Aire ouverte ou bureau fermé : Et si vous demandiez aux employés ce qu’ils en pensent ?

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Avril 2016

Aire ouverte ou bureau fermé : Et si vous demandiez aux employés ce qu’ils en pensent ?

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Avril 2016

[Photo : Shutterstock]

Les employés sont les plus touchés par la réorganisation des espaces de travail. C’est souvent par eux que passera le succès ou l’échec de cette opération. Les consulter permet de prendre de meilleures décisions tout en les associant au processus.


Cliquez ici pour consulter le dossier Espaces de travail


La spécialiste du volet humain des relocalisations de lieux d’affaires à eZ-change, Ève Zeville, a souvent accompagné des entreprises dans cette opération délicate : la réorganisation des espaces de travail. Elle a été témoin de la force d’attraction de certaines « modes » comme les espaces ouverts ou le benching, tout autant que de la force de l’argument financier. Il est tentant, pour une entreprise, de réduire le nombre de pieds carrés par poste de travail afin de réaliser des économies. Bien d’autres considérations entrent en ligne de compte, comme la productivité, l’image de marque de l’entreprise ou encore la rétention des employés.«



Inscrivez-vous


Avant de se lancer dans les espaces ouverts, le benching ou autre tendance d’aménagement à la mode, il faut faire une étude approfondie des besoins des utilisateurs et de la nature du travail, prévient Eve Zeville. Quel est, par exemple, le niveau de collaboration, de concentration ou de confidentialité que nécessitent les tâches de chaque employé ? Si vous éludez ces questions, vous n’aurez pas les retombées souhaitées, car les espaces de travail des employés ne correspondront pas à leurs besoins et ils n’y adhéreront pas. Or, c’est cela la clé du succès. »


D’autant plus que les employés n’ont pas tous les mêmes attentes face à leur milieu de travail. « Les travailleurs ont différents tempéraments et donneront plus facilement leur pleine mesure dans un type d’environnement de travail plutôt qu’un autre, souligne Céline Gaudreault, designer et associée à Spatium. Certains ont besoin d’être isolés et éprouveront d’immenses problèmes de concentration dans une aire ouverte, alors que d’autre y seront très à l’aise. Ça aussi, ça compte. »


Savoir consulter


Qui de mieux placé pour décrire la nature d’une tâche et les besoins des travailleurs que les employés eux-mêmes ? Un changement aussi majeur que la réorganisation des espaces de travail bénéficiera donc grandement d’une consultation. Cela évite aussi les erreurs bêtes. « Je me souviens d’une entreprise qui avait totalement adopté l’aire ouverte pour favoriser la collaboration dans son équipe de 15 travailleurs, raconte Julie Carignan, psychologue organisationnelle et associée de SPB Psychologie organisationnelle. Cela fonctionnait très bien. Sauf pour deux employés, légalement obligés de tenir certains échanges avec des clients dans la plus grande confidentialité. Soudainement, ils n’avaient plus de lieu pour le faire. L’entreprise a dû revoir son design et leur créer un espace. Une simple consultation aurait évité cet écueil. »


Consulter, c’est aussi ouvrir le dialogue. C’est une occasion de valider le projet auprès des employés et de leur expliquer les objectifs. Plusieurs approches peuvent convenir, tout dépendant de la taille de l’entreprise. Lorsque le nombre d’employés est important, le groupe de discussion est un outil fort utile, à condition de choisir un échantillon représentatif en termes de groupes d’âge, types de tâche, niveaux de responsabilité, etc. Au besoin, l’information peut être être complétée par un sondage administré à l’ensemble des travailleurs.


Consulter ne veut pas dire abandonner sa prérogative de décider. Cet aspect doit être clairement communiqué aux travailleurs, note Julie Carignan. « Il faut gérer les attentes, croit-elle. Les employés doivent comprendre que leur opinion sera prise en compte, mais que ce sont les dirigeants qui décideront, en bout de ligne. À l’inverse, les dirigeants doivent être réellement ouverts à intégrer ces opinions dans leur réflexion, et comprendre que cela ne diminue pas leur autorité. »


Cliquez ici pour consulter le dossier Espaces de travail

À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

Il y a 14 minutes | François Normand

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

Volte-face: Couche-Tard produira un premier rapport de développement durable

BLOGUE. À la veille de l'assemblée annuelle, Couche-Tard s'assouplit sur le vote consultatif et la reddition de comptes.

Couche-Tard refuse qu'on lui impose sa responsabilté sociale

30/08/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Des actionnaires exigent que Couche-Tard divulgue mieux ses enjeux sociaux et environnementaux. Elle refuse.