Comment JCB entrepreneurs généraux s’est libérée des TI

Publié le 29/01/2013 à 14:49

Comment JCB entrepreneurs généraux s’est libérée des TI

Publié le 29/01/2013 à 14:49

Pour JCB entrepreneurs généraux, une entreprise de construction de Brossard, une partie de sa motivation à adopter l’informatique en nuage est venue… de ses clients.


« Nos clients commerciaux ont des exigences élevées en matière de plan de contingence en cas de sinistre, raconte le vice-président directeur général, Jean-François Gravel. Or, ça devenait coûteux et compliqué de maintenir des serveurs miroirs dans un autre lieu, ou d’en louer juste pour héberger nos sauvegardes. »


Le recours à l’infonuagique a réglé ce problème, en plus de faciliter l’accès à distance aux logiciels et données de l’entreprise pour les 75 employés.


JCB en avait aussi plus qu’assez de gérer les mises à jour répétées des applications et de l’infrastructure. « Les firmes d’informatique ne cessent de produire des logiciels plus puissants, mais aussi plus lourds, exigeant des équipements toujours plus raffinés. »


Une réalité d’autant plus difficile à gérer que l’entreprise arrivait difficilement à conserver sa main-d’œuvre en TI, puisqu’elle ne pouvait lui fournir du travail qu’à temps partiel.
« Les bons travailleurs spécialisés en TI s’ennuyaient chez nous et finissaient toujours par partir ! » déplore le vice-président.  
 


Ajustements
Délocaliser tous les serveurs de l’entreprise ne s’est pas fait sans effort. Si la virtualisation des applications courantes (Word, Excel, Exchange, etc.) s’est accomplie en un tournemain,
celle des logiciels de gestion de projets ou de dessins propres à l’entreprise a demandé plusieurs semaines d’ajustement.


Autre défi : JCB a dû faire installer des câbles de fibre optique pour se relier à un réseau qui ne se rendait pas jusqu’à son entreprise.
Une étape incontournable afin de se doter d’une connexion assez puissante pour bénéficier des services d’infonuagique et de trouver la paix d’esprit qui l’accompagne !


 

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bilan économique mondial: pas si mal finalement

Mis à jour il y a 34 minutes | Jean Gagnon

Le commerce extérieur, dopé par la reprise américaine, s’avère de plus en plus un facteur positif pour le Canada.

Sabia dénonce l'obsession pour les rendements à court terme

L'obsession des rendements à court terme contribue à la volatilité de l'économie mondiale, dénonce Michael Sabia.

Ralenties par leur conjoint et non leurs enfants

12:34 | Déborah Cherenfant

Ralenties par leur conjoint et non leurs enfants Soupir. Une nouvelle étude dans le Harvard Business Review ...