Le meuble québécois s'expose

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Mars 2018

Le meuble québécois s'expose

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Mars 2018

Si la grande majorité des consommateurs connaissent bien les détaillants qui vendent des meubles, peu d’entre eux sont capables de nommer cinq fabricants québécois. [Photo : 123RF]

Au cours des prochaines années, le meuble québécois s'exposera, que ce soit virtuellement ou non. Deux initiatives qui mettent en valeur fauteuils, chaises, tables et autres pièces de mobilier fabriquées partout dans la province. En effet, si la grande majorité des consommateurs connaissent bien les détaillants qui vendent des meubles, peu d'entre eux sont capables de nommer cinq fabricants québécois. « Pourtant, l'industrie procure plus de 30 500 emplois et plus de 1 300 lieux d'affaires répartis dans les différentes régions du Québec », affirme Pierre Richard, président-directeur général de l'Association des fabricants de meubles du Québec (AFMQ).


Ce n'est toutefois pas l'intérêt qui manque. En effet, selon un sondage Léger mené en 2016 pour l'AFMQ, 98 % des consommateurs avaient une image positive ou très positive des meubles du Québec, rappelle M. Richard. « Malgré tout, l'étude montrait aussi que, dans une proportion de 86 %, les consommateurs avaient du mal à repérer les produits fabriqués ici. »


C'est pourquoi, à l'image des aliments d'ici, l'AFMQ déploiera au cours des prochains mois une grande campagne permettant de faciliter l'identification des meubles du Québec. Au menu : un logo signature qui permettra de les distinguer en un coup d'oeil. Ce logo se déclinera sous différents supports : affichage en magasin, publicités imprimées ou télévisées, circulaires, sites web, etc. « On espère ainsi aider les consommateurs à prendre des décisions éclairées », explique le PDG de l'association.


La campagne se déploiera aussi sur le Web, puisqu'un site mettant en vedette le mobilier produit partout dans la province sera mis en ligne dès le mois d'octobre, ajoute M. Richard. « Cette vitrine, bilingue, sera axée sur le consommateur et permettra de diriger les gens vers les différents fabricants, alors qu'on sait que de plus en plus de personnes se renseignent sur le Web avant d'acheter. »


En mettant en oeuvre cette campagne, ces entreprises espèrent rappeler que l'achat local profite à l'environnement, en plus de créer de l'emploi. « Bien sûr, il faut payer plus cher que pour un meuble qui vient d'Asie. Quand on compare les produits d'ici avec leur équivalent fabriqué ailleurs en matière de confort et de qualité, ils se distinguent toutefois par leurs bas prix », plaide M. Richard.


Incursion dans le monde virtuel


Vérifier si un sofa s'agencerait avec style dans son salon. S'assurer que la bibliothèque qu'on aimerait acheter va s'insérer parfaitement à l'endroit voulu : de plus en plus, les meubles prennent vie dans la réalité virtuelle. Au Québec, des chercheurs se penchent sur la question.


En effet, Inovem, Centre d'innovation en ébénisterie et meuble du Cégep de Victoriaville, a lancé son propre laboratoire de recherche à ce sujet il y a quelques mois. « Actuellement, dans l'industrie du meuble, il existe tous les cas de figure. Certains fabricants vendent presque exclusivement en ligne alors que d'autres ne jurent que par la boutique. Cependant, peu importe leur performance, les entreprises doivent pouvoir se positionner sur le marché de la consommation en ligne. Il faut donc mettre en place une solution de rechange », explique Yves Dessureault, directeur d'Inovem.


Car si personne ne peut prédire l'avenir, la jeune génération de consommateurs ne perçoit pas le magasinage comme ses aînés, ajoute-t-il. « Ils préfèrent acheter en ligne et se rendre au chalet pour la fin de semaine plutôt que de faire le tour des boutiques durant la fin de semaine. » Toutefois, quand il s'agit d'un meuble, il peut être difficile de se faire une idée sans se rendre en magasin. « La numérisation des produits, c'est la clé pour se rapprocher du client », ajoute-t-il.


D'ailleurs, certains grands joueurs comme Ikea ont déjà franchi ce pas. La multinationale a lancé une application de réalité augmentée permettant de faire apparaître des objets virtuels dans un décor réel, capté par la caméra de l'appareil. C'est ce genre de technologie que les entreprises pourront tester au sein du nouveau Laboratoire de recherche et de transfert technologique en réalité virtuelle et augmentée pour l'industrie du meuble de l'ébénisterie et des produits d'apparence en bois qui a reçu notamment 150 000 $ du Mouvement Desjardins.


Si tous les détails de la recherche ne sont pas encore déterminés, deux axes se dessinent. D'abord, l'équipe tentera de déterminer jusqu'à quel point le meuble virtuel doit être fidèle à la réalité pour inciter l'achat, précise le directeur. Le laboratoire étudiera aussi comment analyser les signaux envoyés par l'utilisateur - la dilatation des pupilles, l'expression facile, etc. - pour déchiffrer l'état du consommateur, ajoute M. Dessureault. « C'est un sujet délicat, mais qui vaut la peine d'être approfondi. »


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «INDUSTRIE DU MEUBLE: MARQUER LA DISTINCTION»

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Industrie du meuble: le double défi de l’usine 4.0

Édition du 24 Mars 2018 | Anne-Marie Tremblay

Pour demeurer compétitifs, les fabricants de meubles n’ont d’autres choix que d’automatiser leur production.

Les fabricants d'ici marquent la distinction

Édition du 24 Mars 2018 | Anne-Marie Tremblay

Qu'est-ce qui distingue les meubles québécois de leurs concurrents étrangers ? Le confort, la qualité, certes, mais ...

OPINION La grande transformation
Édition du 15 Novembre 2014 | Jean-François Venne

À la une

Des obligations à court terme en période de hausse de taux. Pas toujours la meilleure idée!

11:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi?

Comment éviter de prendre une décision irrationnelle

10:51 | Valérie et Sylvia Gilbert

BLOGUE - Voici un outil qui aide à prendre des décisions d'affaires, et même lors d'une élection, comme le 1er octobre.

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.