«Aujourd'hui, être administrateur, c'est l'fun à mort!» - Robert Tessier, président du conseil, Caisse de dépôt et placement du Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

«Aujourd'hui, être administrateur, c'est l'fun à mort!» - Robert Tessier, président du conseil, Caisse de dépôt et placement du Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Par Diane Bérard

Robert Tessier, président du conseil, Caisse de dépôt et placement du Québec. [Photo: Jérôme Lavallée]

Montréal accueille cette semaine le Congrès national de l'Institut des administrateurs de sociétés (IAS). L'événement se déroulera sous le thème de la transformation et de l'innovation. Les Affaires en discute avec Robert Tessier, administrateur de l'IAS et président du conseil de la Caisse de dépôt et placement du Québec.


Cliquez ici pour consulter le dossier Former un CA: enjeux et obligations


Diane Bérard - On imagine plus facilement des entreprises innovantes que des conseils d'administration innovants...


Robert Tessier - C'est vrai. Ce n'est pas une association que l'on fait naturellement. Par définition, un CA est plus proche du conservatisme que de l'innovation. Mais les temps changent. Nous sommes entrés dans un cycle économique très difficile. Les risques se multiplient. Tous les acteurs, y compris les conseils, doivent répondre avec des façons de faire différentes.


D.B. - Comment le CA de la Caisse de dépôt et placement décline-t-il la notion d'innovation ?


R.T. - Notre innovation la plus importante est l'ajout de femmes. Le gouvernement du Québec a établi une règle qui incite les sociétés d'État à atteindre la parité. Ce n'est pas une obligation, mais c'est souhaitable. La Caisse a décidé d'emboîter le pas. Cela s'est fait progressivement. Aujourd'hui notre conseil compte 5 femmes sur 12.


D.B. - Innover doit rapporter. En quoi ajouter des femmes au CA de la Caisse rapporte-t-il ?


R.T. - Soyons clairs, toutes les administratrices recrutées ont été choisies pour leurs compétences. Nous n'avons pas simplement ajouté des femmes, nous avons complété notre palette d'expertise. Un conseil est aussi fort que la somme de ses administrateurs. Tout est question d'équilibre. Ajouter des femmes apporte de nouvelles compétences.


D.B. - Il y a aussi des bénéfices intangibles...


R.T. - En effet, ces femmes n'apportent pas que leur expertise. Je dois reconnaître qu'elles diffèrent des administrateurs. Depuis qu'elles sont plus nombreuses, le ton a changé lors des réunions. Il est plus... civilisé. Les femmes ont aussi un effet d'entraînement sur l'étude des dossiers. Elles creusent davantage. Quand un élément n'est pas clair, elles posent davantage de questions. Elles n'ont pas de problème d'ego. Ça pousse les autres administrateurs à faire de même.


Cliquez ici pour consulter le dossier Former un CA: enjeux et obligations


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Quelques trucs pour diversifier son CA

Édition du 13 Octobre 2018 | Anne-Marie Luca

Et si votre conseil d'administration reflétait la société diversifiée dans laquelle vous opérez et faites des affaires?

Place aux jeunes dans votre CA

Édition du 13 Octobre 2018 | Anne-Marie Luca

D'ici 2021, le CA des sociétés d'État du Québec devront avoir une personne âgée de 35 ans ou moins.

À la une

La Bourse démarre en lion, trop tôt pour fêter?

Mis à jour le 19/01/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Robots et espoirs soulèvent les cours, mais une remontée des taux guette si une reprise se confirmait.

Le Canada doit se préparer à un Brexit «dur»

19/01/2019 | François Normand

ANALYSE - À moins d'une surprise, le libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni prendra fin. Il faut s'y préparer.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

19/01/2019 | François Pouliot

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.