Devolutions, une PME technologique qui prospère hors des grands centres

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Juin 2018

Devolutions, une PME technologique qui prospère hors des grands centres

Offert par Les Affaires


Édition du 02 Juin 2018

Par René Vézina

David ­Hervieux, 39 ans, PDG de ­Devolutions

FOCUS LANAUDIÈRE | Le ­Québec fait face à une pénurie de travailleurs, particulièrement de travailleurs spécialisés. C’est le cas dans le milieu des technologies de l’information et des communications (TIC). L’industrie est en plein essor, les percées se multiplient à l’international, ce qui a notamment comme conséquence d’attirer l’attention des géants du secteur qui ont maintenant le ­Québec dans leur mire. Or, les ­Google, ­Facebook, ­Microsoft et autres qui viennent s’implanter ici offrent une notoriété et des conditions de travail que les ­PME ne sont pas en mesure d’égaler, malgré tous leurs mérites. Ce qui complique encore davantage la recherche de talents nécessaires à leur développement.

David ­Hervieux, 39 ans, pense avoir trouvé une formule qui aide à contrer ce problème. L’entreprise qu’il préside, ­Devolutions, est installée en région. En fait, pas très loin de ­Montréal, à ­Lavaltrie, dans la partie sud de ­Lanaudière, mais juste assez pour échapper à l’orbite de la grande ville. Et c’est à ses yeux une des raisons du succès de son entreprise.

Devolutions se présente comme un gestionnaire de mots de passe pour les entreprises à différents échelons de leur organisation, tant pour les ordinateurs que les routeurs. « ­Notre système reconnaît les usagers qui ont accès à leurs fonctions sans problème, même s’ils n’ont parfois jamais vu le mot de passe en question », ­dit-il.

Et l’offre est populaire. Gérer les mots de passe est un ­casse-tête avec les protocoles de sécurité qui sont toujours plus exigeants. Les systèmes de ­Devolutions sont à l’œuvre dans 140 pays : 30 % du chiffre d’affaires vient des ­États-Unis, près de 20 %, de l’Allemagne. La croissance est au ­rendez-vous, assez pour que M. Hervieux ait été élu par ses pairs, en 2016, comme ­PDG de l’année de l’Association québécoise des technologies.

Pourquoi ­Lavaltrie ? « ­Au début, c’était par égoïsme ! », ­raconte-t-il. Consultant en informatique, justement résident de ­Lavaltrie, il n’en pouvait plus de se déplacer vers ­Montréal. La naissance de son entreprise, fondée en 2004, lui a permis de raffiner son offre et de se lancer sur le circuit commercial avec la première version de son produit vers 2010. C’est alors qu’il s’est mis à recruter toujours plus de monde.

Devolutions embauche aujourd’hui 90 personnes. « ­Les emplois industriels ne sont pas nombreux chez nous. La compétition pour retenir le personnel est beaucoup moins intense qu’à ­Montréal. Le ­Cégep régional de ­Lanaudière à ­Joliette, comme l’UQTR, forme des gens compétents. Le coût de la vie est moins élevé. » ­Voilà autant d’arguments qu’il avance pour expliquer le très fort taux de rétention de son monde.

Il faut ajouter qu’il en prend soin. Tous les mois, il verse dans une caisse 100 $ par employé pour des activités qui contribuent à leur mobilisation. Ses gens proposent et la direction fait les choix. De petits déjeuners thématiques à une table de ­baby-foot, en passant par des ­T-shirts aux couleurs de ­Devolutions, l’argent est bien investi et rapidement dépensé. Sans compter, aux frais de l’entreprise, des sorties annuelles, à une cabane à sucre où les familles sont invitées, ou à une projection privée pour le personnel à un cinéma de ­Joliette pour chaque – chaque ! – épisode de la saga ­Star ­Wars.

Ajoutez un terrain de volleyball extérieur, le « campus ­Devolutions » avec deux maisons pour accueillir les stagiaires ou les employés de passage, la prise en charge des droits de mutation (alias taxe de ­Bienvenue) pour les employés qui décident de s’installer à ­Lavaltrie… ­ceux-ci ont toutes les chances de se sentir bien dans leur milieu de travail !

« ­Toutes les entreprises en technologie cherchent du personnel spécialisé, souvent à grands frais, dit M. Hervieux. Un chasseur de têtes va facilement demander 15 000 dollars pour dénicher une seule personne. Chez nous, il arrive souvent que les gens soumettent ­eux-mêmes leur candidature. »


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FOCUS RÉGIONAL: LANAUDIÈRE»

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Une destination dite «insoupçonnée» qui ne le demeurera plus longtemps

Édition du 02 Juin 2018 | René Vézina

FOCUS. En 1991, par l’entremise de Francis Cabrel, deux villages se jumelaient entre le Québec et la France...

Fortifier le milieu par les bons arômes

Édition du 02 Juin 2018 | René Vézina

FOCUS. Marie-Ève St-Amour a cette expression qui résume bien le milieu dans lequel elle travaille...

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

14:38 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour à 15:42 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.