«La communication, c'est la clé» - Hélène Deschamps Marquis, associée chez Blake, Cassels & Graydon

Publié le 02/03/2013 à 00:00, mis à jour le 28/02/2013 à 13:53

«La communication, c'est la clé» - Hélène Deschamps Marquis, associée chez Blake, Cassels & Graydon

Publié le 02/03/2013 à 00:00, mis à jour le 28/02/2013 à 13:53

Pourquoi est-il important d'encadrer une relation d'impartition de TI par un contrat pointu ?


L'impartition représente une forme de perte de contrôle, puisqu'on délègue un volet de l'entreprise, en l'occurrence les TI. Mais ce


volet, l'entreprise continue de compter dessus pour rendre ses services correctement à ses clients. Bien qu'imparti, il reste un service clé. Il est donc important que les deux parties travaillent en équipe.


Si leurs objectifs ne sont pas les mêmes, cela peut créer des tensions. Les TI sont un domaine tellement complexe qu'avoir un contrat qui encadre certains aspects techniques est essentiel.


Quand faut-il faire intervenir les avocats dans le processus ?


Cette complexité fait qu'il est impératif d'avoir recours à des avocats spécialisés dans le domaine et de les associer dès le début du processus, c'est-à-dire avant même le lancement de l'appel d'offres et des négociations. L'avocat pourra ainsi rédiger un contrat type qui sera joint à l'appel d'offres. Le fournisseur de services devra l'approuver globalement en postulant. Ainsi, c'est l'entreprise qui tient le gros bout du bâton.


À quoi faut-il faire attention pour une bonne relation d'impartition ?


Prévoir la gouvernance et le plus important : les canaux de communication. La communication, c'est la clé. C'est ce qui distinguera une relation qui se passe bien d'une autre qui échoue. Il faut alors prévoir la fréquence des échanges, leur mode, etc. L'autre point qui doit figurer dans le contrat est la description des services avec le temps de réponse, la fréquence de la mise à jour des logiciels, l'équipement utilisé, etc. Enfin, il est important de s'entendre sur les services de soutien : le temps maximum pour le traitement d'une demande, les paliers de décision, etc.


Le 26 mars, à Montréal, Les Affaires présentera la conférence «Appareils mobiles en entreprise (BYOD) : enjeux, coûts et bénéfices d'une politique Bring your own device». Pour plus d'information : lesaffaires.com/evenements.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse échappe aux pertes

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.