Un marché friand de technologies de pointe

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Mars 2016

Un marché friand de technologies de pointe

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Mars 2016

[Photo : Shutterstock]

Les entreprises québécoises ont exporté en 2015 trois fois plus de biens et services (en valeur) dans la région du Nord-Est américain qu'au Royaume-Uni, en France, en Chine et au Japon combinés. Les exportations québécoises y ont totalisé 22,2 milliards de dollars, en hausse de 6,4 % par rapport à 2014, selon Industrie Canada.


Le Nord-Est regroupe neuf États : New Hampshire, Vermont, Maine, Massachusetts, New York, New Jersey, Connecticut, Pennsylvanie et Rhode Island.


Alors que l'économie américaine reprend des forces et que le taux de change est favorable aux exportateurs canadiens, c'est le moment d'explorer ces marchés au fort potentiel.


Importante grappe en sciences de la vie


Le secteur des sciences de la vie est parmi les plus porteurs de cette région américaine. La grappe industrielle centrée sur le Massachusetts est la plus importante du monde.


Selon MassBio, un organisme de représentation de l'industrie, on y recense 738 établissements actifs en pharmaceutique et en biotechnologie. Les entreprises de ce dernier secteur ont d'ailleurs touché plus de deux milliards de dollars américains en capital de risque l'année dernière, un record.


Les entreprises et organismes de cette région recherchent des technologies de pointe liées entre autres aux domaines du vieillissement de la population, de la prévention des maladies, de la télémédecine et de la performance humaine. Le Boston Children's Hospital, par exemple, cherche des entreprises québécoises prometteuses du domaine des technologies, explique le chef de l'innovation, John Brownstein. «Nous avons un accélérateur, et nous voulons aider les entreprises à tester leurs produits en vue de les commercialiser», dit-il.


L'hôpital s'intéresse aux logiciels ainsi qu'aux appareils de réalité virtuelle, aux vêtements et aux accessoires intelligents. John Brownstein et son équipe se sont d'ailleurs déjà entretenus avec Hexoskin, un fabricant montréalais de vêtements intelligents avec lequel ils aimeraient travailler.


Toujours du potentiel en aérospatiale


La déléguée du Québec à Boston, Marie-Claude Francoeur, explique que le secteur de l'aérospatiale offre aussi toujours un excellent potentiel d'exportation. L'année dernière, les entreprises québécoises ont exporté pour 1,9 G$ de marchandises et d'expertise vers le Nord-Est dans le domaine des produits aérospatiaux.


Il faut dire que d'importants acteurs comme GE Aviation, UTC Aerospace Systems et Sikorsky sont présents au Connecticut.


Ainsi, le géant Pratt & Whitney, établi à East Hartford, à mi-chemin entre New York et Boston, prévoit augmenter ses dépenses annuelles en achats de produits à 6 G$ US en 2020, par rapport à 3,7 G$ US aujourd'hui.


En aérospatiale, il faut toutefois veiller à être prêt avant d'exporter, car les normes de qualité sont très strictes. Pratt & Whitney demande à ses fournisseurs de livrer un produit «parfait, 100 % à temps», et d'assurer une satisfaction client plus élevée que six sur une échelle de sept.


De l'appétit pour nos produits


Le domaine alimentaire offre également de belles perspectives, précise Andrea Tunney, vice-présidente pour les Amériques chez Exportation et développement Canada. La proximité culturelle est une raison, mais la proximité géographique aussi, puisqu'elle simplifie les questions logistiques.


Les acheteurs recherchent des aliments biologiques autant que des repas préparés et des produits exotiques, et ce, à différents prix.


Les entreprises québécoises qui visent le Nord-Est commencent normalement avec les chaînes indépendantes. Elles approchent ensuite les importantes enseignes comme Hannaford, Roche Bros, Stop and Shop et Shaw's, explique la déléguée, Marie-Claude Francoeur.


«C'est un excellent marché qui a de l'appétit pour les produits du Québec», dit-elle.


Les chiffres le confirment : les exportations d'aliments québécois au Nord-Est ont bondi de 24 % de 2014 à 2015, pour atteindre 2,1 G$.


Forte reprise de la construction


Dans le domaine de la construction, on note aussi un intérêt certain des entreprises américaines pour les produits du Québec. En outre, le marché est acheteur de systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation à haut rendement énergétique, de même que d'équipements de gestion de bâtiment.


Tout ce qui touche à la construction en bois et au préfabriqué est également recherché, qu'il s'agisse d'enveloppe de bâtiment, de fenestration, d'isolation ou de revêtement extérieur.


«La construction multirésidentielle a beaucoup augmenté dans le Nord-Est, et c'est dans ce créneau que nos entreprises se positionnent avec le préfabriqué», dit Mme Francoeur.


Cette région a enregistré plus de 139 000 mises en chantier résidentielles en 2015.



Trouvez d'autres conseils en matière d'exportation en consultant le dossier Il est temps d'exporter


EXPORTER DANS LE NORD-EST DES ÉTATS-UNIS


Série 1 de 3. Le Nord-Est des États-Unis est un marché colossal aux portes du Québec. Découvrez les secteurs d'activité offrant le meilleur potentiel pour y faire des affaires, et voyez comment des entreprises québécoises ont su en tirer profit.


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une

Uber Canada: une entreprise en croissance

16:11 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Rob Khazzam est un bon exemple que l'emploi de rêve peut nous être offert quand on s'y attend le moins.

Décarbonisation de l'économie: des occasions réelles de 704 G$

Le marché pour décarboniser l'économie mondiale s'élève à 34 000 G$CA, mais cela ne tient pas compte de la concurrence.

Immobilier: Ivanhoé Cambridge et Claridge reconduisent leur partenariat

Nouvelle enveloppe de 100M$ pour des participations dans des projets immobiliers de Montréal et Québec.