Ambre Cadoux: Beblue, un rêve de petite fille

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Ambre Cadoux: Beblue, un rêve de petite fille

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Novembre 2017

Ambre Cadoux, présidente et designer, Beblue Bijoux

D’origine française, Ambre Cadoux avait commencé par créer ses propres bijoux à l‘âge de 9 ans. Cette autodidacte, qui dispose d’une certification en coaching, est passée par « l’école de la vie » : elle a commencé par reprendre un bistrot Van Houtte, avant de se lancer dans la création de sa propre marque de bijoux, Beblue, en 2009.


Finaliste - Entrepreneure, petite entreprise, PRIX GOUVERNEMENT DU QUÉBEC


Quelle est la réalisation dont vous êtes la plus fière ?


Avoir réussi à partir une marque en démarrant de rien. J’ai eu la chance de ne pas avoir d’offre d’emploi devant moi quand j’ai quitté Van Houtte, c’était un bon moment pour me lancer. Beblue emploie 7 personnes à l’interne, et collabore avec une dizaine de personnes à l’externe pour un chiffre d’affaires de presque un million de dollars.


Quels enseignements tirez-vous de votre parcours ?


Mon expérience en tant que franchisée m’a appris l’importance de bien s’entourer rapidement. Souvent, quand on est entrepreneur, on peut avoir tendance à se dire que les choses seront mieux faites si on les fait soi-même, alors qu’au contraire, il faut accepter de déléguer afin de sortir des opérations pour faire grandir son business.


Quels défis avez-vous rencontré ?


Au début, je n’avais pas l’intention de devenir manufacturier. La joaillerie étant un savoir-faire qui se perd, il m’a aussi fallu de la persévérance et aller toquer aux portes pour trouver les bonnes adresses. Nous avons fait le choix de confectionner les bijoux sur l’île de Montréal, en respectant les méthodes de fabrication de la joaillerie traditionnelle. Un bijou peut ainsi passer entre les mains de 5 à 6 personnes avant de voir le jour.


Quelles sont vos ambitions ?


Nous vendons nos produits à travers 140 boutiques au Canada, avec une production 100% montréalaise. Notre objectif est rayonner à travers le continent en nous étendant, dès début 2018, la côte Est des Etats-Unis. A ce stade, la production pourrait devenir un défi, mais nous souhaitons qu’elle demeure canadienne.


Lisez les biographies des finalistes et des lauréates du Prix femmes d'affaires


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

C'est la 18e édition du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec

Édition du 10 Novembre 2018 | Les Affaires

À l’occasion du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec, découvrez des Québécoises qui incarnent l’excellence.

Danielle Danault: une réussite à toute allure

Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

La lauréate du prix Entrepreneure, moyenne entreprise s'est lancée en affaires à 19 ans par soif de liberté.

OPINION Caroline Desautels: se renouveler sans cesse
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Sylvie Senay: la reine du bio
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Chantale Arseneau: allier expertise et générosité
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

À la une

L’importance de protéger une maison vacante lors d'une succession

BLOGUE INVITÉ. Voici l'histoire d'une succession qui perd beaucoup d'argent à cause d'une négligence.

10 choses à savoir vendredi

Désertées, ces prisons deviennent des hôtels, bannir le plastique, ça tue, 23 000$ pour marier un hologramme!