Concilier entrepreneuriat et action sociale

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Novembre 2015

Concilier entrepreneuriat et action sociale

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Novembre 2015

Rose Fierimonte, Dorbec Construction.

LAURÉATE - Passer de travailleuse sociale auprès des personnes handicapées à entrepreneure à succès dans la construction, c'est le virage peu banal qu'a pris Rose Fierimonte dans les années 1980. «En tant que travailleuse sociale, je me sentais limitée. Je me suis rendu compte qu'on pouvait faire de l'action sociale sans être travailleuse sociale et que la meilleure façon de soutenir les personnes handicapées et les femmes était de bâtir une réussite financière», explique la lauréate des Prix Femmes d'affaires du Québec dans la catégorie Bénévole fortement engagée.


Cliquez ici pour consulter le dossier Femmes d'affaires : défi croissance


Rose Fierimonte attrape la piqûre de la construction en s'investissant dans la Fondation Le Pilier, qui pilote des projets d'habitation pour personnes handicapées. Puis elle cofonde Dorbec Construction en 1988, une entreprise spécialisée dans les immeubles institutionnels, commerciaux et multirésidentiels. Par la suite, elle crée deux autres entreprises du secteur de la construction. Pour cette fille d'immigrants italiens, la création d'entreprises a été un moyen de changer son destin. À 16 ans, seule au volant d'un camion, elle part acheter les produits qui seront vendus dans l'épicerie de ses parents. Elle place en Bourse ses premiers dollars et, dès 25 ans, elle investit dans l'immobilier. C'est ainsi qu'elle finance ses premiers pas dans l'entrepreneuriat. «J'ai appris jeune à investir et à prendre des risques.»


S'imposer dans un milieu aussi masculin que celui de la construction est une tâche ardue, surtout à l'époque, mais cela n'a pas rebuté cette femme ambitieuse. «J'ai compris tôt que les emplois traditionnellement occupés par les hommes sont les mieux rémunérés. Et je voulais devenir un modèle de femme libre et financièrement indépendante, car je n'étais pas à l'aise avec le rôle traditionnel dévolu aux femmes dans ma famille.»


En plus de continuer à s'engager auprès de la Fondation Le Pilier en tant qu'administratrice, elle s'investit également depuis 2012 dans Les Elles de la construction, d'abord comme vice-présidente puis comme présidente. Cette organisation défend les intérêts des femmes et promeut leur intégration dans le secteur de la construction.


Rose Fierimonte a aussi lancé l'année dernière Rose Construction, la première entreprise 100 % féminine dans cette industrie au Canada. Son bras droit est une immigrante dont elle est la mentore, à qui elle a donné la moitié des parts de l'entreprise.


Le plus grand risque qu'elle ait jamais pris


«Mettre ma maison en garantie et investir mon argent personnel dans la création de Dorbec Construction. Si j'échouais, je perdais tout.»


Ce qu'elle aimerait réaliser en affaires


«Faire croître Rose Construction, qui est encore à l'étape du démarrage, et trouver la main-d'oeuvre qualifiée pour obtenir du succès.»


Cliquez ici pour consulter le dossier Femmes d'affaires : défi croissance


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

C'est la 18e édition du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec

Édition du 10 Novembre 2018 | Les Affaires

À l’occasion du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec, découvrez des Québécoises qui incarnent l’excellence.

Danielle Danault: une réussite à toute allure

Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

La lauréate du prix Entrepreneure, moyenne entreprise s'est lancée en affaires à 19 ans par soif de liberté.

OPINION Caroline Desautels: se renouveler sans cesse
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Sylvie Senay: la reine du bio
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Chantale Arseneau: allier expertise et générosité
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?