Quatre régions qui savent s'y prendre

Publié le 11/05/2013 à 00:00, mis à jour le 13/05/2013 à 13:59

Quatre régions qui savent s'y prendre

Publié le 11/05/2013 à 00:00, mis à jour le 13/05/2013 à 13:59

Le Québec est en retard dans la création d'entreprises. Mais des stratégies se mettent en place un peu partout dans la province. Comme à Lotbinière, Shawinigan, Terrebonne et Gatineau.


Située sur l'A-20 entre la Rive-Sud de Montréal et Québec, Lotbinière veut rendre son territoire fertile pour la création d'entreprise. Mais pour cela, elle devra renverser la vapeur. «Le taux d'intention de création d'entreprise est plus bas dans Chaudière-Appalaches qu'il ne l'est ailleurs au Québec. De plus, de nombreux chefs d'entreprise prévoient partir à la retraite dans les prochaines années, et la plupart n'ont pas de plan de relève», constate Jean Bilodeau-Fontaine, coordonnateur du projet Entreprendre ici Lotbinière (EIL).


L'objectif est d'augmenter de 20 % d'ici 2014 le taux d'intention d'entreprendre. «Plusieurs indicateurs, comme le nombre de personnes inscrites aux formations, semblent montrer un certain dynamisme», indique le coordonnateur, qui a bon espoir d'atteindre la cible.


Une idée née d'un besoin


Bastien Larouche est un exemple de cette nouvelle vague d'entrepreneurs qui frappe à la porte. Cet ancien directeur d'une usine d'ameublement de bureau de la région rêvait de se lancer à son compte. En attendant de trouver une entreprise à racheter, il décide d'oeuvrer comme consultant en amélioration d'entreprise.


«C'est à l'occasion de ces mandats que je me suis aperçu que ces sociétés avaient de la difficulté à trouver la main-d'oeuvre nécessaire lorsqu'elles devaient augmenter leur capacité de production. D'autre part, j'ai découvert l'entreprise de robotique à laquelle je loue maintenant ma machine», raconte-t-il.


Disparue l'envie de racheter une entreprise, il avait entre les mains une idée : une usine mécanisée pour faire face à la pénurie de main-d'oeuvre dans le secteur.


Ainsi est née RO-BOIS-TIC, une entreprise spécialisée dans la fabrication automatisée de panneaux de particules de bois, de mélanine pour le mobilier de cuisine ou de bureau. La PME fournit des pièces prêtes à assembler de plusieurs clients industriels.


Après des cours de démarrage d'entreprise qui lui ont permis de faire son étude de marché et d'établir son plan d'affaires, Bastien Larouche a aimé pouvoir être mis en relation avec les principales sources de financement par le CLD de Lotbinière. «Tous les partenaires possibles étaient autour de la table», se souvient-il. Aujourd'hui, le chef d'entreprise pense pouvoir produire de 20 à 25 armoires par semaine dès le mois prochain. Son objectif - à atteindre dans les deux prochaines années environ - est d'en produire de 60 à 100 par semaine.


Pour le moment, Bastien Larouche exploite seul son robot. À terme, il espère pouvoir embaucher deux ou trois employés, afin de pouvoir faire tourner la machine 24 heures sur 24.


Des projets dans les cartons


Depuis 2008, Lotbinière se mobilise autour de l'entrepreneuriat. La journée de la culture entrepreneuriale, organisée en novembre, en est un exemple. Cette année, elle aura lieu dans une école, afin de tisser des liens entre les gens d'affaires et le monde de l'éducation.


Un gala jeune excellence récompense aussi les bons coups des entrepreneurs ou intrapreneurs de 16 à 35 ans, qui démontrent du leadership dans l'entreprise pour laquelle ils travaillent.


Deux projets sont aussi dans les cartons. Le premier consiste à «reproduire le concept des Dragons à la télévision pour que des entreprises donnent des bourses à de l'entrepreneuriat scolaire dès janvier 2014», précise Jean Bilodeau-Fontaine.


Le second est d'organiser une activité pour souligner les initiatives menées par des élus municipaux et de grands noms du milieu local des affaires. «Si on était à Québec, il pourrait s'agir par exemple de parler de la collaboration entre Serge Péloquin, directeur artistique de l'Hôtel de glace, et le maire Régis Labeaume», illustre-t-il.

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le moyen le plus facile de profiter du bitcoin

BLOGUE. Je vais vous parler de produits dérivés sans évoquer la Bourse, la spéculation, la bulle…

Cinq expatriés saluent la culture entrepreneuriale du Québec

Édition du 09 Décembre 2017 | Matthieu Charest

Selon l'indice entrepreneurial du Réseau M, 17,5 % des immigrants ont déjà entamé des démarches ...

OPINION Rien à perdre, tout à apprendre
Édition du 09 Décembre 2017 | Jean-François Venne
Je me méfie toujours de ce qui est trop beau
28/11/2017 | Nicolas Duvernois
Malimousse veut conquérir l'Ontario une mayonnaise à la fois
23/11/2017 | Philippine de Tinguy

À la une

Feedback: un ami qui vous veut du bien

BLOGUE INVITÉ. Est-il temps de dire adieu aux évaluations annuelles? Plusieurs entreprises l'ont fait.

Le moyen le plus facile de profiter du bitcoin

BLOGUE. Je vais vous parler de produits dérivés sans évoquer la Bourse, la spéculation, la bulle…

Investir dans le bitcoin rapporte le plus... les lundis

11/12/2017 | François Remy

BLOGUE. Voilà le genre de lecture qui pourrait vous faire aimer le début de la semaine. Ou le détester encore plus...