Danielle Déry: travailler dans le plaisir

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Danielle Déry: travailler dans le plaisir

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Danielle Déry présidente, Perlimpinpin

Des vêtements pour les tous petits, dessinés au Québec. Danielle Déry est la cofondatrice de le marque Perlimpinpin en 1986. Depuis, la griffe, qui emploie 12 salariés à Québec, vise l’international à l’aide d’un réseau de détaillants spécialisés dans le vêtement et l’ameublement pour enfants.


Finaliste - Entreprise à propriété féminine certifiée -PRIX LOEM


Aviez-vous toujours eu la fibre entrepreneuriale ?


J’ai lancé Perlimpinpin avec une camarade de classe, alors que j’étais jeune et sans grande expérience. Je ne savais pas ce que c’était d’être en affaires, mais j’ai réalisé que cela convient tout à fait à ce que j’étais. Je ne voulais pas faire du 9 à 5 et je n’avais rien à perdre.


Avez-vous vous rencontré plus de défis en tant que femme ?


Il y a 30 ans, les jeunes femmes en affaires n’étaient pas si nombreuses… Il y avait peu de modèles féminins auxquels s’identifier. A l’époque, mon idole était Céline Dion car c’était un modèle dans son domaine, de par son intégrité et ses valeurs.


La réalisation dont vous êtes la plus fière ?


De toujours m’être sentie comme une membre de l’équipe, et non pas comme un patron, et d’avoir pu laisser la place aux gens pour qu’ils exercent leurs responsabilités. On entend souvent parler de nouvelles pratiques de gestion : sans le savoir, c’est ce que j’ai tenté d’appliquer dans l’entreprise. Lorsqu’on peut faire le travail dans le plaisir, c’est encore mieux : cela enlève la pression et fait augmenter la productivité !


Qu’est-ce que l’excellence au féminin pour vous ?


Etre capable de voir les opportunités qui se présentent et de ne pas hésiter à changer ses plans si besoin. Souvent, cela ne fait pas dévier votre chemin, mais change l’ordre dans lequel vous passez les étapes. Lorsque nous avons ouvert en Afrique du Sud, ce n’était par exemple pas dans nos visées à ce moment-là, mais cela s’est révélé une bonne chose pour notre développement.


Quel a été votre principal défi ?


Parvenir à se distinguer sur le marché. Pour cela, nous essayons de miser sur des produits de niche et d’offrir de la qualité, car les consommateurs sont aussi de plus en plus exigeants. Mais cela se joue aussi à tous les autres niveaux : service, approvisionnement, process de fabrication… Nous avons par exemple lancé des lignes de produits avec du bambou, dont les caractéristiques des fibres sont particulières. On a choisi de se concentrer là où on performe.


Quels sont vos objectifs pour le développement de l’entreprise ?


Depuis trois ans, nous avons une nouvelle équipe de direction avec un focus clair sur la croissance et le développement des affaires, notamment à l’international. Nous sommes distribués dans environ 500 points de vente au Canada et dans plusieurs pays : Nouvelle Zélande, Afrique du Sud, Ukraine… Le défi, est souvent une question de timing, de trouver le bon distributeur au bon moment.


Vous avez choisi de produire en Asie : est-ce l’un de vos principaux défis d’affaires ?


C’est un défi, mais nous nous sommes bien adaptés à cela. Aller à l’international ne se fait pas du jour au lendemain. Il y a toujours une relation de confiance à établir. Depuis 15 ans, on a réussi à monter des partenariats solides, grâce aux relations humaines. Lorsqu’on développe un lien de confiance, même s’il arrive un problème, on sait que l’on travaille dans le même but.


Lisez les biographies des finalistes et des lauréates du Prix femmes d'affaires


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

L'IA fait peur aux femmes!

22/11/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Dans certains métiers, la majorité des Canadiennes pensent perdre leur emploi d'ici 10 ans à cause de l'IA.

C'est la 18e édition du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec

Édition du 10 Novembre 2018 | Les Affaires

À l’occasion du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec, découvrez des Québécoises qui incarnent l’excellence.

OPINION Danielle Danault: une réussite à toute allure
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Caroline Desautels: se renouveler sans cesse
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Sylvie Senay: la reine du bio
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

À la une

Vidéotron vend sa filiale 4Degrés Colocation

18/12/2018 | Denis Lalonde

Vidéotron vend 4Degrés Colocation à la société américaine Vantage Data Centers pour un montant de 259M$.

Trump fait pression sur la Fed, qui devrait faire la sourde oreille

18/12/2018 | AFP

La Réserve fédérale devrait faire la sourde oreille à une mise en garde de Donald Trump et relever ses taux d'intérêt.

Le pétrole chute de 6,6% à New York, à son plus bas en 15 mois

18/12/2018 | AFP

La production d'or noir atteint des niveaux records en Russie et aux États-Unis alors que la demande s'essouffle.