Métalus se modernise pour contrer la pénurie de travailleurs

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Août 2018

Métalus se modernise pour contrer la pénurie de travailleurs

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Août 2018

Par Pierre Théroux

Sylvain, Audet, président de Métalus et Alexandre Vincent, vice président production, devant le nouveau combo laser à fibre punch. [Photo: Métalus]

Fin juin, Sylvain Audet se rendait en Tunisie en compagnie de quatre autres dirigeants d’entreprises du secteur métallique de la région.


Le président de Métalus, une PME de Drummondville spécialisée dans la transformation du métal en feuille pour la fabrication de pièces et composantes pour divers secteurs d’activité, y était en mission de recrutement.


« On a une douzaine de postes à combler, principalement des soudeurs et des tôliers. Il y a une pénurie importante au Québec et on espère en trouver à l’étranger », précise M. Audet qui retournera en septembre en Tunisie, là où le taux de chômage est beaucoup plus élevé qu’au Québec, particulièrement chez les jeunes. Depuis un an, Métalus a aussi participé à deux autres missions en France qui lui ont permis d’embaucher trois personnes.


Le manque de personnel est crucial pour Métalus qui peine à suffire à la demande. L’entreprise, qui avait fait une percée aux États-Unis il y a plus de deux ans grâce à l’obtention d’un contrat pour la fourniture de cabinets électriques entrant dans la conception d’éoliennes, doit même freiner ses idées d’expansion en sol américain.


« On a récemment décroché un autre contrat pour des cabinets électriques avec une entreprise américaine également du secteur de l’énergie, mais on ne fait pas beaucoup de démarche pour accroître notre présence. Ça ne sert à rien d’y mettre les efforts nécessaires si on ne peut pas répondre à la demande », explique M. Audet.


Investissement de 4 M$


Pour l’instant, l’entreprise se concentre donc sur le marché québécois. La PME, qui a maintenu une croissance de son chiffre d’affaires variant entre 5 % et 10 % ces dernières années, vient d’injecter 4 millions de dollars pour la modernisation et l’agrandissement de l’usine de Drummondville, qui passe ainsi de 50 000 à 63 000 pieds carrés. Cet investissement a permis le réaménagement d’une ligne de production existante et l’ajout de nouveaux équipements, dont une plieuse à commande numérique de dernière génération et un combo punch laser à fibre complètement automatisé.


« Ces changements étaient nécessaires pour pouvoir augmenter notre capacité de production et être plus efficaces. Ça aide à résoudre en partie notre besoin de main-d’oeuvre », souligne M. Audet qui a néanmoins réussi à faire passer les effectifs de ses usines de Drummondville et Victoriaville de 130 à 160 personnes depuis deux ans.


L’histoire de Métalus remonte à 1988, lors de la création de la compagnie Poinçonnage Rasakti qui oeuvre alors dans le domaine de la transformation du métal en feuilles et du prototypage de composantes pour le domaine aéronautique. L’entreprise emploie alors 5 travailleurs dans un petit établissement de 5000 pieds carrés. En 1995, Rasakti est achetée par le fabricant de minibus scolaires et commerciaux Girardin qui la renomme Métalus et en fait une entreprise qui se concentre principalement dans la fabrication de pièces de minibus.


Cinq ans plus tard, l’entreprise déménage dans des locaux de 50 000 pi2. Sylvain Audet se joint alors à l’entreprise qui souhaite diversifier sa clientèle. « J’étais conseiller financier au Mouvement Desjardins. Le directeur de l’usine était un client et il souhaitait que je me joigne à lui pour s’occuper du développement des affaires. Même si je ne connaissais rien à l’aluminium et au métal », se rappelle M. Audet.


Métalus se lance alors dans la fabrication en sous-traitance de composantes de véhicules spéciaux comme des ambulances et des citernes essence. La PME développe du même coup la fabrication de composantes pour des équipements dans les secteurs de l’énergie, de l’agriculture ou de la réfrigération et ventilation.


En 2008, Sylvain Audet et deux autres membres du comité de direction de l’entreprise rachètent Métalus de son propriétaire Girardin. En 2012, pour soutenir sa croissance, elle a fait l’acquisition de Métal Grenier, une entreprise de Victoriaville spécialisée dans la fabrication de boîte de camion et de carrosserie sur mesure. L’entreprise fabrique toujours des composantes pour les autobus scolaires et urbains, notamment des planchers et des tôles de carrosserie pour ce marché en croissance des véhicules de transport électriques.


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Regain d'intérêt pour le Parc industriel et portuaire de Bécancour

Édition du 25 Août 2018 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL. Le Parc industriel et portuaire de Bécancour est dans la mire de plusieurs entreprises...

GRYB en mode croissance

Édition du 25 Août 2018 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL. L’entreprise GRYB s’est offert un beau cadeau pour son dixième anniversaire, à l’automne 2017...

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: