient pas compter sur une prolongation en cas de retard, les chambres et les salles étant louées à des dates précises.


Cliquez ici pour consulter le dossier Ingénieurs: Savoir rebondir



image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les paris du génie pour améliorer nos vies

Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay

Environnement, transport collectif, bâtiment vert : le génie touche différentes sphères du quotidien et permet ...

Jacques Blouin : construire des ponts grâce à la relève

Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay

CATÉGORIE MENTOR DE L'ANNÉE. EX-ÆQUO - Reconnu comme une des sommités en la matière au Québec, Jacques Blouin a ...

OPINION Gaëtan Boyer: un mentor avant l'heure
Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay
Circulation collective en accéléré
Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay
Décontaminer en profondeur
Édition du 02 Juin 2018 | Anne-Marie Tremblay

À la une

Combien de temps les Québécois demeurent-ils propriétaires?

Mis à jour le 18/09/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Environ la moitié des acheteurs d'unifamiliales auront revendu leur propriété d'ici douze ans.

Entrepreneurs, osez vous surpasser!

18/09/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Du haut de ses 90 ans, Philippe de Gaspé Beaubien II peut encore captiver les audiences.

Universitas en rappel

18/09/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Pourquoi pas une dernière chanson sur les REEE et Universitas. Musique!