Danielle Danault: une réussite à toute allure

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

Danielle Danault: une réussite à toute allure

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

«Si le yoga, la méditation et le fitness avaient un enfant ensemble, ce serait le Plein Air Zen», dit Danielle Danault.

Un insatiable besoin de liberté, c’est ce qui a poussé Danielle Danault à devenir entrepreneure à l’âge de 19 ans en ouvrant une école de danse, sa passion depuis enfant. 


Et c’est sa capacité à flairer les nouvelles tendances qui l’a conduite à créer Cardio Plein Air, une entreprise comptant 51 franchisés et 300 entraîneurs qui font transpirer 23 000 personnes à travers le Québec. 


Voir venir la mode


Dans les années 1980, elle sent arriver la mode de la danse aérobique, qui déferle sur le Québec, et lance donc des cours dans son école. 


En 2000, la vie de Danielle Danault prend un nouveau tournant lorsqu’elle assiste au premier congrès destiné aux professionnels canadiens de l’activité physique. 


Elle y découvre les bandes élastiques et elle entend le ministre fédéral de la Santé appeler les congressistes à innover pour encourager les Canadiens à faire davantage d’activité physique. 


Au retour, elle s’arrête se dégourdir les jambes dans un parc. Et là, elle a une révélation : tout ce qu’elle enseigne en salle pourrait être pratiqué dehors, à l’aide de bandes élastiques, de tables de pique-nique ou encore des poteaux du parc. 


En ce début de millénaire, s’entraîner dans les parcs est peu commun au Québec. Pourtant, le succès est rapidement au rendez-vous pour Cardio Plein Air, qui se démarque en imaginant des cours de cardio parent-enfant ou encore de cardioraquettes l’hiver. 


Ralentir


Suivant la tendance du slow, initié par le slow food, elle vient de créer un programme de slow move fitness (Plein Air Zen), dont elle a déposé le nom dans plusieurs pays. 


« Si le yoga, la méditation et le fitness avaient un enfant ensemble, ce serait le Plein Air Zen », dit-elle.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FEMMES D'AFFAIRES DU QUÉBEC 2018»


 


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Croissance modérée ne veut pas dire récession

Édition du 23 Février 2019 | Mathieu D'Anjou

EXPERT INVITÉ. Les derniers mois de 2018 ont été marqués par une poussée ...

Too big to grow

15/02/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Avons-nous raison de protéger Bombardier et autres SNC-Lavalin contre vents et marées? Hum, pas sûr...

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

21/02/2019 | Daniel Germain

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

21/02/2019 | Stéphane Rolland

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse échappe aux pertes

21/02/2019 | Stéphane Rolland

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.