«Nous ne voulons plus d'ArcelorMittal en France», lance un ministre

Publié le 26/11/2012 à 07:16, mis à jour le 26/11/2012 à 07:40

«Nous ne voulons plus d'ArcelorMittal en France», lance un ministre

Publié le 26/11/2012 à 07:16, mis à jour le 26/11/2012 à 07:40

Par AFP

Les membres de la famille Mittal se sont dit «extrêmement choqués» auprès du journal Le Monde, par les propos du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, lequel a déclaré «ne plus vouloir de Mittal en France».


Dans ce contexte tendu, le pdg d'ArcelorMittal, Lakshmi Mittal, doit être reçu mardi par François Hollande, a indiqué lundi à l'AFP une source proche du dossier, confirmant des informations de RTL et du Monde.


«Nous ne voulons plus de Mittal en France parce qu'ils n'ont pas respecté la France», a expliqué Arnaud Montebourg au quotidien économique Les Echos paru lundi, menaçant de nationaliser temporairement le site de Florange si ArcelorMittal n'acceptait pas de le céder dans sa totalité.


Le ministre est ainsi allé un cran plus loin que la semaine dernière : jeudi, devant le Sénat il avait estimé que «le problème des hauts-fourneaux de Florange, ce n'est pas les hauts-fourneaux de Florange, c'est Mittal», une déclaration à laquelle n'avait pas répondu Mittal.


Le 1er octobre, ArcelorMittal avait annoncé sa volonté de fermer une partie du site de Florange, la filière liquide (la production d'acier brut à partir de minerai de fer et de charbon). Il avait alors laissé 60 jours au gouvernement pour trouver un repreneur pour les installations qu'il ne souhaitait plus exploiter.


Or, le gouvernement s'est rendu compte que la seule filière liquide n'intéressait pas les repreneurs, mais que l'intégralité du site, avec en particulier les lignes de traitement et de finition de l'acier, serait beaucoup plus attrayante pour d'éventuels acheteurs.


Après avoir demandé à Mittal la cession de la totalité du site, une option refusée par Mittal, il a menacé le groupe d'«une prise de contrôle temporaire par l'Etat» du site de Florange, afin de le céder dans le périmètre souhaité.

Sur le même sujet

Emploi en ingénierie: De la mine Fermont à la Place-Ville-Marie

Édition du 31 Mai 2014 | Anne Gaignaire

Stéfanie Vo réapprend à travailler devant son ordinateur, au centre-ville, au milieu de l'agitation et du bruit des ...

Retour sur la 4e mission commerciale des événements Les Affaires dans le Grand Nord du Québec

24/04/2014 | Les Affaires

Des gens d'affaires ont visité Chibougamau, Fermont et Schefferville pour découvrir le potentiel du nord du Québec.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Préparez-vous à un monde plus instable

Il y a 24 minutes | François Normand

ANALYSE - Les foyers de tensions géopolitiques prolifèrent, compliquant la vie des entreprises et des investisseurs.

La force de Facebook c'est que vous ne pouvez pas le quitter

25/07/2014 | Jean Gagnon

Essayez seulement de fermer votre compte Facebook, et vous comprendrez ce qui fait la force de ce réseau social. ...

Bombardier : l'art de gagner du temps

Au minimum Bombardier trouve un moyen de faire patienter les investisseurs et leur donnent une nouvelle raison d'espérer