Geneviève Éthier: partir d'un manque du marché

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Geneviève Éthier: partir d'un manque du marché

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Geneviève Éthier, présidente, Sobezone

D’abord gestionnaire en planification promotionnelle et consultante, Geneviève Éthier s’est nourrie de sa vision du marché pour repositionner l’entreprise Sobezone qu’elle a acquis en 2015, afin d’en faire un spécialiste en conseil et développement de produits promotionnels personnalisés. Son objectif : se positionner comme le leader canadien du domaine d’ici 5 ans.


Finaliste - Nouvelle entrepreneure - PRIX FONDS DE SOLIDARITÉ FTQ


Comment avez-vous démarré dans l’entrepreneuriat ?


Lorsque j’étais encore salariée, je me suis rendue compte qu’il existait un manque d’offre dans le domaine des produits promotionnels. J’ai voulu proposer à la fois un service de conseil et de développement de nouveaux objets. J’ai racheté l’entreprise Sobezone, qui oeuvrait jusqu’ici dans le milieu du détail, pour développer un nouveau positionnement, si bien que l’an dernier, nous avons enregistré une croissance de + 425%.


La réalisation dont vous êtes la plus fière ?


C’est quelque chose de très personnel : avoir réussi à concilier ma vie de travail et ma vie de famille, avec une entreprise encore jeune et rentable et un mode de vie où je ne suis pas épuisée de conjuguer les deux. Il est très rare que je travaille le week-end et je m’organise pour être efficace dans mes journées. J’applique la même chose pour mes salariés, afin qu’ils puissent toujours mettre leur famille en premier s’il arrive quelque chose.


Le plus gros défi de votre carrière ?


Que les clients comprennent bien notre valeur ajoutée, car on se fait souvent comparer à des distributeurs promotionnels. Nous sommes plutôt là pour les clients qui e trouvent pas une solution toute prête sur le marché. Trouver des idées innovantes reste aussi un défi. Pour cela, nous essayons de sortir du cadre, en utilisant des méthodes de brainstorming et en voyageant dans des salons d’affaires.


Comment décririez-vous l’excellence au féminin ?


Ce que je remarque, dans mon implication au niveau des réseaux féminins comme le RFAQ, c’est que les femmes ont un grand désir de s’aider entre elles et s’inspirent du succès des autres. Pour moi, un bon leader est quelqu’un qui met les priorités des autres avant les siennes, qui inspire la confiance et qui a une vision. Il faut aussi s’entourer : je m’inspire de plusieurs gens autour de moi, que ce soient d’anciennes connaissances ou de nouveaux contacts, femmes ou hommes.


Lisez les biographies des finalistes et des lauréates du Prix femmes d'affaires


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

C'est la 18e édition du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec

Édition du 10 Novembre 2018 | Les Affaires

À l’occasion du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec, découvrez des Québécoises qui incarnent l’excellence.

Danielle Danault: une réussite à toute allure

Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

La lauréate du prix Entrepreneure, moyenne entreprise s'est lancée en affaires à 19 ans par soif de liberté.

OPINION Caroline Desautels: se renouveler sans cesse
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Sylvie Senay: la reine du bio
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Chantale Arseneau: allier expertise et générosité
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.