Katie Bussières: carburer aux acquisitions

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

Katie Bussières: carburer aux acquisitions

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

«Je cherche à faire grandir les employés, en leur permettant de se dépasser», mentionne Katie Bussières.

Lorsqu’elle raconte son histoire à d’autres entrepreneurs, Katie Bussière, devenue cheffe d’entreprise en rachetant Nubik il y a trois ans, suscite souvent des commentaires positifs chez ses interlocuteurs. 


« C’est vrai qu’en acquérant une entreprise, tu arrives sur un terrain inconnu, où tu ne maîtrises rien au départ, décrit-elle. Cependant, je trouve que démarrer une entreprise à partir de zéro est plus courageux. » 


Zone de confort 


Si cette fille de commerçants a su tôt qu’elle aspirait aussi travailler pour elle-même un jour, opter pour l’acquisition lui a permis de rester dans sa zone de confort. 


Il faut dire qu’avant d’avoir racheté Nubik, qui implante des logiciels de gestion d’entreprise, Katie Bussière a été bien rodée. 


Une acquisition par an 


Son ancien employeur Negotium, une entreprise technologique dont elle était vice-présidente, s’est livrée à pas moins de six acquisitions pendant les six années où elle a travaillé là-bas. 


En trois ans, Nubik a vu son chiffre d’affaires quadrupler et le nombre de salariés passer de 40 à plus de 100. 


Et de deux! 


Le 1er septembre dernier, Nubik a procédé à sa première acquisition, en devenant propriétaire d’une compagnie technologique en Caroline du Nord. Et, elle compte en mener deux autres au Canada à court terme. 


Après avoir décroché son bac en informatique en 1996, et avant d’occuper plusieurs postes en TI, Katie Bussière a enseigné la programmation pendant cinq ans dans un Cégep. 


« Quand j’étais professeure, mon objectif était de prendre des personnes à un point A et de les amener à un point B, dit-elle. C’est que j’essaie d’accomplir aussi présentement en cherchant à faire grandir les employés, en leur permettant de se dépasser. »


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FEMMES D'AFFAIRES DU QUÉBEC 2018»


 


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

C'est la 18e édition du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec

Édition du 10 Novembre 2018 | Les Affaires

À l’occasion du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec, découvrez des Québécoises qui incarnent l’excellence.

Danielle Danault: une réussite à toute allure

Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

La lauréate du prix Entrepreneure, moyenne entreprise s'est lancée en affaires à 19 ans par soif de liberté.

OPINION Caroline Desautels: se renouveler sans cesse
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Sylvie Senay: la reine du bio
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Chantale Arseneau: allier expertise et générosité
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

À la une

Marier croissance et pénurie de main-d'oeuvre

Édition du 10 Novembre 2018 | Jean-François Venne

Fondé en 1976 à Thetford Mines, mais installé à Disraeli depuis 1982, Nutech se spécialise dans l'usinage de ...

Bourse: Wall Street plonge à la clôture

Mis à jour il y a 55 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les grands coupables de ce recul sont Apple et Goldman Sachs.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

07:00 | LesAffaires.com et AFP

«Les facteurs baissiers sont nombreux.»