Intelligence artificielle: dans l'ombre de Joëlle Pineau

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Septembre 2017

Intelligence artificielle: dans l'ombre de Joëlle Pineau

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Septembre 2017

Par Denis Lalonde

­Joëlle ­Pineau donnait son cours à l’Université ­McGill le 6 septembre dernier.

DOSSIER INTELLIGENCE ARTIFICIELLE - À quoi peut ressembler une journée avec un professeur en intelligence artificielle? Pour le savoir, Les Affaires a assisté à la rentrée des classes avec Joëlle Pineau, professeure de sciences informatiques et spécialiste de la robotique et de l'apprentissage automatique à l'Université McGill, le 6 septembre.


8h20: Rencontre avec Joëlle Pineau dans le local 304 du pavillon McConnell Engineering de l'Université McGill. C'est le premier cours de la session d'automne COMP 551 - Applied Machine Learning (apprentissage automatique appliquée). L'Université a été forcée de déplacer le cours dans le local 304, qui compte 180 places, ayant reçu trop d'inscriptions pour le local qui devait initialement accueillir le groupe. «J'ai 177 inscriptions et une liste d'attente dont j'ignore l'ampleur», confie-t-elle.


8h35: Début de la lecture du plan de cours. 


8h40: Mme Pineau lance un appel aux étudiants qui ne sont pas certains de pouvoir suivre le cours ou qui peuvent attendre avant de l'insérer dans leur horaire. Elle leur demande d'abandonner rapidement pour faire de la place à ceux qui sont sur la liste d'attente et qui doivent suivre le cours le plus tôt possible. Elle ajoute que le cours COMP 551 sera donné en deux occasions à la session d'hiver.


Parmi les étudiants qui composent la classe: 50% sont issus du secteur des sciences informatiques. Les autres viennent de programmes très variés comme la physique, la neuroscience, l'économie, l'histoire, les sciences politiques et la musique! Une vingtaine d'étudiants proviennent de transferts interuniversitaires. 10% des étudiants sont au doctorat, 30% à la maîtrise et 60% au baccalauréat 


9h00: Comme son horaire est partagé entre enseignement et travaux de recherche, Mme Pineau raconte qu'elle est à l'Université à mi-temps. Les étudiants qui veulent un rendez-vous en dehors des heures de classe feraient mieux de réserver une case horaire quand la professeure est disponible. 


9h10: Les étudiants qui ne le sont pas déjà sont fortement encouragés à se familiariser avec le langage de programmation Python, Matlab ou R. «Si vous n'avez aucune notion de l'un ou l'autre de ces langages de programmation. Cette session ne sera probablement pas la bonne pour suivre ce cours», dit-elle.


9h20: Mme Pineau prévient ses étudiants que ce cours n'est pas pour ceux et celles qui veulent des «crédits faciles». «Ça va nécessiter un haut degré d'engagement et d'habiletés», affirme-t-elle, précisant qu'elle utilisera des systèmes automatisés pour détecter toute forme de plagiat dans les quatre travaux d'équipe qui devront être remis durant la session. Les travaux de fin de session seront aussi soumis à une «révision par des pairs». Des quiz et des exercices sont aussi au programme, de même qu'un examen de mi-session.


«Quand je parle avec mes professeurs associés. On se demande souvent si on ne devrait pas alléger un peu le contenu du cours. On arrive toujours à la même conclusion: vous allez travailler fort, mais vous allez apprendre beaucoup», dit-elle.


9h30: La scientifique note que l'objectif du cours n'est pas seulement d'apprendre à maîtriser des algorithmes, mais aussi que les étudiants développent leur initiative, créativité, rigueur scientifique, pensée critique et des habiletés de communicateur.


9h35-10h00: Définition de l'apprentissage-machine et de ses différentes variantes (apprentissage supervisé, apprentissage non supervisé et apprentissage par renforcement). Revue d'études de cas qui illustrent les forces et faiblesses des systèmes existants. Brève revue des concepts de la reconnaissance de la parole, de la vision par ordinateur, de la détection de la fraude et du contrôle de robots. 


10h00: Fin du cours. Mme Pineau passe une vingtaine de minutes hors de la classe avec une douzaine d'étudiants pour répondre à leurs questions.


10h30: Dans son bureau, elle reçoit un étudiant qui veut lui parler de son projet de doctorat et qui souhaiterait qu'elle soit sa directrice de thèse.


11h à 16h: Mme Pineau reçoit cinq doctorants et post-doctorants qui doivent soumettre des articles scientifiques au plus tard le 11 ou le 17 septembre. Durant ces cinq rendez-vous d'une heure, elle prendra le temps de manger «lorsque son emploi du temps le permettra». 


16h: Mme Pineau quitte l'Université. Deux de ses quatre enfants ont une leçon de piano à 17h.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER INTELLIGENCE ARTIFICIELLE: COMMENT LE QUÉBEC PREND PART À LA RÉVOLUTION

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

L'IA, un cataclysme irréversible?

17/09/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. La 4e révolution industrielle peut virer au cauchemar, comme nous en a averti l'historien Arnold Toynbee.

Les données, l’or noir de la santé

BLOGUE. S’il est un domaine où l’utilisation de l’intelligence d’affaires présente un ...

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour le 23/09/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.