La patrie de Guy Lafleur part à son tour à l’offensive

Publié le 07/04/2018 à 10:01

La patrie de Guy Lafleur part à son tour à l’offensive

Publié le 07/04/2018 à 10:01

Par René Vézina

Le maire de Thurso, Benoît Lauzon [Photo: Facebook/Ville de Thurso]

Thurso — Thurso est une ville industrielle où prédomine le secteur forestier. C’est aussi la ville de Guy Lafleur. Pas moyen d’ignorer l’un et l’autre : les panneaux à l’entrée de la municipalité proclament fièrement que l’un de meilleurs joueurs de l’histoire du Canadien est né ici – il a même droit à sa statue – alors que les cheminées de la Fortress y perpétuent la tradition forestière avec leur production de pâte cellulosique.

Mais le maire de Thurso, Benoît Lauzon, doit aussi regarder au-delà de ses intérêts immédiats et regarder tout autour, puisqu’il est le préfet de la MRC de Papineau, qui couvre la région immédiatement à l’est de Gatineau. Sa ville à lui va bien. Thurso profite d’un rajeunissement de sa population, ce qui est plutôt rare au Québec et sa population augmente au rythme de 6 à 8 % par année. Le fait qu’il ne faut que 30 minutes pour rallier Gatineau par l’autoroute 50, si tout va bien, est certainement de nature à aider.

En poste depuis décembre, le préfet sait cependant que les 24 municipalités qui composent sa MRC vivent des fortunes différentes, et se font valoir par des attraits différents. Montebello demeure un haut-lieu touristique. Saint-André-Avelin, au nord, est devenu un centre culturel. La villégiature est omniprésente tout autour, et moins chère que dans les Laurentides. L’industrie agricole, elle, demeure vigoureuse avec des percées dans des secteurs moins traditionnels – fromage de chèvre et vignobles, par exemple -, qui s’ajoutent à la grande industrie laitière concentrée au sud, près de l’Outaouais.





Mais Benoît Lauzon se dit conscient que sa MRC peut aussi consolider la base industrielle, en partie manufacturière, qui cherche à s’implanter en bordure de Gatineau. De là la création à Thurso d’un nouveau parc industriel résolument « vert », avec entreprises non polluantes, avec vocation régionale. Un incubateur pour jeunes pousses est aussi prévu.

« L’intention est là, dit-il, mais on part de 24 visions et de 24 plans d’action, qu’il faut unifier pour le bénéfice de toute la communauté ».

Ce qui ne veut pas dire que tout ce qui viendra atterrira forcément dans ce nouveau parc industriel. Une cartographie des forces locales et du mouvement des travailleurs devrait aider, selon ses mots, « à ce que les prochaines implantations s’effectuent à la meilleure place ».

C’est bien pour les investissements venus d’ailleurs, mais alors que l’accent est maintenant mis sur l’entrepreneuriat local, le préfet regarde aussi comment on peut travailler à faire mousser ces intentions dans une région où a longtemps dominé la grande entreprise, qui embauchait génération après génération.

« On voit de nouvelles initiatives, dit-il, du jumelage entre gens de métier et jeunes qui veulent se lancer, puis l’appui de la Commission scolaire avec son programme Entrepreneur d’un jour au secondaire, ou le travail des Chambres de commerce comme celle la Vallée de la Petite-Nation…»

Tant mieux. Cette région où on passe souvent trop vite entre Montréal et Gatineau/Ottawa est, au départ, magnifique. Il lui reste à s’imposer comme une véritable force économique dans ce vaste territoire.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FOCUS RÉGIONAL: L'OUTAOUAIS»


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le secret du succès du Starbucks Germain-des-Prés

BLOGUE INVITÉ. L’entreprise de Seattle encourage les initiatives qui permettent de créer une relation avec les clients.

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

À la une

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.

Le faux débat de l'immigration

Il y a 48 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

La métamorphose de Gaz Métro signée Sophie Brochu

11:28 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Énergir adopte une gestion axée sur les clients et les employés.