Destination Brésil: qui veut exporter prend pays

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Juin 2015

Destination Brésil: qui veut exporter prend pays

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Juin 2015

Pour vendre sa solution logicielle de suivi clinique au Brésil, Hospitalis songe à former une coentreprise avec un partenaire local. « C’est un pays très protectionniste où il est difficile pour une entreprise étrangère de réussir sans s’y installer », constate David Bertrand, chef de la direction et cofondateur de la PME de Montréal.


Cliquez ici pour consulter le dossier Étiquette en voyage d'affaires


« Pour faire des affaires au Brésil, il faut passer par un intermédiaire qui est basé là-bas, confirme Louis-Philippe Bourgeois, cofondateur de GoExport, une firme spécialisée dans l’accompagnement commercial en Amérique latine. Les Brésiliens n’achètent pas directement des entreprises étrangères, sauf dans certains cas, comme lors de grands projets d’infrastructure. »


Il souligne que le système réglementaire est conçu pour protéger les entreprises locales. Par exemple, si une entreprise étrangère veut ouvrir un bureau sur place, son représentant légal doit être de nationalité brésilienne. Elle peut toutefois répondre à cette exigence en se faisant représenter par une firme locale d’avocats. Mais s’il s’agit d’une entreprise manufacturière, un autre défi se pose : les taxes à l’importation.


« Les taxes sur les produits importés sont faramineuses, de l’ordre de 60 à 110 % », indique Louis-Philippe Bourgeois qui conseille les exportateurs sur la meilleure stratégie à adopter pour contrer cette difficulté. Le taux de taxation décourage évidemment les ventes directes, même si les taxes peuvent être réduites quand on peut démontrer qu’il n’existe pas de concurrent local.


Bon nombre d’entreprises étrangères choisissent de « nationaliser » leurs produits en ouvrant une usine au Brésil, en transférant leur technologie, en sous-traitant leur production à un partenaire local ou encore en créant une coentreprise.


Le dirigeant de GoExport donne l’exemple d’un de ses clients qui a confié la fabrication de 60 % de son produit et l’assemblage final à une entreprise locale. Désormais, seulement 40 % du produit est taxé, ce qui a rendu celui-ci plus compétitif.


Cliquez ici pour consulter le dossier Étiquette en voyage d'affaires


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les brèves de la semaine

Édition du 09 Septembre 2017 | Les Affaires

Le Brésil est officiellement sorti le 1er septembre d’une récession historique, avec une progression du PIB ...

Brésil : une canadienne obtient les permis pour débuter la construction de sa mine

01/09/2017 | Les Affaires PRO

Dans un communiqué, la société Anfield Gold Corporation de Vancouver annonce qu'elle a reçu ...

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: