Relever les défis un à un

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Novembre 2015

Relever les défis un à un

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Novembre 2015

Par Pierre Vallée

Lise Déziel, Cordé Électrique.

LAURÉATE - La feuille de route de Lise Déziel, fondatrice de Cordé Électrique, un fabricant de fils et de harnais électriques de Valcourt, ne laisse aucun doute. Pour la lauréate des Prix Femmes d'affaires du Québec dans la catégorie Entrepreneure, moyenne entreprise, relever un défi est non seulement une occasion à saisir, mais aussi une manière de grandir.


Cliquez ici pour consulter le dossier Femmes d'affaires : défi croissance


Formée en diététique puis en assurance contrôle, elle déniche un emploi dans une entreprise d'électronique, où on lui confie le mandat d'implanter les normes ISO. «Cela a été mon premier vrai défi professionnel.»


Elle réussit si bien son mandat qu'on lui en confie un deuxième. «L'entreprise avait acheté une usine de filage électrique et on m'a demandé d'aller y travailler.» Elle reste au sein de cette entreprise quelques années, puis travaille pour d'autres sociétés, toujours dans le domaine du filage électrique. Malheureusement, la dernière expérience professionnelle se révèle désastreuse. «Il n'y avait que deux choix : admettre la défaite ou me relever. Cela faisait 15 ans que je travaillais dans ce domaine, et j'avais un bon réseau de relations. Alors, pourquoi ne pas lancer mon entreprise ?» En un peu plus d'un mois, elle monte son plan d'affaires, trouve son financement, loue un local et embauche ses premiers employés. Cordé Électrique voit le jour en septembre 2010.


Les premières commandes entrent, mais ce sont toujours pour de petits lots. «J'ai compris que les grands fournisseurs de mes clients étaient incapables de répondre à ce type de commandes, et j'ai décidé d'en faire mon créneau.» Une décision sage, puisque les commandes se multiplient et que la taille des lots grossit.


Elle aurait pu se contenter de suivre la vague, mais elle choisit plutôt d'innover. «J'ai décidé de revoir tout mon processus de fabrication afin de me donner encore plus de souplesse et de réduire considérablement le temps de production.» La recette fonctionne si bien que «ce fut tout un défi de former de nouveaux employés et de fournir des produits de la même qualité à mes clients.»


Le plus grand risque qu'elle ait jamais pris


«Je me suis permis un moment de réflexion afin de repenser l'entreprise. C'est alors que j'ai arrêté de travailler dans mon entreprise pour travailler sur mon entreprise et en devenir la gestionnaire stratégique.»


Ce qu'elle aimerait réaliser en affaires


«Je planifie mon entrée sur le marché américain, et je compte avoir une deuxième usine de fabrication d'ici cinq ans.»


Cliquez ici pour consulter le dossier Femmes d'affaires : défi croissance

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les brèves techno du mercredi

19/09/2018 | lesaffaires.com

Voici une petite sélection d'actus technologiques à (re)découvrir.

PME appartenant à des femmes

Édition du 25 Août 2018 | Marie-Pier Frappier

Si l'on veut décrocher un contrat gouvernemental au Canada, mieux vaut ne pas être une femme. Seulement 10 % des PME ...

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: