Le rôle du conseil lors d’une OPA non sollicitée

Publié le 09/10/2014 à 07:45

Louis-Martin O’Neill, Associé chez Davies Ward Phillips & Vineberg

Vendredi après la fermeture des marchés, un concurrent important vous appelle : lundi, il annoncera une offre publique d’achat de la société. L’offre vous paraît opportuniste et trop basse. Cependant, certains actionnaires seront tentés de vendre, puisque l’offre est supérieure au cours de l’action des derniers mois. Vous savez que tous vos gestes seront scrutés à la loupe. Que faire?


Confronté à une offre d’achat non sollicitée, les obligations du conseil demeurent les mêmes : ses décisions doivent être prises dans le meilleur intérêt de la société. Dans le cadre de sa prise de décision, le conseil peut considérer plusieurs facteurs et non seulement l’intérêt à court terme des actionnaires. Il peut donc légitimement juger qu’une offre devrait être refusée. Cependant, le conseil doit aussi ne pas perdre de vue que l’offre d’achat est faite aux actionnaires et qu’il ne dispose pas de droit de veto. Ultimement, c’est donc aux actionnaires que revient de prendre la décision. Une campagne électorale s’amorce.


Durant cette campagne, le conseil doit informer les actionnaires et prendre les mesures nécessaires afin de soumettre les meilleures alternatives possibles. À l’heure actuelle, vos outils sont limités. Par exemple, un régime de droits (poison pill) ne peut être utilisé que pour donner au conseil une période de temps suffisante pour présenter des alternatives aux actionnaires. Dans les circonstances, il est primordial de vous faire épauler par des conseillers juridiques et financiers expérimentés qui seront en mesure d’exploiter au maximum les outils disponibles.


"Dans la tourmente, il ne faut pas oublier de mobiliser les employés, rassurer les clients, prévoir une stratégie de relations publiques et préserver les actifs de la société" souligne Louis-Martin O’Neill, Associé chez Davies Ward Phillips & Vineberg. Le défi est important, mais vous en ressortirez grandis.

Le savoir d'entreprise c'est quoi ?

Par l'intermédiaire du Savoir d'entreprise, Les Affaires souhaite offrir à ses lecteurs des connaissances de pointe provenant d'organisations désireuses de partager leur expertise.

Les contenus sont produits par le Service de contenu Les Affaires en collaboration avec l'organisation. Notez qu'à aucun moment, les journalistes de Les Affaires ne participent à la rédaction de ces articles. Pour plus d'information sur ce produit, veuillez communiquer avec

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.